• La nuit, tout se transforme

    Georges Holassey

    Parution : 22 Octobre 2016 - Entrée pnb : 24 Octobre 2016

    Suite au succès des aventures de Harry Potter, j'ai voulu vérifier une rumeur qui court depuis la publication du premier tome Harry Potter à l'école des sorciers. Il semblerait que les parents Potter, tués par un puissant mage noir lorsque leur fils Harry n'avait qu'un an, seraient devenus sorciers après un séjour de dix-huit semaines dans un village en Afrique occidentale, réputé pour son école de sorcellerie. J'ai fait ma valise et je suis parti pour retrouver ce village sans lequel l'histoire de Harry Potter n'aurait probablement jamais existé... Plusieurs années plus tard, je reçois, surpris, le témoignage d'un jeune que j'avais rencontré dans un village où personne n'a jamais entendu parler de Harry Potter; un village où des existants immatériels et des sorciers insaisissables hantent les esprits et torturent la vie des habitants, surtout la nuit. Une réalité qui dépasse la fiction, et explique pourquoi ces africains ne s'intéressent pas aux histoires de sorcellerie et de magie racontées dans des livres pour distraire les esprits en quête de frissons exotiques. «Dans mon village, lorsque s'éteignent les lumières du soleil, nous avons tous peur qu'il nous arrive un malheur. Oui, nous avons peur la nuit. Surtout quand la lune est morte et l'obscurité est épaisse sur nos maisons. Nous avons peur parce qu'il nous arrive souvent d'apercevoir des silhouettes monstrueuses, de voir des formes étranges bouger dans le noir, d'entendre des bruits terrifiants venant de l'inconnu. Et nous n'aimons pas sortir quand les ténèbres masquent les aspects, dénaturent les mouvements et brouillent la raison. Un être malfaisant caché dans l'ombre pourrait nous regarder à notre insu, et nous aurions des frissons, nous aurions de la fièvre... Je vais d'abord vous raconter ce qui s'est passé chez nous cette nuit où la peur nous a fait trembler pendant des heures. Et vous comprendrez pourquoi, quand la lune est morte et l'obscurité est épaisse à couper au couteau, tous les enfants restent cloîtrer à la maison et les adultes murmurent quelques prières avant de mettre le nez dehors...»

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les racines de la diaspora

    Georges Holassey

    Parution : 30 Novembre 2020 - Entrée pnb : 2 Décembre 2020

    Un Afro-Américain s'installe dans un quartier pauvre de Dakar, loin des résidences sécurisées de la ville, et suscite la curiosité des habitants dont la plupart des jeunes travaillent sur les chantiers de construction avec l'espoir de trouver les moyens pour partir en Europe ou en Amérique. Comment se fait-il qu'un Américain vient vivre là, dans une maison sans luxe de Ouakam ? Dans les discussions, il se trouve toujours quelqu'un qui affirme, en secouant l'index comme un appel à la méfiance, que cet homme est un agent secret venu se fondre dans la population pour glaner des informations sur les projets cachés de la Chine en Afrique. Les Chinois sont en train de devenir les maîtres du continent, on le sait ; mais il paraît qu'ils ont d'autres idées derrière la tête pour accroître leur hégémonie et dominer le monde. C'est donc logique que les Américains envoient des agents secrets noirs pour espionner les Chinois en Afrique. Ainsi pensent-ils jusqu'à ce qu'ils découvrent les raisons ayant poussé cet Américain à venir s'installer sur cette terre.Une histoire qui provoque d'abord une effervescence dans les têtes, puis la surprise et enfin la tristesse... "Seuls ceux qui connaissent les réalités de nos terres, comprennent pourquoi il nous arrive de rêver ainsi. Nous rêvons parfois d'être Afro-Américains, ou même Antillais, malgré le mal-être de cette diaspora dont les clameurs nous parviennent de plus en plus. Les mouvements suscités par la discrimination qui les frappe là où ils vivent, nous condamnent maintenant à avoir honte de nos rêves ; et nous n'osons plus avouer que quelquefois nous aurions aimé être à leur place ou avoir leur vie, préférant même leurs souffrances aux nôtres. Il arrive cependant que certaines histoires racontées dans des livres nous libèrent un peu de cette honte et nous soufflent les mots pour exprimer les réalités que nous avons du mal à nommer pour faire comprendre nos rêves..."

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les racines de la diaspora

    Georges Holassey

    Parution : 30 Novembre 2020 - Entrée pnb : 2 Décembre 2020

    Un Afro-Américain s'installe dans un quartier pauvre de Dakar, loin des résidences sécurisées de la ville, et suscite la curiosité des habitants dont la plupart des jeunes travaillent sur les chantiers de construction avec l'espoir de trouver les moyens pour partir en Europe ou en Amérique. Comment se fait-il qu'un Américain vient vivre là, dans une maison sans luxe de Ouakam? Dans les discussions, il se trouve toujours quelqu'un qui affirme, en secouant l'index comme un appel à la méfiance, que cet homme est un agent secret venu se fondre dans la population pour glaner des informations sur les projets cachés de la Chine en Afrique. Les Chinois sont en train de devenir les maîtres du continent, on le sait ; mais il paraît qu'ils ont d'autres idées derrière la tête pour accroître leur hégémonie et dominer le monde. C'est donc logique que les Américains envoient des agents secrets noirs pour espionner les Chinois en Afrique. Ainsi pensent-ils jusqu'à ce qu'ils découvrent les raisons ayant poussé cet Américain à venir s'installer sur cette terre.Une histoire qui provoque d'abord une effervescence dans les têtes, puis la surprise et enfin la tristesse..."Seuls ceux qui connaissent les réalités de nos terres, comprennent pourquoi il nous arrive de rêver ainsi. Nous rêvons parfois d'être Afro-Américains, ou même Antillais, malgré le mal-être de cette diaspora dont les clameurs nous parviennent de plus en plus. Les mouvements suscités par la discrimination qui les frappe là où ils vivent, nous condamnent maintenant à avoir honte de nos rêves ; et nous n'osons plus avouer que quelquefois nous aurions aimé être à leur place ou avoir leur vie, préférant même leurs souffrances aux nôtres. Il arrive cependant que certaines histoires racontées dans des livres nous libèrent un peu de cette honte et nous soufflent les mots pour exprimer les réalités que nous avons du mal à nommer pour faire comprendre nos rêves..."

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
empty