Editions des Régionalismes

  • Chemin et histoire cathares

    Pierre Castillou

    Parution : 9 Juillet 2017 - Entrée pnb : 11 Juillet 2017

    Qui n'a pas rêvé, un jour ou l'autre, de cheminer sur les traces des parfaits cathares, dans les montagnes escarpées de l'Aude ou de l'Ariège, allant de châteaux en nids d'aigle ? Mais qui n'a pas rêvé d'avoir, au fil du chemin, l'explication du déroulement de cette sombre et terrible croisade menée par des fanatiques et des barons cupides contre une religion qui retrouvait le chemin du peuple humble ? C'est ce que vous propose Pierre Castillou dans cet ouvrage qu'il ponctue de ses aquarelles. Un livre de randonnées historiques, spirituelles... et pédestres !
    Pierre Castillou, déjà auteur de deux ouvrages de textes et aquarelles : Regards sur le chemin de Compostelle, le premier du Puy-en-Velay à Saint-Jacques de Compostelle et le second sur le Chemin d'Arles, d'Arles à Puente-la-Reina, vit et travaille en Béarn. Il partage ses loisirs entre dessin et sculpture, voyages et randonnées pédestres. Il expose régulièrement ses sculptures et ses aquarelles dans le grand Sud-Ouest.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Premières ascensions au Mont-Blanc (1774-1787)

    Horace-Benedict de Saussure

    Parution : 7 Janvier 2020 - Entrée pnb : 8 Janvier 2020

    Horace-Benedict de Saussure peut être considéré comme le découvreur des Alpes, au même titre que Ramond de Carbonnières pour ce qui touche aux Pyrénées. L'oeuvre du Genevois Saussure, monumentale, est difficile d'accès aujourd'hui, tant par son volume que par son côté encyclopédique très "XVIIIe siècle".
    Il sait, pourtant, dans ses récits d'ascensions, être d'une modernité de ton et de réflexion que lui envieront tous ceux qui, après lui, se lancèrent dans ce genre bien spécifique qu'est la littérature de montagne.
    Même s'il n'est pas le premier à gravir le Mont-Blanc, H.-B. de Saussure sera celui qui l'immortalisera et lui donnera ses lettres de noblesse.
    Le présent ouvrage est extrait des Voyages dans les Alpes - partie pittoresque des ouvrages de H.-B. de Saussure (1852).
    Horace Bénédict de Saussure (1740-1799) né à Conches, près de Genève, physicien, géologue et naturaliste suisse. C'est l'intérêt de Saussure pour la botanique qui l'amène à entreprendre dès 1758 ses tout premiers voyages dans les Alpes. Ses travaux ne cessent de s'enrichir par la suite de nouvelles dimensions : étude des glaciers, géologie, minéralogie, physique de l'atmosphère, météorologie, ethnographie, et même physiologie. La plupart de ses résultats sont consignés dans les quatre tomes de ses Voyages dans les Alpes (1779-1796).
    Nouvelle édition, entièrement revue et illustrée qui remplace la précédente qui datait de 2002.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le voyage aux Pyrénées fut un des grands classiques du XIXe siècle : Taine, Thiers, Hugo et bien d'autres s'y sont essayé tout au long du siècle.
    Celui entrepris par Vincent (de) Chausenque (1781-1868) est d'une toute autre trempe : un voyage pédestre de l'Atlantique à la Méditerranée qui eut, à son époque, un grand retentissement.
    La relation de ces voyages pédestres fut à l'origine de nombre de vocations pyrénéistes de la seconde moitié du XIXe siècle et annonçait la randonnée de haute-montagne du XXe siècle.
    Un ouvrage précieux d'un grand précurseur qu'il faut redécouvrir : Le livre Ier comprend : l'Introduction ; le Béarn et le Pays basque. Le livre II est entièrement dédié aux Hautes-Pyrénées. Le livre III à l'Ariège et au Roussillon (Pyr.-Orient.) ; enfin le livre IV s'attache au Comminges et aux sources de la Garonne.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La peste écarlate

    ,

    Parution : 20 Août 2020 - Entrée pnb : 21 Août 2020

    La peste écarlate, ainsi nommée car elle provoque une coloration rouge de la peau, est effroyablement contagieuse : elle tue en quelques minutes dans d'atroces souffrances et la pandémie a quasiment rayé l'homme de la surface terrestre. Un ancien professeur d'université, soixante ans plus tard, erre en compagnie de ses petits-enfants, revêtus de peaux de bêtes, en baie de San Francisco. Nous sommes en 2073. Quelques hordes subsistent, regroupant de rares survivants... L'ex-professeur James Howard Smith évoque le merveilleux monde d'avant la Peste écarlate à ces enfants « ensauvagés » qui ne savent ni lire ni écrire. Mais un espoir lui demeure : il a réussi à sauver et à cacher, dans une grotte, des livres qui permettront, un jour, à l'humanité de retrouver le chemin de la connaissance.
    Un texte qui reste, à un siècle d'intervalle, d'une étonnante et inquiétante modernité. Un récit d'apocalypse qui n'est pas sans en rappeler un autre de la même époque : L'éternel Adam de Jules Verne.
    Jack London (1876-1916), de son vrai nom John Griffith Chaney, né à San Francisco. Journaliste, romancier, nouvelliste, il est universellement connu pour ses romans d'aventures Croc-Blanc et L'Appel de la Forêt, mais on lui doit également nombre de nouvelles et romans maritimes, d'anticipation ou encore « socialistes », en partie autobiographiques.
    La présente édition reprend les illustrations de l'édition originale américaine de 1915, de Gordon Grant.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Journal de voyage en Italie t.1 et 2

    Michel de Montaigne

    Parution : 19 Décembre 2019 - Entrée pnb : 21 Décembre 2019

    Ce journal n'a été publié pour la première fois qu'en 1774 par Meunier de Querlon, employé de la Bibliothèque du Roi, sous ce titre : Journal de Voyage de Michel de Montaigne en Italie, par la Suisse et l'Allemagne, en 1580 et 1581; avec des notes par M. de Querlon. Dédié à Buffon, il est précédé d'un Discours préliminaire dans lequel Meunier de Querlon raconte l'histoire de la découverte du manuscrit. Montaigne ayant parlé plusieurs fois de ce grand voyage dans les Essais, et aussi des « Lettres de bourgeoisie romaine » qui lui furent accordées à Rome, on n'ignorait pas qu'il l'avait fait, bien qu'on fût surpris qu'il n'eût rien publié à son sujet. Personne n'y pensait plus lorsque, en 1774, un manuscrit fut trouvé au château de Montaigne, en Périgord, qui avait pour titre Journal des voyages de Montaigne. Meunier de Querlon explique, en le publiant, comment il fut découvert par le chanoine Prunis et comment, après avoir été examiné par divers hommes de lettres, il fut unanimement reconnu, comme étant le récit, en partie autographe, de son voyage... (extrait de la Présentation).
    Michel Eyquem, seigneur de Montaigne, (1533-1592), moraliste, philosophe et homme politique de la Renaissance. Il fut Maire de Bordeaux. Universellement connu pour ses Essais, Montaigne livre, avec ce journal intime, un des tout premiers récits de voyage, au sens moderne du mot. L'édition annotée et commentée du Dr Armengaud, grand spécialiste de Montaigne, (originellement publiée en 1928), méritait amplement cette nouvelle version, entièrement recomposée.
    Proposée en 2 tomes en 2015, en voici une nouvelle édition réalisée en un seul tome, plus abordable tant en présentation qu'en prix public.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Récits pyrénéens ; Lavinia, le géant Yéous

    George Sand

    Parution : 15 Février 2017 - Entrée pnb : 16 Février 2017

    L'amour des Pyrénées forme l'unité profonde de ces deux récits « pyrénéens » de George Sand. A quarante ans de distance (1833 et 1873), George Sand se plaît aux mêmes crêtes déchirées, aux mêmes moeurs pittoresques.
    Aux cavalcades tumultueuses des villes d'eau mondaine et des dandies parfumés succèdent des paysans pieux, rudes, patients. Tout George Sand se retrouve dans ces deux récits : ses élans romantiques, ses entraînements de passion, sa tendresse bucolique, la douceur de son optimisme et le même feu de générosité qui habite ses héros.
    Etude et notes de J. Fourcassié (parues initialement dans l'édition de 1940) sont une mise en perspective de l'écrivain, de ses sources d'inspiration et de son oeuvre qui amènent un vrai supplément à la lecture de ces récits paradoxalement peu connus et qui méritent vraiment d'être redécouverts.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Voyage dans les Pyrénées, Aquitaine, Languedoc, Provence et Corse

    Gustave Flaubert

    Parution : 29 Décembre 2016 - Entrée pnb : 31 Décembre 2016

    A dix-neuf ans, Gustave Flaubert obtient, non sans mal, son baccalauréat. Ses parents lui ont promis, en récompense, un « tour » dans le sud de la France.
    Le « tour » en question consiste en un voyage qui mène le jeune homme de sa Normandie natale jusqu'en Corse, en passant par Bordeaux, Bayonne, Irun, Bagnères-de-Luchon, Toulouse, le Languedoc, la Provence maritime avec Marseille et Toulon.
    En résulte ce journal de voyage, alerte et romantique à souhait, qui ne sera, pourtant, publié qu'en 1885 (sous le titre de Par les champs et les grèves, - et qui comprend également son périple en Bretagne et Normandie), bien après la mort de son auteur.
    Gustave Flaubert (1821-1880), célèbre romancier français né à Rouen, est l'auteur, notamment, de Madame Bovary, Salammbô ou encore L'Education sentimentale.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'empire chinois t.1 ; souvenirs d'un voyage en Chine

    Evariste-Régis Huc

    Parution : 2 Janvier 2019 - Entrée pnb : 3 Janvier 2019

    Faisant suite à son « Voyage dans la Tartarie et le Thibet », « l'Empire chinois » relate les aventures du père Huc dans son périple de retour - sous escorte armée - à travers la Chine du milieu du XIXe siècle.
    Dans un style volontiers alerte et minutieux, le père Huc nous dépeint les contrées qu'il traverse, les moeurs et les coutumes de leurs habitants, la vie quotidienne des Chinois de toutes conditions...
    Toujours précis, parfois prémonitoire dans ses commentaires, cet ouvrage, "best-seller" au XIXe siècle, reste un des récits de voyage sur l'Extrême-Orient parmi les plus captivants qui soient avec le « 16.000 lieues à travers l'Asie & l'Océanie » d'Henry Russell-Killough.
    Régis-Evariste Huc, né à Caylus (Tarn-&-Garonne) en 1813, moine missionnaire en 1837, fait ses premiers pas en Chine dès 1840. Il va sillonner la Chine, la Mongolie et le Tibet jusqu'en 1852. Il meurt à Paris en 1860.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Cent ans aux Pyrénées ; livres I et II

    Henri Beraldi

    Parution : 20 Avril 2020 - Entrée pnb : 22 Avril 2020

    Henri Beraldi est "l'encyclopédiste" des Pyrénées. Ses CENT ANS AUX PYRÉNÉES ne comportent pas moins de sept volumes pour couvrir la fin du XVIIIe jusqu'au tout début du XXe siècle. Lui-même la définit comme une « excursion biblio-pyrénéenne » : il y recense et présente, en effet, tous ceux qui - écrivains ou non - ont aimé et « écrit » les Pyrénées.
    Dans un style alerte, volontiers caustique, agréable à lire, fourmillant d'éclairantes citations, il bâtit une véritable épopée qui, cent ans plus tard, reste irremplaçable et inégalée.
    Une présentation modernisée, un coût enfin abordable au plus grand nombre, permettront à tous les amoureux des Pyrénées et de leur littérature de pouvoir enfin apprécier comme il se doit ce chef-d'oeuvre du pyrénéisme.
    Ce premier tome reprend les livres I et II de la précédente édition. Ramond de Carbonnières, Chausenque, les officiers géodésiens, Lézat, Tonnellé sont, entre autres, au « menu » du présent tome.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • En montanha ; entre Dinha e Barciloneta

    Xavièr De Forvièra

    Parution : 17 Septembre 2017 - Entrée pnb : 18 Septembre 2017

    En Mountagno est un extrait du Journal manuscrit (entre 1881 et 1901) du père Xavier de Fourvières, extrait qui connut une première édition en livre en 1899. Prédicateur itinérant, Xavier de Fourvières a passé plusieurs semaines dans les Basses-Alpes en 1897, entre Digne et Barcelonnette. En moutagno est le récit de ce périple religieux, entrecoupé des descriptions de la société rurale, des moeurs, des pratiques religieuses et de la culture de cette fin de XIXe siècle en Haute-Provence. Rare auteur d'expression provençale, avec Félix Gras et Valère Bernard, qui , à cette époque où la poésie est reine avec Fédéric Mistral, produit des textes de prose.
    Xavier de Fourvières (de son vrai nom : Albert Rieux) est un chanoine de l'ordre des Prémontrés, né à Robion (Vaucluse), (1853-1912). A la suite de Frédéric Mistral, il a oeuvré pour la renaissance de la langue d'oc, comme prédicateur en provençal et écrivain. Il fut majoral du Félibrige. De 1897 à 1910, il dirigea la revue mensuelle Lou Gau qui revendiquait notamment la présence du provençal à l'école. De 1903 à 1912, il s'exila en Angleterre, à l'occasion de la séparation de l'Eglise et de l'Etat, au prieuré de Storrington dont il devint le prieur. A côté de nombre d'oeuvres religieuses, on lui doit le fameux dictionnaire Lou Pichot Tresor ainsi qu'un autre texte de prose : Escourregudo en Anglo-terro.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Monsieur Godeau dit entre autres choses dans sa harangue : « La Provence est fort pauvre, et comme elle ne porte que des jasmins et des orangers, on la peut appeler une gueuse parfumée ». Cette citation mise en page de titre explicite le titre de l'ouvrage.
    Publiée initialement en 1876, la Gueuse parfumée comprend cinq récits provençaux très divers : Jean des Figues (réédité séparément) ; le Tor d'Entraÿs ; le Clos des Âmes ; la Mort de Pan ; le Canot des six Capitaines. On retrouve ici tout le charme et l'originalité de la Provence.
    Paul Arène (1843-1896), né à Sisteron, licencié en philosophie, maître d'études en lycée ; il opte pour Paris, le journalisme et la littérature. Il y fréquente Alphonse Daudet et collaborera fortement à l'écriture des Lettres de mon Moulin. Il participe à la guerre de 1870 au grade de capitaine. Il publie, après 1870, nombre de pièces de théâtre, poésies et contes. On retiendra les oeuvres « provençales » passées quasi seules à la postérité et toujours appréciées depuis lors : La Chèvre
    d'Or, La Gueuse parfumée, les Contes de Provence, le Midi bouge, etc.
    Après La Chèvre d'Or, Quelques contes de Provence, Jean des Figues, voici une nouvelle oeuvre de Paul Arène rééditée pour le plus grand plaisir des Provençaux et des amoureux de la Provence éternelle...

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • En 1855, le jeune Elisée Reclus (il a 25 ans) passe deux années dans la Nouvelle-Grenade (actuelle Colombie), particulièrement dans le massif montagneux de la Sierra Nevada de Santa Marta, à proximité de Carthagène. Région tropicale, isolée et en devenir mais ô combien passionnante pour l'utopiste qu'est Elisée Reclus ! Son compte-rendu (publié en 1881 dans sa deuxième édition) est à la fois un magnifique récit de voyage où, sans parti-pris, la connaissance des diverses populations et de leur existence le dispute à celle des lieux et des paysages.
    « ... Je ne le cacherai point : j'aime la Nouvelle-Grenade avec autant de ferveur que ma patrie natale, et je serais heureux de faire connaître à quelques-uns ce pays admirable et plein d'avenir. Si je pouvais détourner vers cette contrée une petite partie du courant d'émigration qui entraîne les Européens, mon bonheur serait grand. Il est temps que l'équilibre s'établisse entre les populations du globe et que l'Eldorado cesse enfin d'être une solitude ! »
    Elisée Reclus, né à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) en 1830, fils de pasteur protestant, vécut une partie de sa jeunesse à Orthez en Béarn. Il reste l'auteur internationalement reconnu de la monumentale Nouvelle Géographie Universelle (1894-1895) mais son engagement politique (républicain sous le Second Empire, communard en 1871, anarchiste), l'amène à des exils répétés en Suisse et en Belgique où il meurt en 1905.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Trois ans en Nouvelle-Calédonie (1867-1870)

