Grasset

  • Affaires etrangeres

    Jean-Marc Roberts

    Parution : 7 Mai 1997 - Entrée pnb : 7 Décembre 2015

    Tout abandonner : Nina sa femme, sa mère, ses amis, le poker et même la grand-mère Yette, et le chien. Ou plutôt s'éloigner, peu à peu, mais inexorablement : voilà le curieux destin de Louis Coline, jeune cadre au service publicité des Magasins de l'avenue de l'Opéra. Quitter un amour partagé, des affections sûres, les dimanches en famille, les soirées entre amis, pour Bertrand Malair, son nouveau patron.
    Que sait-on de Malair, personnage énigmatique suivi comme son ombre par ses deux acolytes, Lingre et Belais ? On murmure à son propos des choses inquiétantes. Qu'il aurait naguère poussé un cadre au suicide, qu'il transforme ses collaborateurs en domestiques et s'entoure - Louis en fera bientôt l'expérience - de personnages singuliers. Malair fascine Louis et l'attire un peu plus chaque jour : encouragements, marques de confiance, présentation au cercle de ses amis - tout ce dont le jeune homme s'était pris à rêver. Le rêve se réalise, il s'y plonge et s'y enferme, y trouve l'exaltation, peut-être, d'une puissance qu'il croit partager, pais en perdant toute mesure.
    Car tel est le pouvoir d'un Malair : vous séduire, vous aimer, croyez-vous, mais aussi tout vous prendre sans rien vous donner. Le jour où il vous quitte, vous n'êtes plus personne.
    D'ailleurs, qui est qui dans cette étrange tragédie sans éclats où la vie se brise sans combat ?

    30 prêts - 60 mois
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les seins de blanche-neige

    Jean-Marc Roberts

    Parution : 12 Janvier 1994 - Entrée pnb : 7 Décembre 2015

    Un jour, les enfants dessinent des seins à Blanche-Neige. Il n'y a plus de loup dans leurs forêts ni sous les lits de leurs chambres. Ils n'ont plus peur du noir, ils n'ont plus peur de rien. Les enfants de François n'échappent pas à la règle et François a fini par les juger trop grands pour lui. Alors, il est parti. François a eu quatre enfants mais quatre vies successives : autant de femmes, autant de chemins et de maisons. Chacun à sa façon, Achille, Ferdinand, Tracy et Victor vont raconter leur père : François et ses absences, François et ses retours, François et ses regrets. Seulement, à le chercher ainsi, à l'appeler dans le vide, ils s'inquiètent et retrouvent peu à peu leur condition d'enfant. Ils organisent les mêmes jeux qu'autrefois, forment les mêmes rêves, découvrent les mêmes peurs. La peur qu'aucun loup ne vienne plus jamais les prendre ni les surprendre.

    30 prêts - 60 mois
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Cinquante ans passés

    Jean-Marc Roberts

    Parution : 23 Août 2006 - Entrée pnb : 7 Décembre 2015

    "J'ai toujours rêvé d'écrire un livre comme celui-ci. Doux et imprévu. Un livre que je n'attendais pas. Raconter ce qui ne s'est pas passé, rien que pour voir où ça nous mène. Reprendre le thème tant rebattu des retrouvailles entre vieux copains et se laisser porter au rythme des chansons qui ont peuplé notre vie : Ruby Tuesday des Stones, Let it be, Le Roi des fourmis de Polnareff, Good Vibrations, Honesty de Billy Joel, La Cavalerie, Le Prince des villes. Certaines ont bien veilli, d'autres moins. C'est comme nous."Jean-Marc Roberts

    30 prêts - 60 mois
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Affaires personnelles

    Jean-Marc Roberts

    Parution : 24 Janvier 1996 - Entrée pnb : 7 Décembre 2015

    Le corps de Marge nous aura occupés, tu en conviens, comme aucun autre. Elle rajeunissait de séance en séance, ses cheveux coupés de plus en plus court : "Bientôt, tu me confondras avec Dagobert !", me menaçait-elle. Mais cela n'est pas arrivé. Cela n'arrivera plus.
    Comment te retrouver Dagobert ? Autrement, ailleurs que dans le corps de Marge ou Marge dans le mien. Nous ne t'avons pas remplacé. Nous n'avons rien inventé, rien imaginé de meilleur, de plus solide en tout cas, que de poursuivre notre affaire.
    Seul le plaisir a changé, s'il en reste. 

    30 prêts - 60 mois
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Mon pere americain

    Jean-Marc Roberts

    Parution : 24 Janvier 1996 - Entrée pnb : 7 Décembre 2015

    Je n'avais jamais parlé de Jerry Graf, mon père américain. Jerry a toujours habité loin de moi. Il s'exprime dans une autre langue que la nôtre. Je n'avais jamais dit que les nez de ma mère Zina et de ma tante Yo avaient passé une bonne partie de la dernière guerre à Rome à rêver d'être refaits. Les rêveurs, chez nous, ne manquent pas de ressources. Ainsi ma grand-mère se fit-elle enterrer avec son parapluie ; ainsi mon grand-père, par un beau matin de disgrâce, abandonna-t-il son poste de vice-consul à Buenos Aires.
    Ces histoires vraies ou presque qui avaient bercé puis hanté mon enfance, je les gardais jalousement pour moi : le destin de mes trois oncles, les infortunes de Zip mon singe de caoutchouc, les caprices de Sophie Galissier, mon premier amour...
    J'avais peur de raconter cette famille à géométrie variable, peur de ne pas savoir m'y prendre et je l'ai pourtant fait.

    30 prêts - 60 mois
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Une petite femme

    Jean-Marc Roberts

    Parution : 4 Mars 1998 - Entrée pnb : 7 Décembre 2015

    "J'ai choisi de parler de ma mère comme d'une femme à part entière.J'ai écrit ce livre au rythme des battements de son coeur. Parce qu'elle est là, vivante, disponible, prête à tout entendre et à tout partager.Quand je pense à elle, je pense à nous, au drôle de couple que nous formions. Je ne l'ai jamais appelée Maman. Toujours Peggy. J'ai été son frère, son admirateur, son amoureux. Je suis devenu son fils. Il était temps."J.-M. R.

    30 prêts - 60 mois
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty