Géographie

  • Penser la Méditerranée : hier et aujourd'hui

    ,

    • Cnrs editions
    Parution : 14 Avril 2022 - Entrée pnb : 14 Avril 2022

    La Méditerranée... le bleu profond des anses et le rose des toits, le sol sombre des pentes et du vignoble, le vert cendré des oliviers et la flèche sombre des cyprès, les pierres sèches et les fontaines... La Méditerranée, c'est aussi Alger la Blanche, le blanc et le bleu de tant d'îles grecques, la vision minérale des " villes mortes " du Levant, le chant des norias, la couleur chaude des sables de l'Orient profond.

    Dans ce portrait à deux voix, celle d'une historienne et celle d'un géographe, se dévoile ce monde méditerranéen et la façon dont il a été pensé, façonné et sans cesse réinventé par les Anciens, les Modernes et nos contemporains. La Méditerranée, multiple et diverse, est pourtant marquée par une étonnante unité, très tôt ressentie. Comment expliquer cette conscience aiguë d'un espace, d'un milieu particulier – cette " méditerranéité " ?

    Colette Jourdain-Annequin et Paul Claval retracent la manière dont les Grecs, les Romains puis les botanistes, géographes, artistes ou historiens ont perçu cette mer intérieure, en s'appuyant sur le climat, les paysages, les mythes, la cartographie, les langues, les religions, les savoir-faire ou les genres de vie partagés. Le XIXe siècle a été en cela un puissant vecteur de l'idéalisation de ce territoire, avant que Braudel ne pose les bases de toute étude sur le sujet. C'est un espace unifié par des traits largement partagés, mais aussi un lieu d'échange complexe fait de conflits ou de rivalités, qui ressort de cette étude.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Petit manuel pour une géographie de combat ; comment le capitalisme façonne l'espace

    Renaud Duterme

    • La découverte
    Parution : 16 Janvier 2020 - Entrée pnb : 25 Février 2021

    Si l'histoire du capitalisme est largement documentée, sa logique spatiale, elle, l'est beaucoup moins. Cette dernière est pourtant fondamentale à la compréhension de ce système et de ses contradictions.

    Le présent ouvrage s'inscrit donc dans une discipline, la géographie radicale, qui
    spatialise la question des rapports de forces produits par le capitalisme.

    L'auteur met au jour les logiques capitalistes à l'œuvre dans les phénomènes spatiaux qui constituent les objets d'étude de la géographie, à savoir la mondialisation, les inégalités de développement économique, mais aussi l'aménagement du territoire, les replis identitaires, les mouvements migratoires et les questions écologiques.

    Il est nécessaire pour quiconque s'intéresse au fonctionnement du capitalisme de se réapproprier la géographie comme outil permettant d'envisager une sortie démocratique des impasses produites par ce système. Une géographie populaire ou, mieux, une géographie de combat qui permet d'articuler la lutte à l'échelle locale aux dynamiques globales.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Tigre et euphrate - au carrefour des convoitises

    Marcel Bazin

    • Cnrs editions
    Parution : 18 Novembre 2021 - Entrée pnb : 19 Novembre 2021

    C'est dans le bassin fertile de ces deux fleuves indissolublement liés, aujourd'hui partagés entre l'Irak,la Syrie, la Turquie et l'Iran, qu'est née l'une des plus anciennes civilisations, celle de la Mésopotamie antique.

    Marcel Bazin nous guide à travers l'histoire plurimillénaire de cette région où s'est déroulée la Révolution néolithique, où sont apparues l'écriture et les premières cités-États, et où s'est formée une richeet complexe mosaïque ethnolinguistique et religieuse.

    Tantôt en position de carrefour, tantôt en position de marge disputée entre voisins, ouverts à de nombreuses influences, les espaces arrosés par le Tigre et l'Euphrate ont connu des configurations politiques variées, au gré des fortes fluctuations dans la maîtrise de l'eau et les formes d'occupation du bassin. Le redécoupage territorial opéré à l'issue de la Première Guerre mondiale, tout comme la découverte du pétrole, ont aiguisé les convoitises autour de ces terres fragilisées et bouleversées par la succession des conflits et des revendications identitaires régionales.

    Dans sa réflexion convoquant sa pratique du terrain,l'auteur interroge au long cours les capacités de reconstructionet de résilience de ce " croissant fertile " et de ces peuplesgrâce aux fleuves nourriciers.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Dictionnaire critique de l'anthropocène

    Collectif

    • Cnrs editions
    Parution : 4 Juin 2020 - Entrée pnb : 5 Juin 2020

    Si les changements environnementaux liés à l'humanité ne font aucun doute, leur ampleur et leurs conséquences ne sont pas si faciles à évaluer. Pour le savant, il s'agit d'établir les liens de causalité et les impacts avec le plus de précision possible, puis de poser un diagnostic. Le présent dictionnaire s'appuie sur le concept récent d'" anthropocène ", qui a le mérite, qu'on l'approuve ou non, de relancer la réflexion sur les rapports entre nature et société, entre constat scientifique et action politique, à travers une approche spatiale et territoriale. Procédant de façon critique, et fruit d'une démarche collective, cette vaste entreprise éditoriale se fonde sur une pratique de terrain, attentive aux détails et méfiante à l'égard des discours pré-établis.

    Parmi les 330 notices, plusieurs thèmes sont au cœur des débats contemporains (biodiversité, changement climatique...), d'autres se réfèrent à des courants de pensée (écoféminisme, transhumanisme...). Les concepts mobilisés abordent des questions politiques (capitalocène, justice environnementale...), philosophiques (catastrophes, Gaïa...), ou épistémologiques (finitude, population...). Des notions classiques sont réinterrogées (nature, ressource...), tandis que des concepts sont précisés (biosphère, écosystème...).

    D'autres notices discutent de mécanismes environnementaux (érosion, tsunami...), de pratiques récentes (agroécologie, ville durable...), de phénomènes territorialisés (déforestation, désertification...) ou d'artefacts (aéroport, autoroute...). Certaines examinent des lieux emblématiques (Amazonie, Fukushima...). D'autres, enfin, offrent un regard original sur l'anthropocène, sa faune (chien, ours...), ses mutations socio-économiques, institutionnelles ou politiques (biopiraterie, ZAD...).

    Un dictionnaire de référence sur un concept devenu incontournable.

    Ce dictionnaire a été coordonné par

    le groupe Cynorhodon comptant 16 géographes :

    Frédéric Alexandre, Fabrice Argounès, Rémi Bénos, David Blanchon, Frédérique Blot, Laine Chanteloup, Émilie Chevalier, Sylvain Guyot, Francis Huguet,

    Boris Lebeau, Géraud Magrin, Philippe Pelletier, Marie Redon,

    Fabien Roussel, Alexis Sierra, Didier Soto.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Congo ; un fleuve à la puissance contrariée

    Roland Pourtier

    • Cnrs editions
    Parution : 1 Avril 2021 - Entrée pnb : 31 Mars 2021

    Fleuve le plus puissant au monde après l'Amazonie, le Congo draine un immense bassin partagé entre neuf États. Il a donné son nom à deux d'entre eux. Au cœur d'une histoire tumultueuse qui mit en contact les sociétés d'Afrique équatoriale et l'Europe, soumis à une exploitation coloniale brutale, il n'a cessé d'être convoité pour ses richesses naturelles. " Potentiellement " riches, les pays riverains du grand fleuve comptent en réalité parmi les plus pauvres du monde.

    Ce paradoxe de la puissance contrariée, tant par la nature qui a coupé le fleuve de son ouverture atlantique que par le cours d'une histoire souvent chaotique, constitue le fil conducteur d'un voyage fascinant aux pays du Congo. L'auteur les a parcourus durant trois décennies. Il en montre les mutations comme les freins au développement, et interroge les promesses de l'or blanc, de l'or vert, de l'or bleu. Il livre en six tableaux le fruit d'une réflexion sans tabou, murie au carrefour de la géohistoire, de l'anthropologie économique, de la politique, de la culture et des arts. Cet essai de géographie globale propose des clés essentielles pour comprendre la complexité du bassin du Congo dans son rapport au monde.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Antarctide, le continent qui rendait fou ; d'Aristote à Amundsen, 2000 ans de quête

    Dominique Le Brun

    • Omnibus
    Parution : 13 Avril 2017 - Entrée pnb : 20 Avril 2017

    L'Antarctique, confondue avec l'Atlantide dans un même fantasme, a fait rêver à en mourir. L'histoire d'une quête autant que d'une découverte, en ce qu'elle a eu d'irrationnel et de grandiose.

    Les géographes grecs l'avaient imaginé il y a déjà plus de deux mille ans : on appelait alors Antichtone cette terre mystérieuse qui devait équilibrer la masse des continents de l'hémisphère Nord.

    Elle disparut des esprits au Moyen Age mais resurgit lorsque, au XVIe siècle, les premiers navigateurs qui se risquèrent dans les hautes latitudes sud dirent avoir aperçu une terre immense. Depuis, les aventuriers n'ont jamais cessé de la chercher – quitte à en perdre la raison ou la vie.

    Certains parlèrent d'un éden aussi vaste que l'Amérique, et des fortunes furent englouties dans l'espoir d'en coloniser les rives bénies. Ainsi furent découverts l'Australie, l'île de Pâques, et des archipels dénudés qui, chacun, livraient leurs lots de drames et de déceptions.

    Quand l'Antarctique, enfin, apparut devant la proue des navires, continent de glace et de nuit, les rêves ne s'évanouirent pas pour autant. Rêves ou cauchemars délirants, comme cette base souterraine nazie où Hitler aurait survécu quelque part sous les monts Mühlig-Hofmann.

    Dominique Le Brun retrace – récits de voyages à l'appui – les illusions et la réalité de cette longue recherche dont les héros témoignaient d'une obstination surhumaine.

    Extraits des récits de voyage de Kerguelen, Cook, Dumont d'Urville, Amundsen, Schakleton, entre autres.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La mondialisation des pauvres ; loin de Wall Street et de Davos

    ,

    • Seuil
    Parution : 8 Février 2018 - Entrée pnb : 7 Février 2018

    La mondialisation ne se résume pas au succès de quelques multinationales et à la richesse d'une minorité de nantis. Les acteurs les plus engagés dans la mondialisation demeurent discrets, souvent invisibles. Depuis une trentaine d'années, les routes de l'échange transnational ont connu de profondes mutations. Elles relient aujourd'hui la Chine, l'atelier du monde, à un " marché des pauvres " fort de quatre milliards de consommateurs, en Algérie, au Nigeria ou en Côte d'Ivoire. Pour apercevoir ces nouvelles " Routes de la Soie ", il faut se détacher d'une vision occidentalo-centrée et déplacer le regard vers des espaces jugés marginaux, où s'inventent des pratiques globales qui bouleversent l'économie du monde. On découvre alors une " autre mondialisation ", vue d'en bas, du point de vue des acteurs qui la font.
    Armelle Choplin est maîtresse de conférences en géographie à l'université Paris-Est Marne-la-Vallée, en accueil à l'Institut de Recherche pour le Développement. Elle a publié Nouakchott, au carrefour de la Mauritanie et du monde (Karthala, 2009) et Inconspicuous Globalization (Articulo, 2015 avec Olivier Pliez).
    Olivier Pliez est géographe, directeur de recherche au CNRS (UMR LISST, Toulouse). Il a publié Les Cités du désert. Des villes sahariennes aux saharatowns (PUM-IRD, 2011) et Migrations entre les deux rives du Sahara (Autrepart, 2005, avec Sylvie Bredeloup).

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Pour en finir avec la vitesse

    , , ,

    • Editions de l'aube
    Parution : 19 Août 2021 - Entrée pnb : 24 Juillet 2021

    Les crises liées la mobilité se succèdent. Le mouvement des Gilets Jaunes, né du refus des limitations de vitesse et de la taxe carbone, et l'immobilisation forcée d'une bonne partie de la planète en 2020, en sont emblématiques. De fait, la vitesse de déplacement du train, de la voiture, de l'avion, combinés à la révolution numérique d'internet, ont permis à la mobilité d'occuper une place centrale dans nos vies quotidiennes. Mais si voyager loin, rapidement et à bas coût exauce les rêves de liberté et de découverte d'une partie toujours plus importante de la population mondiale, la mobilité véhicule, renforce, voire produit de la fatigue, des inégalités sociales, des systèmes peu résilients et génère des problèmes environnementaux majeurs.

    30 prêts - 1825 jours
    20 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La géographie, reine des batailles

    Philippe Boulanger

    • Perrin
    Parution : 12 Mars 2020 - Entrée pnb : 6 Mai 2021

    "La géographie, ça sert, d'abord, à faire la guerre" (Yves Lacoste).La géographie a toujours été une préoccupation des princes et des stratèges. La connaissance de l'environnement physique, des itinéraires, des ressources, des cités fortifiées, des populations à administrer, notamment, est en effet un des fondements des conquêtes et de la gouvernance territoriale : c'est chose entendue depuis l'Antiquité - Sun Tzu, en particulier, y consacre de longs développements dans L'Art de la guerre et Jules César, dans La Guerre des Gaules, atteste de l'exploitation tactique du terrain dans la manoeuvre. Il a fallu cependant attendre le xixe siècle pour rationaliser les éléments de connaissances géographiques en Europe et assister à la naissance d'une géographie purement militaire : elle devient, parmi d'autres, un moyen de lutter contre l'occupation de territoires par les armées napoléoniennes.
    Engagements militaires sur plusieurs théâtres d'opérations, sécurisation du territoire national face à la menace terroriste, bouleversements géopolitiques et géostratégiques régionaux, cartographies des infections, des virus et des bactéries, gestion des catastrophes naturelles, appui à la connaissance des zones à reconstruire, connaissance des cultures locales... Aujourd'hui au coeur de la révolution numérique et cartographique, et forte de nouveaux outils de haute technologie - comme les satellites de navigation permettant la géolocalisation en temps réel -, la géographie militaire connaît de profondes mutations.
    Philippe Boulanger analyse ces changements avec maestria et nous guide dans ces territoires peu connus de l'historien, revenant sur l'invention de cette géographie spécifique, sur ses liens avec les opérations militaires et sur son avenir.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Atlas de l'alimentation

    ,

    • Cnrs editions
    Parution : 14 Juin 2018 - Entrée pnb : 13 Juin 2018

    " Dis-moi ce que tu manges, je te dirai d'où tu es ". Tel un mantra, cette formulation maintes fois reprise et déformée rappelle que " nous sommes ce que nous mangeons " selon le mot d'Hippocrate. Mais savons-nous réellement ce que nous mangeons, et d'où vient ce qui est dans notre assiette ?

    " Dis-moi ce que tu manges, je te dirai d'où tu es ". Tel un mantra, cette formulation maintes fois reprise et déformée rappelle que " nous sommes ce que nous mangeons " selon le mot d'Hippocrate. Mais savons-nous réellement ce que nous mangeons, et d'où vient ce qui est dans notre assiette ? Pourquoi la tomate est-elle si présente dans la cuisine italienne ? Pourquoi le piment est-il omniprésent en Asie alors qu'il est originaire d'Amérique ? Et quel sera l'avenir de nos nourritures fermentées ? Ou des produits issus de l'agriculture biologique ? Dans 30 ans, boira-t-on plus de vin, de bière ou de soda ?

    Voici la fabuleuse histoire des aliments, cuisines et saveurs du monde. De la domestication du maïs vers - 4 000 aux biotechnologies alimentaires du xxie siècle, de l'introduction du chocolat en Espagne lors des Grandes Découvertes aux récentes ouvertures des restaurants japonais un peu partout en Europe, des premiers caféiers originaires d'Éthiopie au xiiie siècle avant notre ère au macha japonais, des pitas grecques aux samoussas indiens, l'histoire des pratiques culinaires se fond dans celle des cultures, des échanges, des climats. Sans oublier les différents codes et manières de manger d'une extrémité à l'autre du monde. Qu'on le répète : se nourrir n'est pas qu'un impératif biologique, c'est aussi un acte hautement culturel.

    Un atlas à dévorer !

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Une France en transition ; urbanisation, risques environnementaux et horizon écologique dans le second XXe siècle

    Stéphane Frioux

    • Editions champ vallon
    Parution : 18 Février 2021 - Entrée pnb : 11 Février 2021

    Dans la seconde moitié du XXe siècle, les sociétés humaines ont vécu une double transition : vers un mode de vie et un environnement sans cesse plus urbanisés, et vers une prise en compte accrue de l'impact environnemental de leurs activités.

    A partir des années 1970, les deux phénomènes se sont nourris mutuellement, suscitant une multitude d'initiatives pour défendre des espaces « naturels », ou lutter contre la pollution industrielle ou automobile. Une enquête collective menée dans les agglomérations de Lyon et de Grenoble, mais aussi au niveau des politiques nationales, restitue la richesse d'innovation sociale de cette époque, les bouleversements subis par les territoires urbanisés, et apporte une profondeur historique indispensable à la réflexion sur la situation contemporaine.

    Stéphane Frioux est maître de conférences en histoire contemporaine à l'université Lyon 2 et membre du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (UMR CNRS 5190 LARHRA). Il a coordonné le projet de recherche TRANSENVIR.

    30 prêts - 1825 jours
    20 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Géographie générale

    Marc Audebert

    • Editions allia
    Parution : 5 Octobre 2017 - Entrée pnb : 1 Octobre 2017

    Instruire en intéressant, ou en amusant, est la devise de cet ouvrage remarquable. Car c'est d'apprendre à voir qu'il s'agit. Sous la main appliquée de Marc Audebert, la géographie devient poésie visuelle. Miroir de ce qu'elle enseigne, la leçon soustrait le général du particulier au moyen de savants jeux d'échelle. Le préau ou la cour se transforme en laboratoire, la géographie en expérience. Ce manuel regorge de propositions pédagogiques visant à imprimer dans l'esprit des élèves les grands mouvements de notre système solaire, où les toupies font figure de planètes. Le soin apporté aux dessins, à la couleur, disent le souci premier de transmettre un savoir mais plus encore de le faire comprendre. Ce document inédit et de grande beauté s'adresse moins à la mémoire qu'à l'intelligence.

    Instituteur à Marcilly-sur-Maulne dans l'Indre-et-Loire, Marc Audebert (1890-1914) fut très marqué par l'enseignement reçu à l'École Normale d'instituteurs de Loches. En août 1914, il est appelé à Tours pour rejoindre le 90e régiment d'Infanterie. Grièvement blessé lors d'un assaut contre les tranchées allemandes, il meurt à Ypres en octobre 1914, à l'âge de 24 ans.

    30 prêts - 1825 jours
    20 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Atlas critique de la Guyane

    , ,

    • Cnrs editions
    Parution : 17 Septembre 2020 - Entrée pnb : 16 Septembre 2020

    La carte n'est pas le territoire. Œuvre de l'esprit, interprétation de l'espace, elle est restée longtemps l'apanage du pouvoir, l'expression des dominants, véhiculant des représentations partiales, douteuses ou orientées. Une mise en ordre qui fabrique parfois l'ordre bien réel de nos sociétés. Dressé dans les années 1970, ce constat critique bouleverse encore aujourd'hui la lecture des cartes.

    Cet atlas s'inscrit dans ce mouvement intellectuel en plein essor : il se veut être un exercice de cartographie critique appliquée à un espace donné. Les auteurs, géographes spécialistes de la discipline, ont choisi la Guyane – mais leur méthode pourrait s'appliquer à n'importe quel " terrain " – parce qu'elle forme un espace singulier, une " île " méconnue, rebelle aux méthodes classiques de représentation (par l'immensité du massif amazonien, difficilement accessible). Région à forts enjeux politiques et économiques, ses cartes voient s'affronter des visions très différentes, des divergences de regards sur l'Histoire.

    Cet ouvrage questionne des cartes existantes en procédant à une analyse virtuose de tous les grands problèmes de leur fabrique (confiner, délimiter, détecter, collecter, nommer) à leur usage (mesurer, planifier, révéler, figer, relier). Il traite aussi des thèmes cruciaux de cet espace en produisant pour ce faire des cartes originales sur les frontières, le littoral, la forêt, les circulations, l'orpaillage, la toponymie, la topographie, le foncier, l'urbanisme, les relations géopolitiques, la biodiversité... Tandis que les deux derniers chapitres " Imaginer, la Guyane par les cartes " et " Oublier, le blanc des cartes " réinterrogent la carte jusque dans la logique de ses suppositions ou de ses omissions.

    En multipliant les points de vue, cet atlas fait émerger les co-vérités d'un territoire, divers, complexe à décrire, sans jamais pouvoir y arriver complètement, comme s'il y avait pour cette " île " et le monde en général une impossibilité, un " in-cartographiable " irréductible.

    Plus de 80 contributeurs (géographes, cartographes, sociologues, historiens, anthropologues, archéologues, ethno-botanistes, linguistes, etc.) ont participé à cet ouvrage collectif coordonné par Matthieu Noucher et Laurent Polidori. Matthieu Noucher est chercheur au CNRS, UMR Passages, Bordeaux. Laurent Polidori est chercheur au CNRS, UMR Cesbio, Toulouse.

    Liste des auteurs

    Régine Alexandre • Waiso Michel Aloïké • Tasikale Alupki • Xavier Amelot • Edward Anthony • Nicolas Baghdadi • Françoise Bahoken • Pierre Baulain • Julien Béziat • Élisabeth Botrel • Stéphanie Bouillaguet • Aurélien Brusini • Cristèle Chevalier • Christine Chivallon • Gérard Collomb • Pascale Cornuel • Marion Comptour • Romain Cruse • Philippe Cuny • Jeanne Da Silveira • Damien Davy • Lucie Déjouhanet • Gutemberg de Vilhena Silva • Aurélie Dourdain • Guy Di Méo • Marie Fleury • Pierre-Michel Forget • Jérôme Fozzani • Pierre Gautreau • Antoine Gardel • Grégoire Gitton • Luis Alejandro Ávila Gómez • Sophie Gonzalez • Françoise Gourmelon • Stéphane Granger • Luc Greffier • Pierre Grenand • Juliette Guirado • Stéphane Guitet • Leïla Hamidi • Matthieu Hildebrand • Théo Jacob • Marquisar Jean-Jacques • Morgane Jolivet • Pierre Joubert • Patrick Lacaisse • Dennis Lamaison • Bettie Laplanche • Grégoire Le Campion • Isabelle Léglise • Clémence Léobal • François-Michel Le Tourneau • Sébastien Linarès • Serge Mam Lam Fouk • Marie Masson • Marie Mellac • Mickaël Mestre • Delphine Montagne • Vincent Morrachini • Valérie Morel • Jérôme Murienne • Thierry Nicolas • Matthieu Noucher • Guillaume Odonne • Aimawale Opoya • Marianne Palisse • Anne Péné-Annette • Frédéric Piantoni • Julie Pierson • Olivier Pissoat • Laurent Polidori • Monique Pouliquen • Jean-Yves Puyo • Stéphen Rostain • Boris Ruelle • Daniel Sabatier • Mara Sierra Jiménez • Cyrille Suss • François Taglioni • Marc-Alexandre Tareau • Christiane Taubira • Dénétèm Touam Bona • Julien Touroult • Pascal Tozzi • Moïse Tsayem Demaze.

    Comité scientifique

    Xavier Amelot, géographe, enseignant-chercheur à l'Université Bordeaux Montaigne.

    Élisabeth Botrel, juriste en droit privé, enseignante-chercheure au Conservatoire national des arts et métiers, ESGT Le Mans.

    Béatrice Collignon, géographe, enseignante-chercheure à l'Université Bordeaux Montaigne, directrice de l'UMR Passages.

    Damien Davy, anthropologue, chercheur au CNRS et directeur de l'OHM Oyapock.

    Stéphane Granger, géographe, professeur d'histoire-géographieau lycée Melkior-Garré de Cayenne.

    Irène Hirt, géographe, enseignante-chercheure à l'Université de Genève.

    Laurent Jégou, géographe cartographe, enseignant-chercheur à l'Université de Toulouse Jean Jaurès.

    Pierre Joubert, géomaticien, responsable du Système d'Information du Parc amazonien de Guyane.

    Thierry Nicolas, géographe, enseignant-chercheur à l'Université de Guyane.

    Frédéric Piantoni, géographe, enseignant-chercheur à l'Université de Reims.

    Philippe Rekacewicz, géographe cartographe, chargé de recherche, département d'anthropologie à l'Université d'Helsinki.

    Stéphen Rostain, archéologue, chercheur au CNRS à l'ArchAm, Paris.

    Production cartographique

    L'Atlas critique de la Guyane remobilise des cartes existantes pour les commenter. Elles sont alors signalées par des encadrés ombrés et leur origine est explicitée. L'ouvrage propose également des cartes inédites. Sauf mention contraire, toutes les cartes et graphiques inédits ont été réalisés par l'équipe " Analyse et Représentation des Données " de l'UMR Passages : Olivier Pissoat, Grégoire Le Campion, Delphine Montagne et Julie Pierson. Quelques planches cartographiques originales ont également été produites par Cyrille Suss.

    Direction artistique

    La conception de la maquette et la mise en page ont été assurées par Grégoire Gitton.

    Remerciements

    Matthieu Noucher et Laurent Polidori remercient l'ensemble des auteurs pour leurs contributions, les membres du comité scientifique pour leurs relectures précieuses, les cartographes et géomaticiens de l'équipe pour leur enthousiasme et leur rigueur, le graphiste pour sa créativité et l'éditeur pour sa confiance.

    Les soutiens du CNRS et de l'UMR Passages ont également été indispensables pour mener à bien ce projet éditorial. Celui-ci est aussi la preuve que des recherches ambitieuses peuvent être menées en dehors des sacro-saints appels à projet.

    Enfin, un immense merci à tous ceux qui ont contribué de loin à cette aventure : Marie, Florence, Carlos, Caroline, Shadia, Marie-Bé, Hélène, Sylvie, Aurélie, Émile, Jules, Thomas...

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La nature en communs ; ressources, environnement et communautés

    Fabien Locher

    • Editions champ vallon
    Parution : 30 Juin 2020 - Entrée pnb : 25 Juin 2020

    Ce livre traite de l'histoire des « communs » en France et dans l'Empire colonial français du XVIIe au XXIe siècle. Les « communs » sont la forme que prend, historiquement, la gestion collective des ressources et des environnements par les communautés locales : pâturages et forêts, zones humides, cours d'eau, zones de pêche... Ils ont représenté, sur le long terme, un pan essentiel de la vie des sociétés et des écosystèmes, ne relevant ni de la propriété privée, ni d'une gestion par l'État. Ce modèle des « communs » est aujourd'hui promu partout pour faire face aux défis de la crise environnementale. Ce livre en propose la première analyse historique d'ampleur pour la France et ses colonies, afin éclairer d'un nouveau regard, et l'histoire de nos sociétés et leurs futurs possibles.

    Fabien Locher est historien au CNRS. Il travaille sur l'histoire environnementale des mondes contemporains, et notamment sur l'histoire longue du changement climatique, sur les liens entre écologie et propriété et sur l'exploitation des océans. Il a récemment publié Posséder la nature. Environnement et propriété dans l'histoire (2018) (avec F. Graber) et il prépare un livre à paraître au Seuil sous le titre Les révoltes du ciel. Une autre histoire du changement climatique (avec J.B. Fressoz).

    30 prêts - 1825 jours
    20 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Du voyage rêvé au tourisme de masse

    ,

    • Cnrs editions
    Parution : 14 Juin 2018 - Entrée pnb : 13 Juin 2018

    Du delta du Mékong aux chutes d'Iguaçu, de la côte néo-zélandaise à la mystérieuse Persépolis, ils avancent, sac au dos, ticket à la main et téléphone portable en guise d'appareil photo : ils sont les nouveaux explorateurs de l'espace mondial, occidentaux depuis longtemps, maintenant chinois ou russes, demain nigérians, un jour peut-être nord-coréens...

    Du delta du Mékong aux chutes d'Iguaçu, de la côte néo-zélandaise à la mystérieuse Persépolis, ils avancent, sac au dos, ticket à la main et téléphone portable en guise d'appareil photo : ils sont les nouveaux explorateurs de l'espace mondial, occidentaux depuis longtemps, maintenant chinois ou russes, demain nigérians, un jour peut-être nord-coréens...

    Ils sont les touristes internationaux : 800 millions chaque année à parcourir le monde après l'avoir rêvé. Confrontés à la monotonie des artefacts que l'industrie touristique répète à l'infini sur des circuits toujours plus balisés, beaucoup d'entre eux rêvent d'espaces à l'écart, d'" authenticité ", de rencontres avec des sociétés " préservées ". Mais comment échapper à la canalisation des flux et au marketing des agences de voyage qui adaptent sans cesse leur stratégie à cette soif de dépaysement ?

    C'est cette tension, à la fois humaine, culturelle et spatiale, qu'interrogent Thomas Daum et Eudes Girard. Écolodges, écotourisme, cabanes " tout confort ", gîte à la ferme, tourisme " citoyen " ou " humanitaire ", mise en scène de soi à travers les blogs de voyage... Autant de nouvelles pratiques révélant l'" illusion du local ", la soif inextinguible de décentrement qui tenaille l'imaginaire et les fantasmes du touriste mondialisé.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Géorama

    ,

    • Robert laffont
    Parution : 4 Septembre 2014 - Entrée pnb : 23 Avril 2017

    Quel est le pays le plus généreux ? Où est le royaume du bio ? Qui produit des pop stars à la chaîne ? Quelle est la plus ancienne démocratie d'Afrique ? Quelle est la capitale des poilus ? Quel est le pays le plus inégalitaire? Quelle est la langue du Web ? Où ne pas payer ses impôts ? Y aura-t-il des Indiens sur Mars ? Où se trouve l'île des obèses ? Quel pays est interdit aux touristes ? Où trouver l'amour ?
    Quel livre répond à toutes ces interrogations ?
    Un tour du monde en 80 questions inattendues. Une géographie du XXIe siècle sagace, ludique et renversante.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Arctique l'histoire secrète ; de Pythéas à pourtine, un combat de 2500 ans

    Dominique Le Brun

    • Omnibus
    Parution : 26 Avril 2018 - Entrée pnb : 3 Mai 2018

    Sous l'histoire officielle de la conquête du pôle Nord se cachent beaucoup d'affaires étouffées, de drames effacés, d'enjeux économiques ou stratégiques maquillés.

    Bien connue, croit-on, est l'histoire de la conquête du pôle Nord. Et pourtant... Le mot même est ambigu : conquête géographique ou conquête guerrière ? Les étapes de la progression des conquérants méritent un examen critique, auquel se livre ici Dominique Le Brun, spécialiste d'histoire et de littérature maritimes.

    On découvre ainsi que les noms qui ornent les cartes de l'océan Arctique ne sont pas toujours ceux des hommes qui ont réellement agi – celui de Barents, par exemple, cache celui du Français Balthazar de Moucheron. On apprend qu'un mythe soigneusement entretenu, celui de " la mer libre du pôle ", a poussé les Etats à investir dans des expéditions coûteuses et mortelles. On s'étonne des prolongements de la querelle à la fois politique, financière et idéologique (voire raciale) qui opposait et continue d'opposer les partisans des deux expéditions Cook et Peary. On comprend que les exploits arctiques de l'Etat soviétique naissant étaient destinés, en fait, à ouvrir la route des goulags... Et l'on en arrive à constater que, aujourd'hui, près de 50% des territoires arctiques sont limitrophes de la Russie de Vladimir Poutine.

    Une longue histoire dont on se demande parfois si elle n'est pas la chronique d'une catastrophe annoncée.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Oeuvres t.1 ; arctica

    Jean Malaurie

    • Cnrs editions
    Parution : 25 Août 2016 - Entrée pnb : 10 Août 2019

    Il est un système d'équilibre des forces, une homéostasie de la Terre : Gaïa. Elle établit un ordre dans les éboulis du Grand Nord, dont les roches datent de l'Ordovicien. C'est une découverte majeure que Jean Malaurie va faire en jeune naturaliste lors de deux expéditions glaciologiques françaises sur l'inlandsis du Groenland (1948-1949), puis en solitaire (1950-1951) à Thulé, dans le nord-ouest du Groenland. Les éboulis ordoviciens de plus de 400 millions d'années ont une " personnalité géomorphologique ". Ainsi, pour appréhender l'évolution de la Terre, les changements de climats, il convient d'en étudier les différentes étapes : ce sera l'objet de sa thèse d'État en géographie physique. Aux côtés des Inuit, Jean Malaurie, jeune apprenti méditant, est à l'écoute de leur " pensée sauvage ". Il découvre la place centrale que tiennent la pierre et son " esprit intime " dans leurs réflexions mythiques, écho de ses propres recherches géocryologiques. Débute alors un long questionnement sur la dialectique de l'environnement et du chamanisme dont cet ouvrage présente la genèse. Ce premier tome d'une série de quatre volumes consacrés à ses travaux scientifiques rassemble les recherches fondamentales de Jean Malaurie en géomorphologie, géocryologie et cryopédologie. En géophilosophe – selon la formule de Gilles Deleuze –, l'auteur revient sur ses propres découvertes scientifiques. On découvre les prémisses d'une pensée bachelardienne, à la recherche des énergies vitales de la pierre, au fondement de la vie sur Terre. Formé par l'esprit de raison géographique, le chercheur s'attache aux forces obscures de l'inconscient, l'irrationnel, inspiré par le socle rocheux et son énergie.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Villes et rivières de France

    Collectif

    • Cnrs editions
    Parution : 25 Avril 2019 - Entrée pnb : 25 Avril 2019

    Source, artère, exutoire, la rivière reste indissociable de la vie des villes. Depuis l'origine du " phénomène " urbain, villes et rivières entretiennent un lien organique puissant, vital, mais aussi ambivalent et marqué par les ruptures, les inondations, les catastrophes. Les rivières font et défont les villes qui, à leur tour, les façonnent, les recréent et les canalisent.

    Source, artère, exutoire, la rivière reste indissociable de la vie des villes. Depuis l'origine du " phénomène " urbain, villes et rivières entretiennent un lien organique puissant, vital, mais aussi ambivalent et marqué par les ruptures, les inondations, les catastrophes. Les rivières font et défont les villes qui, à leur tour, les façonnent, les recréent et les canalisent.

    En 29 portraits, de Paris à Fort-de-France, cet ouvrage revisite l'une des relations primordiales du citadin à la nature. Pour chacun des sites étudiés, des spécialistes de géographie, d'urbanisme ou d'histoire urbaine, dressent un état de la situation présente, fournissant les données clés pour comprendre le paysage actuel, à travers une cartographie originale, et retracent leur dynamique depuis l'éclosion citadine jusqu'à l'époque contemporaine.

    Un panorama unique des villes et rivières françaises d'aujourd'hui, pour rendre compte du passé et esquisser leurs avenirs possibles en 2050.

    Amiens - La Somme.

    Angers - La Maine.

    Avignon - Le Rhône, la Durance, l'Ouvèze et la Sorgue.

    Basse-Terre et ses rivières.

    Caen - L'Orne.

    Foix - L'Ariège.

    Fort-de-France - Les rivières Madame et Monsieur.

    Grenoble - L'Isère et le Drac.

    Le Mans - La Sarthe et l'Huisne.

    Le Teich - La Leyre.

    Lille - La Deûle.

    Limoges - La Vienne.

    Lisieux - La Touques et l'Orbiquet.

    Lyon - Le Rhône et la Saône.

    Montpellier - Le Lez et la Mosson.

    Nancy - La Meurthe.

    Nantes - La Loire.

    Nice - Le Paillon.

    Paris - La Seine.

    Perpignan - La Têt et la Basse.

    Poitiers - Le Clain et la Boivre.

    Rennes - La Vilaine et l'Ille.

    Rochefort - La Charente.

    Saint-Denis - Rivière Saint-Denis.

    Saint-Laurent-du-Maroni - Le Maroni.

    Thiers - La Durolle.

    Toulouse - La Garonne.

    Tours - La Loire et le Cher.

    Verdun - La Meuse.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La mer nourricière

    , ,

    • Cnrs editions
    Parution : 27 Juin 2019 - Entrée pnb : 27 Juin 2019

    Notre mer nourricière pourra-t-elle encore nourrir les hommes demain, comme elle le fait généreusement depuis toujours ? Pourra-t-on encore pêcher pour se nourrir et se régaler de la chair tendre d'un cabillaud ou du fumet d'une bouillabaisse ?

    La gestion des ressources halieutiques constitue l'un des grands défis économiques et politiques d'aujourd'hui. Des solutions sont possibles. On le sait. De sages mesures (quotas, surveillance) permettent notamment de reconstituer les peuplements de poissons, de coquillages et de crustacés et, ainsi, de recommencer à consommer de tout avec modération et en respectant les rythmes saisonniers.

    En analysant les enjeux alimentaires d'hier et d'aujourd'hui, aux quatre coins de la planète, ce livre aide à comprendre la transformation en cours. Réaliste, il donne les clés pour comprendre comment la demande croissante va bouleverser les modes de consommation (poissons et crustacés sauvages devenant un luxe) et les modes de production (avec le recours à l'aquaculture).

    Les contributions des géographes, des historiens, des spécialistes de gastronomie, nous montrent aussi combien " manger la mer " se fait de mille manières, des plus simples aux plus raffinées, en un art précieux qu'il faut préserver.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La République des territoires

    , ,

    • Editions de l'aube
    Parution : 16 Janvier 2020 - Entrée pnb : 11 Janvier 2020

    "Des hommes, d'abord, des lieux ensuite, des pouvoirs enfin, et non pas l'inverse ! C'est ce que nous appelons la République des territoires. La « République des territoires » surprendra peut-être par sa formule. N'est-elle pas en apparence un oxymore ? La République ne s'est-elle pas construite historiquement contre les pouvoirs régionaux et locaux dans leurs particularismes ? Nous tenterons de prouver le contraire. La diversité est une force. Les territoires sont une richesse. Leurs citoyens et leurs représentants sont là pour faire vivre la République. Ils ont vocation à en être les alliés indéfectibles."

    Philippe Estèbe est urbaniste, ancien directeur de l'Institut des hautes études d'aménagement et de développement des territoires en Europe (IHEDATE) et professeur associé au conservatoire national des arts et métiers (CNAM).
    André Rossinot fut député, ministre, président du Parti radical et maire de Nancy. Il est actuellement président de la Métropole du Grand Nancy.
    Pierre Stussi est directeur général des services de la métropole du Grand Nancy.

    30 prêts - 1825 jours
    20 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le Japon pour les nuls

    ,

    • First
    Parution : 21 Mai 2015 - Entrée pnb : 30 Avril 2016

    Voyage au pays du soleil levant

    Le Japon est sans doute le pays qui fascine le plus les Européens depuis plus d'un siècle. Son histoire, son économie, sa culture, sa cuisine ou ses arts martiaux, la finesse de son art de vivre... voilà autant de sujets d'interrogation, d'étonnement, d'émerveillement.

    Impressionnés eux-aussi par la diversité de ce pays " à part " qu'ils connaissent bien, Alexandre Messager et Philippe Godard, les auteurs du
    Japon pour les Nuls, en font ressortir les traits essentiels. Ils s'attachent aux caractéristiques géographiques, historiques, culturelles, religieuses, philosophiques ou encore tout simplement humaines de l'archipel.

    Car les Japonais sont aussi un peuple singulier, avec une identité particulièrement forte qu'ils ont construite le plus souvent dans l'adversité. Pour l'anecdote, le Japon est l'un des rares pays de la planète à n'avoir jamais été conquis. Au-delà, cet archipel soumis aux pires caprices climatiques et naturels a réussi à surmonter le choc de la bombe atomique après Hiroshima et Nagasaki en 1945, et le Japon est devenu l'une des deux plus puissantes nations économiques du monde de la fin du xxe siècle. Ce
    Japon pour les Nuls vous permettra d'entrer sans détours inutiles au cœur de la civilisation du Soleil-Levant. Les particularismes du Japon sont difficiles à comprendre ?
    Le Japon pour les Nuls les dévoile, et va au fond des choses. Le Japon est tout en subtilité, et ces subtilités lui viennent du fond des âges, des religions qui s'y sont installées, de ses traditions si étranges pour nous (le sumo, quelle idée !), de l'évolution de la vie sociétale, des menaces aussi que la nature elle-même fait peser sur l'archipel (Fukushima, les tremblements de terre, les typhons, les tsunamis, que de défis !). Ce cocktail disparate, qui marie l'ultra-modernité au strict respect des coutumes, a modelé un pays passionnant, et c'est cette passion que du Japon que les auteurs veulent nous faire partager.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La mise en scène du monde ; construction du paysage européen

    Yves Luginbulhl

    • Cnrs editions
    Parution : 11 Octobre 2012 - Entrée pnb : 16 Juillet 2014

    Alors que les paysages européens ont connu depuis un siècle et demi une évolution considérable, ils n'occupent pas la place qu'ils méritent dans le débat environnemental actuel aussi bien chez les professionnels que chez les particuliers. Articulant histoire, géographie, sociologie et aménagement du territoire, Yves Luginbühl explore le paysage et questionne les enjeux de société qui lui sont liés. Mieux conjuguer qualité de cadre de vie, implications écologiques et usages démocratiques constitue, pour les sociétés européennes, un défi majeur. Des sensibilités sociales à la notion d'environnement, des paysages " naturels " aux paysages " culturels ", de la notion de " belle nature " à la " construction paysagère ", de la mise en ordre à la mise en scène, cette somme vivante et inspirée décrypte un élément essentiel de notre rapport au monde et des identités nationales et européenne.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Une protection de la nature et de l'environnement à la française ? XIX et XX siècles

    ,

    • Editions champ vallon
    Parution : 11 Décembre 2015 - Entrée pnb : 8 Décembre 2016

    Protéger l'environnement est devenu un impératif incontournable des politiques publiques et un enjeu central des débats de société. Mais on oublie trop souvent l'ancienneté des actions de protection dont l'environnement a fait l'objet et la complexité des questionnements qu'elles ont soulevés à travers le temps. C'est cette lacune que le présent ouvrage entend combler : en s'interrogeant plus précisément sur les spécificités historiques de la protection de l'environnement en France et dans ses colonies depuis deux siècles, il entend offrir le recul nécessaire pour mieux comprendre les enjeux d'aujourd'hui.Y a-t-il une singularité des parcs nationaux ou régionaux français ? La France a-t-elle influencé ses partenaires européens dans leurs politiques environnementales, ou est-ce l'inverse ? Quel rapport les Français entretiennent-ils historiquement avec leur environnement ? La religion, l'éducation ont-elles établi un lien spécifique qui nous différencie de nos voisins ? A travers des exemples aussi diversifiés que la protection des oiseaux, du loup, des cours d'eau, la lutte contre les pluies acides, l'établissement des parcs ou de la réserve de Camargue, cet ouvrage propose, pour la première fois depuis vingt ans, un état des lieux de la connaissance historique sur le sujet.Charles-François Mathis, normalien, agrégé et docteur en histoire, enseigne à l'Université Paris-Sorbonne. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont In Nature We Trust. Les paysages anglais à l'ère industrielle (PUPS, 2010).Jean-François Mouhot est docteur en histoire, Marie Curie Fellow à l'Université de Georgetown et à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. Il est l'auteur de plusieurs autres ouvrages, dont Des esclaves énergétiques : réflexions sur le changement climatique (Champ Vallon).

    30 prêts - 1825 jours
    20 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty