Ethnologie

  • Transcrire les mythologies

    Detienne

    • Albin michel
    Parution : 1 Octobre 2017 - Entrée pnb : 27 Avril 2016

    Qu'advient-il quand la mythologie est saisie par l'écriture, quand elle est livrée à des scribes ou pis, quand elle est enfermée dans un mausolée ?
    Que se passe-t-il quand certains se mettent à travailler les grands mythes, les discours de la tradition avec le stylet dont dispose la gent de l'écriture ?
    Poursuivant son exploration des frontières, qu'elles soient frontières de la langue (Savoirs de l'écriture en Grèce ancienne) ou frontières spatiales (Tracés de fondation), le groupe réuni autour de Marcel Detienne tente de comprendre comment une civilisation définit et transcrit son patrimoine oral, comment elle le conserve et le transmet aux générations suivantes.
    Ainsi, les historiens et les anthropologues Georges Charachidzé, Gilbert Hamonic, Christian Jacob, Gérard Lenclud, François Macé, Thomas Rmer, John Scheid, Carlo Severi, Françoise Smyth et Léon Vandermeersch - qui ont participéà cet ouvrage contribuent àéclairer par leur analyse des grandes traditions (japonaise, chinoise, grecque, etc.) la question de la transmission culturelle si cruciale dans nos sociétés modernes.

    30 prêts - 120 mois
    5 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • La couleur comme maléfice ; une illustration créole de la généalogie des blancs et des noirs

    Jean-Luc Bonniol

    • Albin michel
    Parution : 15 Avril 2010 - Entrée pnb : 27 Avril 2016

    Lors de la découverte du Nouveau Monde, juste avant le mouvement de colonisation et la mise en place de la traite négrière, une assemblée de sorciers qui en voulaient particulièrement au genre humain aurait eu l'idée d'un maléfice particulièrement redoutable : faire en sorte que la couleur de la peau, dans les sociétés à venir, soit liée au rang... Du fait de la transmission héréditaire des caractères physiques, c'était condamner l'humanité tout entière à se segmenter interminablement, génération après génération, en fonction d'apparences fatalement inscrites sur le corps.
    Professeur d'anthropologie à l'université d'Aix-Marseille-III, Jean-Luc Bonniol propose dans cet ouvrage une réflexion sur la manière dont s'articule un destin biologique - la couleur de la peau - avec la gestion sociale de cette marque, à partir de l'histoire des Antilles de colonisation française du XVIIIe au XXe siècle. Il montre comment ces sociétés, confrontées à une correspondance originelle, au départ fortuite, entre une inégalité sociale et un contraste de couleur, ont géré les traits biologiques et surtout la transmission de ces traits par une «économie » matrimoniale bien surveillée, comment en quelque sorte le biologique a enregistré en lui l'ordre du social et comment par là une idéologie s'est véritablement incarnée.
    Cette étude des sociétés créoles fait non seulement comprendre les dangers d'une pérennisation des différences et d'une cristallisation des hiérarchies, mais contribue aussi à la mise au point d'outils d'analyse qui permettent, par-delà les incantations de l'antiracisme, de conjurer le maléfice de la couleur et d'entrevoir un monde résolument non racial.

    30 prêts - 120 mois
    5 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Madre tierra ! pour une renaissance amérindienne

    Daniel Wermus

    • Albin michel
    Parution : 28 Septembre 2009 - Entrée pnb : 27 Avril 2016

    Associant la solidarité humanitaire à l'échange culturel et spirituel, ce Guide Clés nous invite à une exploration inattendue de l'Amérique Centrale. Des vastes montagnes mexicaines aux paradisiaques îles panaméennes des Kunas, Daniel Wermus a rencontré des Amérindiens partagés entre modernité et âge chamanique qui, petit à petit, se réapproprient les traditions précolombiennes qui étaient les leurs. Héritiers de cultures aujourd'hui menacées, ils s'imposent comme les acteurs d'une véritable renaissance. Conviviaux, écolos, guérisseurs, magiciens, ces hommes nous offrent des solutions d'avenir pour réconcilier notre Terre Mère avec ses enfants.
    Dans les sept pays abordés - Mexique, Guatemala, Honduras, Salvador, Nicaragua, Costa Rica et Panama - comme dans le reste du continent, les initiatives foisonnent malgré l'adversité : violence, exclusion, nature déchaînée. De la radio indigène citoyenne au collège qui forme les cadres mayas de demain, du village qui répond à la pollution pétrolière par des chants et des danses aux chamanes qui soignent les drogués, la démarche est semblable : reconstruire le passé pour redevenir soi-même au xxie siècle.
    Madre Tierra, c'est aussi le cheminement d'un couple franco-suisse, Diego et Christiane Gradis, qui ont abandonné leurs brillantes carrières pour créer Traditions pour Demain, une ONG qui aide les peuples autochtones à recouvrer leur identité. Depuis quinze ans, ils osent affirmer : « Nous connaissons des Indiens heureux. »

    30 prêts - 120 mois
    5 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Le pluralité des mondes ; vers une autre anthropologie

    Francis Affergan

    • Albin michel
    Parution : 1 Février 2018 - Entrée pnb : 27 Avril 2016

    Les modes de vie occidentaux s'étant diffusés partout, l'anthropologie n'a plus désormais de peuplades à découvrir. Désorientée après un essor fulgurant liéà l'ère post-coloniale, elle doit aujourd'hui faire face à l'absence de modèles explicatifs et se voit réduite trop souvent à une simple ethnographie de terrain, purement descriptive. Devant cette situation, les uns ont cherché le salut dans une analyse des sociétés contemporaines ; les autres, dans une formalisation capable de conférer enfin à l'anthropologie la dimension de science rigoureuse.
    Pour répondre à cet état de crise, Francis Affergan, professeur d'ethnologie à l'université de Nice, a voulu interroger les fondements mêmes de la discipline anthropologique et repenser son discours. S'inspirant des courants phénoménologiques, du second Wittgenstein et des théories du récit, et prenant appui sur son propre terrain, il recourt à la notion de fiction ou, selon l'expression de Husserl, d'« esquisse », entendue au sens de fabrique expérimentale et d'horizon de sens. Les sociétés et les cultures se forgent elles-mêmes dans une temporalité qui leur est propre et l'anthropologue peut en rendre raison à condition qu'il ne se laisse pas aveugler par des concepts prédéfinis (le clan, la tribu, la parenté, etc.), mais qu'il accepte de lire les sociétés comme traversées par des événements.
    Ainsi, l'ethno-anthroplologie, refusant de s'enfermer dans un empirisme aveugle, peut se donner les moyens de comprendre le sens, la pluralité et la diversité des mondes humains.

    30 prêts - 120 mois
    5 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • La conversion inachevée ; les Indiens et la christianisme

    Joëlle Rostkowski

    • Albin michel
    Parution : 28 Septembre 2009 - Entrée pnb : 27 Avril 2016

    Quels furent les modalités, les stratégies et les effets de la christianisation des Indiens ? L'indianité a-t-elle survécu à l'évangélisation, et quelle influence les religions indiennes ont-elles exercée sur le christianisme ?
    Partant de l'exemple des Sioux Lakotas et des Pueblos du Rio Grande, Joëlle Rostkowski a voulu répondre à ces questions tout en les replaçant dans l'histoire américaine. Au fil de son enquête, il apparaît que la diffusion du christianisme, depuis les premières missions jusqu'à la période contemporaine qui voit renaître les religions traditionnelles, fut nettement différente selon les communautés, les modes de conversion, les zones de répartition des missions catholiques ou protestantes. Cet essai, rédigéà partir de documents historiques (archives religieuses, histoire locale et tribale) et de témoignages actuels, pose avant tout le problème de la confrontation entre une religion traditionnelle fondée sur la sacralité d'une vision cosmique, et une religion du salut qui, se prétendant unique, s'est heurtée à des forces souterraines qu'elle n'a pu maîtriser. Le récit passionnant de cette "conversion inachevée" entraîne le lecteur au carrefour des cultures et des religions.

    30 prêts - 120 mois
    5 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
empty