    Jules Patouillet

    Parution : 18 Avril 2020 - Entrée pnb : 19 Avril 2020

    FICHIER EPUB - MISE EN PAGE FIXE. - Le 23 mai 1866 j'embarquais, en qualité de médecin en second, à bord de la frégate à voile la Néréide qui, appareillant de Brest, devait aller ravitailler nos colonies de la Réunion, de la Nouvelle-Calédonie et de Taïti. [...] Mon rêve, en quittant la France, avait été de rester quelque temps dans l'intérieur de la Calédonie. Je désirais observer par mes propres yeux, chez des populations sauvages, ou vierges encore, ce que peut l'homme, réduit à ses propres forces, aux prises avec la nature, et combler, si je le pouvais, par cette étude, une lacune qui me semblait exister dans tous les écrits que j'avais lus sur l'ethnographie calédonienne. [...] Je profitai de ce premier séjour pour rompre petit à petit avec les habitudes européennes et prendre celles des naturels. J'y parvins si complètement que, lorsque on m'envoya comme médecin-major à Houagape, je n'eus que bien peu de choses à faire pour amener les Canaques à me traiter comme un de leurs chefs. [...] Je me suis proposé d'apprendre au public, dans les quelques pages qu'on va lire, ce qu'est à l'heure présente la Nouvelle-Calédonie, ce que l'on y fait, comment on y vit, et ce qu'avec de la bonne volonté et des bras on pourrait y obtenir de résultats heureux, tant pour les naturels que pour les colons et la métropole (extrait de la Préface, édition originale, 1873).
    Jules Patouillet, médecin de marine, résidera de 1867 à 1870 en Nouvelle-Calédonie. Son ouvrage quasi introuvable, réédité en fac-similé dans les années 1980, mérite pourtant d'être mieux connu. Ouvrage majeur sur la Nouvelle-Calédonie au XIXe siècle, à la fois historique dans sa première partie, la seconde étant consacrée à l'anthropologie, l'ethnologie et aux moeurs des Canaques.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Je rêve à cette tournée extraordinaire des îles que je fais depuis un mois. Comme une eau-forte vigoureuse se profilent les traits durs de Sein et d'Ouessant, Bréhat se dresse avec ses rochers rouges, le dragon de l'île de Batz siffle à mes oreilles, les pierres druidiques des Glénans se lèvent pour m'écraser... Mais Groix, prise de pitié, me cache au creux de ses sillons, sous une jonchée de bluets et de coquelicots, Belle-Isle me jette le parfum de ses fleurs et les jolies patriciennes des îles d'or me tendent leurs lèvres à baiser ! Je rouvre les yeux. Le beau rêve est fini ! Finie aussi l'excursion des îles bretonnes, si étrangement pittoresques !... ».
    Ainsi achève Th. Caradec son ouvrage, paru initialement dans la première moitié du XXe siècle, d'une découverte des îles bretonnes, encore « sauvages » et bien éloignées du continent à tous points de vue.
    Légendes, moeurs et coutumes, souvenirs et anecdotes historiques jalonnent ce périple enchanteur.
    Un ouvrage à lire et relire pour s'imprégner de ce que pouvaient être ces îles et leurs habitants voici 50 ou 100 ans. Peut-être une façon plus « humble » de les aborder, avec cet ouvrage, sorte de guide touristique hors du temps, mais qui vous donnera certainement un goût supplémentaire pour apprécier et méditer la Bretagne au fil de ses îles...

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • îles bretonnes : Belle-Ile-en-Mer, île de Sein ; notes de voyage

    Anatole Le Braz

    Parution : 15 Février 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Ces notes de voyage mettent en pleine lumière un Le Braz passionné de nature, un observateur au regard singulièrement aigu, se donnant tout entier, dans la seule intimité de son âme de poète, à la recherche de spectacles de beauté et les fixant sur le papier dans la vérité de leurs couleurs et de leurs formes. Jamais on n'a rendu aussi heureusement avec des mots la grâce attendrie d'une campagne verdoyante, les colorations ou vives ou étranges d'une mer tou­jours en mouvement, les floconneuses irréalités des nuages que le vent bouleverse, les formes fan­tastiques des rochers fouillés et triturés par les flots sauvages..., autant d'aquarelles où se trouve captée pour toujours l'atmosphère de ce pays breton que Le Braz a si tendrement aimé.
    Ces notes de voyage sont intéressantes pour une autre raison. L'enquêteur infatigable qui a sauvé de l'oubli tant de vieilles légendes est ici de nouveau au travail. Les humains, tout autant que le pays, ont retenu son attention et cela nous a valu de nombreux croquis de marins, de paysans et de paysannes, saisis dans le pittoresque de leurs gestes et de leurs attitudes.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Amb aqueste raconte Sèrgi Viaule nos mena suls mitics camins de Sant-Jacme. Cada caminada, cada experiéncia es unica. La seu, complida pendent dos meses e mièg en 2019, es prigondament generosa e poetica. Avèm aquí un jornal tengut jorn per jorn, un raconte a l'encòp imatjat e imaginatiu. Mai que d'una quista personala, es l'evocacion emocionanta d'una introspeccion. L'autor fa de longa l'anar-tornar entre l'endedins e l'endefòra d'un viatge intime e iniciatic. Una peregrinacion que lo marquèt per la vida.
    Aqueste Jornal d'un jaquet foguèt escrich a passes lents, sus un sendarèl pas totjorn luminós, per un ideós en cèrca d'estèlas. Libertat, poësia e frairetat son tantas pèiras que marquèron son caminament.
    Sèrgi Viaule es sortit d'Albigés e i demòra. A escrich poësias, novèlas e romans. Sa singularitat dins lo cortal de la literatura nòstra es qu'a publicat fòrces racontes de viatges : Escorregudas en Albigés, Passejada en Escandinavia, Sus las pesadas de Robèrt-Loís Stevenson, Barrutlada en Irlanda e en Gallas, etc. E mai nos porgís a nosautres los legidors del sègle XXIen un occitan natural, de bon comprene, enrasigat dins sa pratica quotidiana de la lenga.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Passions celtes

    Charles Le Goffic

    Parution : 5 Janvier 2019 - Entrée pnb : 7 Janvier 2019

    Il y a du Conan Doyle dans cet art qu'a Charles Le Goffic de camper, en quelques phrases, une histoire, une atmosphère, une époque, et captiver aussi sûrement sur des textes courts mais denses, ô combien !
    Dans ces Passions celtes, de l'évocation des Celtes d'autrefois, des Gens de Mer ou de Ceux de la glèbe, Charles Le Goffic déploie un talent consommé de diversité dans les thèmes abordés et sait ménager, toujours, un suspense et un intérêt qui emportera l'adhésion même du lecteur le plus exigeant.
    En tous les cas, le temps n'a aucune prise sur ces nouvelles bien qu'écrites il y a déjà plus de 100 ans (première édition en 1908). Il faut absolument les redécouvrir, elles vous passionneront, sans nul doute, et vous y découvrirez finalement un peu de l'âme profonde de la Bretagne celtique...
    Connu et reconnu pour ces recueils de contes traditionnels et de romans régionalistes, Charles Le Goffic (1863-1932) a su prouver un incomparable talent de « metteur en scène » de la Bretagne éternelle.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Une excursion à Noirmoutiers en 1871

    Edouard Dalloz

    Parution : 2 Août 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Si toute personne dont la profession côtoie le droit et la justice, connaît évidemment le nom d'Edouard Dalloz, ce n'est pas le cas, forcément, pour Noirmoutier. En 1871, fuyant le siège et la Commune de Paris, l'ancien député du Jura, se réfugie à Pornic, en Loire-Atlantique. De là, comme beaucoup d'autres Parisiens en tourisme « forcé », il décide de prendre part à une excursion en bateau vers l'île de Noirmoutier depuis Pornic.
    Cette fantaisie humoristique (dixit son auteur), publiée en 1881, n'avait jamais été rééditée à ce jour. Voici donc un récit de voyage, à l'aube du tourisme à Noirmoutier ou Noirmoutiers (comme on avait pris l'habitude de l'écrire au XIXe siècle), bien symptomatique de son époque.
    Edouard Dalloz (1826-1886), avocat, fut député du Jura sous le Second Empire. Après la guerre de 1870 contre la Prusse, il initiera ses célèbres éditions annotées des divers Codes (civil, pénal, de commerce, etc).

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Louis Ramond de Carbonnières est, on le sait, celui qui a "découvert" les Pyrénées lorsqu'il suivit, dans son exil provincial à Barèges, le cardinal de Rohan, mis en cause dans l'affaire du "collier de la Reine".
    La Révolution le ramène dans les Pyrénées en 1793, et Ramond va passer près de dix ans à parcourir la région du Mont-Perdu, jusqu'à l'ascension définitive qu'il en fait en août 1802.
    Le présent ouvrage relate cette "conquête" définitive du Mont-Perdu, ainsi que les démêlées de Ramond avec ses chers collègues, et propose les divers comptes-
    rendus rédigées par Ramond - dans un style très "veni, vidi, vici", dira Beraldi - de cette ascension qui restera fameuse dans l'histoire du pyrénéisme.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le sang de la sirène

    Anatole Le Braz

    Parution : 22 Décembre 2016 - Entrée pnb : 24 Décembre 2016

    Publié en revue en 1897, puis en livre en 1901, le Sang de la Sirène, est une des nouvelles les plus célèbres d'Anatole Le Braz. Lors d'un voyage à Ouessant pour y recueillir les légendes de l'île, l'auteur découvre celle qui se rapporte aux Sirènes : douze vierges belles comme des anges mais perverses comme des démons, qui avaient leur résidence d'été dans l'île. Un pêcheur ouessantin en attrapa une dans ses filets et elle en fit le roi de la mer : les vagues lui apportaient les poissons et les épaves, les vents et les courants lui obéissaient, mais la malédiction des sirènes s'abattit sur lui et se poursuit encore sur tous ses descendants. Et un vestige en serait la fameuse et singulière cérémonie de proella (du breton bro et ella : rapatriement au pays) qui consiste à remplacer le corps disparu du naufragé par une croix de cire lors des cérémonies de funérailles... Toujours à mi-chemin entre fiction et légende, entre modernité et tradition, voici Le Sang de la Sirène.
    Anatole Le Braz, né à Saint-Servais (Côtes d'Armor), en 1859 ; professeur de lettres au lycée de Quimper ; collecteur infatigable de chansons, contes et traditions populaires ; auteur de nombreux ouvrages sur le sujet : La Légende de la Mort, Contes du Vent et de la Nuit, Le Gardien du Phare, Au Pays des pardons, etc. Professeur à l'université de Rennes (1901-1924). Il s'éteint à Menton en 1926.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Barrutlada en Irlanda e en Gallas

    Sèrgi Viaule

    Parution : 1 Décembre 2020 - Entrée pnb : 3 Décembre 2020

    En junh e julhet de 2013, Sèrgi Viaule partís amb son auto-caravana sus las rotas d'Irlanda. Que plòga, que vente o que faga bèl temps, cada jorn notarà sas impressions e sas « aventuras » sus un quasernet. Pendent mai d'un mes va viatjar dins lo país marcat del trefuèlh. Dins aquel raconte nos convida a trevar las landas pauc o pro salvatjas del territòri de la nacion cèlta mai occidentala. A virar a l'entorn de sos milanta lacs, totes mai romantics los unes que los autres. A bordejar sos rius mitics ont se veson nadar los salmons contra subèrna. E benlèu a s'enfangar dins sas torbièras a l'encòp sornas e luminosas. Nos prepausa de lo seguir al grat dels camins bartassièrs que traçan l'isla verda. A descobrir mai que mai un art de viure ont los pubs espitalièrs fan lo fachin d'aquel país de tradicions. Dins aquela cronica, es amb estrambòrd, emocion e umor que l'autor albigés nos conta son « torn d'Irlanda e de Gallas » motorizat. Nos porgís un raconte gaujós ont qualques còps la suspresa o peltira a l'encantament. O fa dins una lenga viva e sensibla que conven a plec a n'aquesta mena d'exercici literari, encara tròp rar en occitan. Enfin, una escritura que buta al sòmi e al viatge !
    Sèrgi Viaule, es nascut en 1950 en Albigés, a fòrça escrich. Escrivan descobèrt per las Edicions dels Regionalismes. Poesias, contes, racontes, romans e novèlas dels sius son ja pareguts. Na Balfet foguèt son primièr roman publicat, lèu seguit per La venjança de N'Isarn Cassanha. S'es tanben especializat dins la traduccion en òc d'òbras majas de la literatura estrangièra.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La Chine ouverte ; aventures d'un Fan-Kouei dans le pays de Tsin

    Old Nick

    Parution : 26 Décembre 2016 - Entrée pnb : 28 Décembre 2016

    Si l'illustration a droit d'intervenir quelque part, c'est assurément dans les récits, aujourd'hui bien rares, où le voyageur lutte contre la difficulté de peindre et d'animer aux yeux du lecteur des moeurs nouvelles et des paysages inconnus. La Chine ouverte appartient à cette classe d'ouvrages où l'illustration est de mise, où le crayon peut utilement seconder la plume. Le titre indique assez le but que se sont proposé l'écrivain et le dessinateur. Il s'agissait de retracer fidèlement les impressions d'un Européen qui se trouve initié aux mystères de la Chine. M. Old Nick avait à se transporter par l'imagination dans les lieux que M. Borget retrace de mémoire : tous deux ont bien rempli leur tâche. Les dessins de M. Borget se distinguent par une fidélité scrupuleuse, et les récits de M. Old Nick résument avec charme les plus récentes notions qu'on possède sur le Céleste Empire. On ne peut que faire bon accueil à des publications qui, sous prétexte d'amuser les yeux, atteignent un but moins frivole en donnant une forme attrayante à l'étude et à la description des pays lointains... » (Revue des Deux Mondes, 1844).
    Paul-Emile Daurand-Forgues, connu sous le pseudonyme de Old Nick, est un journaliste, critique littéraire et écrivain né à Paris (1813-1883). On lui doit diverses traductions en français d'auteurs anglais ainsi qu'une Histoire de Nelson et deux récits de voyage : La Révolte des Cipayes (1861) et La Chine ouverte (1845).

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Cap a china lo temps d4un traversada

    P./Cavalier C. Loti

    Parution : 10 Mai 2020 - Entrée pnb : 12 Mai 2020

    Cap a China, lo temps d'una traversada aquò's, revirats e presentats en lenga nòstra per l'escrivana Miquèla Cabayé-Ramòs, los racontes de tres viatges cap a una meteissa destinacion geografica.
    Lo primièr es lo de Pèire Lotí, intellectual e escrivan francés, qu'embarca per China al mes de setembre de 1900, a bòrd d'un grand cuirassat de guèrra, lo Redoutable. Se'n va, coma oficièr, far son servici militar.
    Lo segond es lo de Çubran Cabayé, lo pairegrand de Miquèla Cabayé-Ramòs. Païsan e vinhairon lengadocian, nascut prèp de Carcassona, es mandat en China al mes de junh de 1902 amb son regiment, dins l'encastre del servici militar que durava tres ans.
    Enfin lo darrièr viatge es fictiu. Es tirat del roman « Una odor de gengibre » de l'escrivan escossés Oswald Wynd. Se tracha de lo de Mary Mackenzie : jove escossesa qu'embarca sul paquebòt lo Mooldera cap a China al mes de genièr de 1903. Se va maridar amb lo militari britanic que li an promés, aqueste es en pòste a Pekin. Lo personatge relata lo quotidian sul vaissèl pendent lo viatge e son arribada a Pekin.
    L'engèni de Miquèla Cabayé-Ramòs es d'aver recampat dins un meteis obratge realitat e ficcion. D'aver remosat dins un meteis volume tres personalitats desparièras e tres destins que, sens aquò, riscavan pas de se crosar. Tres tèxtes d'una bèla sensibilitat que lor fial comun es lo viatge en batèu fins a China. Tenem aquí un libre de viatge que ne regaudirà mai d'un.
    Miquèla Cabayé-Ramòs publiquèt en tant qu'autora doás libres en lenga nòstra : Una de las Corbièras Nautas e Una femna l'Autra, la vida... Cap a China es sa primièra òbra de revirada en òc.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Cette anthologie, parue initialement dans les années 1930, permet d'avoir un large panorama de la littérature de montagne au fil des siècles (du XVIIe au XIXe siècle).
    Pour marquer la nette coupure dans la perception que l'homme cultivé d'alors a de la montagne, les auteurs ont scindé cette anthologie en deux tomes : le premier « Ces monts affreux... » va du XVIIe au tout début du XIXe siècle : la montagne y est ressentie essentiellement comme un obstacle, un lieu angoissant et dangereux ; le second « Ces monts sublimes... », couvre le XIXe siècle : la montagne s'apprivoise et se laisse vaincre.
    Ainsi l'on a une vision la plus exhaustive qu'il soit de ces précieux textes de littérature de montagne, mais également une courte biographie des auteurs cités.
    Dans ce premier tome, l'on va de J.-J. Rousseau, en passant par de Saussure, Bourrit, Chateaubriand, Ramond, Goethe, Mme de Staël, Stendhal, etc. aux auteurs anglais ou français du XVIIIe siècle, moins connus mais toujours édifiants.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty