• Une guerre amoureuse

    Ravennes Alain

    Parution : 1 Janvier 1983 - Entrée pnb : 17 Mai 2017

    Commencé à vingt-trois ans et écrit au long de sept années, Une guerre amoureuse restera peut-être comme les nouvelles confessions d'un enfant du siècle. Ou plutôt d'un enfant de l'anti-siècle, tant ce chant de la passion désespérée est aussi un cri de guerre contre ce siècle. Contre le siècle lui-même, ni plus, ni moins. D'où la liberté de sentiments et de ton de ce roman. Et pourquoi il parvient à magnifier un désir dont la littérature avait admis depuis longtemps, sous forme de plaidoyer ou de provocation, la culpabilité. Car dans ce livre d'amour masculin où alternent le lyrisme et l'ironie, l'introspection et le rêve, le péché est étonnamment absent. Seule la mort est accusée. Le titre de ce roman a une autre raison. Dans l'esprit crucifié du narrateur, l'amour et la politique n'en finissent pas de s'opposer et de s'épouser. Comme s'il y avait un être politique de l'amour et une nature amoureuse de la politique. Comme s'il y avait un lien entre la solitude amoureuse et celle d'un certain 18 juin. Et si ce livre déclare la guerre amoureuse avec une rare violence, c'est pour mieux avouer qu'on ne sait pas même s'il s'agit de conquérir l'autre ou de s'anéantir soi-même. À travers l'histoire du narrateur et de Jean-Pierre, où chacun meurt à sa façon, se détachent aussi l'inoubliable visage de Jean-Jacques, l'ami, et celui de Fabien, l'enfant qui ne naîtra pas.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La ronde de nuit

    Alain Ravennes

    Parution : 20 Novembre 2020 - Entrée pnb : 1 Novembre 2020

    La ronde de nuit c'est, bien sûr, celle d'une moto lancée à plus de deux cents à l'heure sur le périphérique ; celle où la mort surgit brutalement, après avoir été longtemps provoquée et caressée. Mais l'emprunt de ce titre à Rembrandt n'est pas fortuit. Le clair-obscur marque bien la singularité de ce roman, où réel et irréel, loin de s'exclure, alternent et s'épousent, où les vivants, toujours décevants, surchargés de mensonges et d'à-peu-près, fréquentent bon gré mal gré des fantômes autrement convaincants, aimables et facétieux. La toile de fond sociale et politique du roman, n'est tissée, en somme, que pour fixer l'imposture humaine et faire danser l'ironie.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty