• L'univers-ombre

    Michel Jeury

    Parution : 22 Janvier 2016 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Rob Lejeran s'est réveillé, seul et amnésique, sur un monde dont il ne sait rien... Aussitôt traqué par les forces de Sar, il va devoir se lancer dans un long et dangereux périple.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Où l'on retrouve Victor B., le photographe de presse qui aime tant les chats, héros nonchalant des romans noirs de Jean-François Vilar. Victor rentre à Paris, après trois années de captivité à l'étranger. Nous sommes en novembre 1989 et le mur de Berlin commence à s'écrouler. Son compagnon de détention, Alex Katz, est tué quelques jours plus tard sous les yeux de Victor qui ne croit pas une seconde à la thèse de l'accident. L'affaire se noue au fur et à mesure de l'entrée en scène de divers personnages, certains séduisants, d'autres moins. D'abord Solveig, la journaliste d'origine tchèque ; ensuite Abigail Stern, qui était la maîtresse de Katz et qui confie à Victor un journal intime écrit par Alfred Katz, le père d'Alex, pendant l'année 1938. Et puis, il y a le flic, Laurent, étrange et insistant, et un réalisateur de télévision un peu hors de course. Le temps, comme l'histoire, peut se faire plus ou moins transparent. On suivra, d'une même lecture, le drame présent et l'amour de Solveig et de Victor, tandis que celui-ci, chaque soir, dévore le journal d'Alfred Katz, nous faisant ainsi revivre son histoire d'amour avec la jolie Mila, prostituée à ses heures et modèle nu favori de Man Ray. Les surréalistes sont là, et les trotskystes : ce sont eux, bien sûr, les fantômes aux fronts troués qui seront assassinés les uns après les autres par la police de Staline. Les deux récits, celui de 1938 et celui de 1989, vont peu à peu se rapprocher, jusqu'à se fondre littéralement en une magnifique scène d'amour et de déambulation dans le square de la tour Saint-Jacques, une nuit où la peur et la beauté auront la même façon de s'exprimer : la chasse, en effet, n'a jamais cessé. Elle aurait même tendance à reprendre. Comment échapper aux flics déguisés, aux femmes qui sont des agents doubles, à l'histoire qui vous trompe ? Et, surtout, qui était Alfred Katz ?

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • L'Involontaire

    Blandine De Caunes

    Parution : 3 Janvier 2020 - Entrée pnb : 19 Décembre 2019

    Jane, du haut de ses vingt ans, observe le monde avec une lucidité à la fois légère et grave. Éprise d'un champion du monde de lutte dont les performances amoureuses sont inversement proportionnelles à ses performances sportives, elle ne le voit qu'entre deux compétitions. Pour combler ses absences et cette solitude, elle accepte les avances d'un vieux monsieur très riche. Car Jane veut tout, comme on veut tout à vingt ans et, à défaut de s'aimer elle-même, elle aime son corps, sa jeunesse dont elle ne veut rien perdre - obsédée déjà par la fuite du temps.
    Blandine de Caunes est la fille de Georges de Caunes et de Benoîte Groult. Elle a fait du théâtre, de la radio et du journalisme avant de se consacrer au monde de l'édition. Outre ce roman, elle a publié en 1980 Des nouvelles de la famille avec Lison de Caunes, Flora et Benoîte Groult et Paul Guimard. Elle a également préfacé le Journal d'Irlande laissé par sa mère. Elle est l'auteure de La Mère morte (Stock, 2020).

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Bon Dieu rit

    Saint-Amand-E

    Parution : 30 Novembre 2018 - Entrée pnb : 28 Novembre 2018

    Peint avec crudité l'état désespéré des masses rurales haïtiennes. L'auteur a campé le personnage de Prévilien, un type frappant de paysan, confiant en lui-même et décidé à lutter jusqu'au bout contre les forces qui l'oppriment.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Aux champs et autres nouvelles réalistes (Maupassant)

    ,

    Parution : 12 Avril 2017 - Entrée pnb : 25 Septembre 2021

    En lien avec le thème «  La fiction pour interroger le réel  » du nouveau programme de français en 4e,  six nouvelles réalistes de Maupassant dans une édition «  Spécial cinéma  »  : avec des photos et des extraits des scénarios de la série Chez Maupassant (2007-2011). 
     
    Six nouvelles 
    Quatre nouvelles ont pour cadre la campagne normande  : « Aux champs », « Le Vieux, « Toine », « Le Père Amable » ; deux, le Paris de la petite bourgeoisie de la n du XIXe siècle  : « En famille », « Deux amis ».
    Six récits réalistes et savoureux, dans lesquels Maupassant est au sommet de son art. 
    Chacun est l'occasion d'étudier l'adaptation qui en a été faite pour la série Chez Maupassant (2007-2011), en s'appuyant sur un extrait du scénario et des photogrammes.
     
    Les compléments pédagogiques
    o Des propositions d'ateliers à faire en classe, et notamment des activités «  Spécial cinéma  ».
    o Un guide de lecture avec des repères et un parcours en 7 étapes.
    o Un groupement sur le thème «  Portraits réalistes  ».
    o Une enquête documentaire sur les conditions de vie à la campagne à l'époque de Maupassant.
     
    Pour l'enseignant
    Sur www.classiquesetcie.com, en accès gratuit réservé, un guide pédagogique, avec un descriptif complet de la séquence.
     

    30 prêts - 60 mois
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Meuh !

    Francois Morel

    Parution : 14 Novembre 2016 - Entrée pnb : 26 Octobre 2016

    "Oui, j'ai de l'admiration pour la vache car elle est impassible. Elle ne joue pas au tiercé. Elle ne hurle pas dans les stades. Elle ne se gare pas en double file. Elle n'envoie pas de lettres anonymes. Elle ne se met pas au garde-à-vous. Elle n'utilise pas de tondeuse à gazon. Elle n'écoute pas la radio à tue-tête. Oh bien sûr, son parcours est tracé : elle vit, elle meurt. Vous vous trouvez sans doute beaucoup plus malin ?"

    25 prêts - 3650 jours
    5 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Rose noire sans parfum

    Jamel-Eddine Bencheikh

    Parution : 1 Janvier 1998 - Entrée pnb : 21 Janvier 2017

    L'histoire d'un personnage révélé par les chroniques arabes anciennes. Appelé maître ou maudit, il conduit au IXe siècle une armée d'esclaves africains et coupe en deux l'immense empire musulman de Bagdad. Une rébellion d'actualité.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • La vie quotidienne de Freud et de ses patients

    Lydia Flem

    Parution : 5 Avril 2018 - Entrée pnb : 5 Avril 2018

    Lors de sa parution en 1986, le livre de Lydia Flem avait rencontré une large audience. C'était le premier ouvrage d'une jeune femme qui arrivait sur une scène où se bousculaient tant de figures de la psychanalyse en France. Sa venue avait néanmoins retenu l'attention de ceux qui espéraient un renouvellement du langage psychanalytique.
    Lydia Flem entreprenait non pas " un retour à Freud " mais un cheminement avec lui, à travers un style qui, en un sens, traduit en écriture le geste sensible de Freud prenant l'auteure par le bras dans un rêve qui présage le livre et qu'on lit en ouverture.
    Dans son ouvrage l'auteure choisit de souligner l'importance de ce que Freud veut dire par " cristallisation des expériences de la vie quotidienne " en adoptant une démarche qui allie histoire et littérature. Car c'est dans son écriture que Lydia Flem éclaire l'entrelacement du sensible et de l'abstrait qui sont au principe de l'élaboration du quotidien comme concept freudien. Lorsque l'écriture n'est pas qu'un moyen, mais le lieu d'une expérience, comme dans le cas présent, elle produit l'écrivain, plus exactement cette sorte d'écrivain qui conduit son lecteur à éprouver le passé comme un présent vivant, parce qu'il a engrangé ce que le savoir historique du moment a établi en le traduisant dans un récit et dans un style.
    On mesure, dans un après-coup de trente ans, combien ce premier livre d'une jeune auteure (elle avait trente-trois ans) a creusé un sillon dans lequel furent semés d'autres livres dont le quotidien est au cœur du récit, en pensant à Comment j'ai vidé la maison de mes parents (2004), ou bien à La Reine Alice (2011).
    Fethi Benslama

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La Solitude du Quetzal

    Jacky Essirard

    Parution : 4 Juillet 2016 - Entrée pnb : 25 Janvier 2019

    Un voyage improbable pour une fuite impossible
    Une rupture amoureuse. Un départ précipité.
    Provoquer le dépaysement. Ce sera le Guatemala.
    Qu'espérer d'une telle entreprise ? Tempérer la douleur en accumulant les kilomètres au compteur ? Tester l'effet de la médecine indienne sur les affections du coeur ? Renaître à soi au détour d'une ruelle chamarrée ?
    La terre des Mayas déploie tous ses charmes, mais l'Aventure, elle, n'est pas au rendez-vous.
    Reste le subtil compagnonnage littéraire d'Henri Michaux - et ce carnet écrit dans l'urgence, témoin opiniâtre d'une escapade insensée.
    Une introspection thérapeutique portée par un récit de voyage saisissant et agréablement dépaysant au coeur du Guatemala.
    EXTRAIT
    C'était un rêve. Ce matin, place de la Constitution à Guatemala Ciudad, les touristes se déplacent en bandes comme des pigeons en quête de nourriture. Tout est bon pour cliquer et remplir l'appareil photo : le vendeur de graines dans sa cabane minuscule, les jeunes filles poussant leur chariot de fruits devant les bassins ou les grappes d'enfants qui tournent autour d'un aveugle comme des planètes affolées. Saisis par une courte prise de conscience existentielle, ils dirigent parfois les objectifs vers leur groupe, photographient les passagers de l'autocar au milieu des gamins mal fagotés qui jouent au ballon. Les mondes d'ici et d'ailleurs se côtoient un instant sur une même image.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    - « Carnet de route au travers d'un pays exotique et dans les profondeurs de l'âme de l'écrivain blessé, La Solitude du Quetzal est un livre original et prenant. » - BettieRose Books
    - « Ce voyage, ce récit, c'est un très beau moyen d'occuper le temps, non pas de la guérison, mais de la cautérisation ! Si le voyage ne change rien aux faits, le temps passé à voyager aide à apprendre à vivre avec les faits... Jacky Essirard nous a fait profiter du voyage et c'est tant mieux ! » - Version Libre
    - « Littérature nomade, chronique d'un territoire inconnu, carnet de voyage, itinéraire dans un pays qui n'est que le sien, « La Solitude du Quetzal » de Jacky Essirard est un questionnement philosophie [et] métaphysique sur la rupture, la fuite, la disparation de soi. » - Sabine Faulmeyer, Le Petit Carré Jaune
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jacky Essirard est né en 1949 et vit à Angers. Il a publié des recueils de poésie, écrit des nouvelles et illustré de nombreux livres d'artistes. La Solitude du Quetzal est son premier roman.

    30 prêts - 1825 jours
    30 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Endette comme une mule

    Losfeld/eric

    Parution : 31 Décembre 1978 - Entrée pnb : 16 Décembre 2015

    La mule dont il est question dans ce titre, a le pas le plus sûr pour nous conduire à travers maint escarpement vers les hauts plateaux de la belle humeur. Trente ans de vie parisienne, enlevés comme un opéra-comique d'Offenbach, sur un fond de collages, où la cuisse d'Emmanuelle Arsan plonge le président de la 17e chambre correctionnelle dans un fantasme de bande dessinée. En vérité, ces Mémoires - au hasard des colères et des engouements - sont un chant à l'amitié, dans sa pratique quotidienne. Les visages d'André Breton, de Benjamin Péret, d'autres surréalistes, passent sous un éclairage beaucoup plus vivifiant que dans les exégèses. Cependant, une lecture seconde pourrait bien révéler une théorie morale purement manichéenne du couple Liberté-Répression.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Et ton absence se fera chair

    Siham Bouhlal

    Parution : 4 Juillet 2016 - Entrée pnb : 25 Janvier 2019

    Plongée dans l'intimité d'un couple
    Le premier roman de Siham Bouhlal nous fait graviter autour des thématiques universelles de l'amour, du deuil et de la nostalgie. L'auteure nous livre ses sentiments, bruts, fruits d'un vécu, d'un amour passionné et d'une blessure à jamais ouverte. Avec l'issue tragique comme point de fuite d'une narration magistrale, celle-ci nous plonge dans l'intimité de sa relation fusionnelle avec Driss Benzekri, homme politique marocain de renom, homme follement aimé avant tout. Elle nous livre bien davantage qu'un chant de tristesse ou qu'un cri de colère contre l'injustice fondamentale de l'existence : son intolérable deuil s'entremêle à la chronique poétique, bouleversante et envoûtante d'un amour qui déplaçait les montagnes.
    Un roman érotique d'une grande poésie construit sur l'intensité de l'amour et du deuil.
    EXTRAIT
    Je ne me sentais guère ton objet, ou possédée par toi, mais nos deux corps enchâssés, comme une pierre précieuse sur la bague, ne formaient qu'une seule et même entité, le féminin et le masculin étaient dissous dans un vertige qui les lançait vers le firmament, comme la lettre se marie au mot, le mot à la calligraphie. De l'or coulait de la feuille, s'insinuait dans notre baiser, dans notre bouche, au fond de notre gorge, dans les vaisseaux haletants de notre coeur, le poème se lovait tantôt dans ton dos tourné vers le haut, tantôt dans mes courbes à moi, lorsque je me retrouvais vers les cieux, il voyageait ensuite au gré de nos caresses, parcourant les dunes onctueuses, se reposant sur les plaines humides, pénétrant les fentes parfumées et tremblantes de désir, il se croisait avec nos doigts, nos jambes entrelacées, ébouriffait nos cheveux confondus, voltigeait avec notre souffle devenu seule et même essence, buvait la rosée qui poussait comme une herbe miraculeuse et tendre.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    - « Par cet écrit poétiquement prenant, Siham Bouhlal déjoue les plans de l'oubli de ce vivant-mort et de ses souvenirs obsessionnels qui la hantent. » - Souad Mekkaoui, Maroc Diplomatique
    - « Ce livre est une célébration, un hymne à l'Amour intellectuel et physique. On y croise un homme et une femme dans leur vérité quotidienne, leurs échanges d'idées notamment sur le Maroc berbère d'avant l'Islam, la langue amazigh, les droits de l'homme. » - Jacky Essirard
    - « Un livre-hommage, une déclaration d'amour plus que sublime, une écriture douce, poétique, sensuelle et charnelle. Un deuil intolérable où priment les souvenirs de douceur, lumière, sensualité et amour. [...] Un hymne à l'amour même après la mort. » - Bettie Rose Books
    - « Lire le roman de Siham Bouhlal, c'est accepter l'idée que seule l'écriture peut résister à l'oubli et continuer à livrer son lot de promesses et de secrets. » - Karim Lyamlahy, ActuaLitté
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Siham Bouhlal est une romancière, poète et médiéviste née à Casablanca dans une famille originaire de Fès et installée en France depuis vingt-sept ans.
    Titulaire d'un doctorat en littérature de l'Université Paris-Sorbonne, elle se consacre à la traduction de textes médiévaux. L'art de vivre, le fonctionnement de la société arabo-musulmane classique, la pratique d'un certain islam « ancien » restent ses sujets de prédilection. La question de l'amour courtois, du corps et de l'acte amoureux dans son ensemble demeurent aussi une obsession chez elle.

    30 prêts - 1825 jours
    30 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Un tueur dans les arbres

    Patrick Raynal

    Parution : 21 Novembre 2018 - Entrée pnb : 25 Octobre 2018

    Elle s'appelait Asfaneh et elle débarquait de Téhéran avec une seule idée en tête : faucher le trésor de guerre de son oncle.
    Facile... sauf qu'avant de faire le rentier à Nice, le tonton faisait boucher en Iran pour le compte de sa majesté le Shah et que c'était pas du pognon qu'il planquait sous son bureau...

    Patrick Raynal a été le directeur de la Série Noire.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Izo

    Pascal De Duve

    Parution : 5 Février 2017 - Entrée pnb : 24 Janvier 2019

    Izo est un être étrange. Grand et mince, manteau noir et chapeau melon, il arrive tout droit d'un tableau de Magritte. Sans passé, donc sans mémoire, sans langage mais d'une intelligence supérieure, sans a priori et donc ouvert à toutes les expériences, Izo devient polyglotte, philosophe, écologiste... Il s'essaie à toutes les religions, toutes les idéologies, il découvre le monde, le Paris contemporain dont, pour notre plus grand bonheur, Izo l'entomologiste observe les machines et les manies, les couleurs et les travers, les folies et les snobismes. Avec ce conte moderne, joliment burlesque et tendre, traversée des apparences, Pascal de Duve nous renvoie comme en miroir une image cocasse, souvent absurde, de notre existence.Pascal de Duve (1964-1993) a publié son premier roman, Izo, chez Jean-Claude Lattès en 1989. Son deuxième livre, Cargo Vie, journal de bord de son périple aux Antilles françaises en 1992, a connu lui aussi un immense succès. Atteint du sida, Pascal de Duve passera en direct à plusieurs émissions télévisées, dont Ex Libris, La Marche du Siècle, Durand la Nuit et apportera avec courage et sincérité un message de réconfort à tous ceux et celles qui souffrent de ce mal.

    30 prêts - 1825 jours
    20 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les principes

    Voltaire

    Parution : 1 Janvier 1982 - Entrée pnb : 17 Mai 2017

    Ce roman est l'histoire d'une jeune fille qui a pris pour devise : « Périsse Rome plutôt que les principes ! » Estimant que nul bonheur ne vaut celui d'être courtisée sans rien donner en échange, Philippine tient qu'il ne faut jamais céder à l'amour. Elle le tient d'autant plus qu'elle possède une foi profonde et le goût naturel de la vertu. Partager les désirs et les sentiments qu'on inspire ou du moins avouer qu'on les éprouve serait pour elle une déchéance, car ce serait renoncer à sa supériorité sur ses soupirants. Aussi se refuse-t-elle systématiquement à eux. Mais la représenter dans l'exercice plénier de cette politique de prestige, au sommet de sa gloire, n'eût pas laissé d'être irritant. Il a paru préférable de la montrer dans un épisode de sa vie sentimentale où son système connaît sa première lézarde. Ce roman, « chargé de peu de matière », dont l'action se situe de nos jours, marque une résurrection du récit psychologique et une réaction contre la morale permissive de l'époque actuelle.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Changement de cavaliere

    Anne Bragance

    Parution : 1 Janvier 1978 - Entrée pnb : 18 Novembre 2015

    La jolie petite fille faisait des grâces devant le miroir. Adolescente, au vu de son profil sur une photo d'amateur, le nez - gros-nez - enfoui dans une touffe de marguerites (fleurs sans parfum) elle se persuade qu'elle est laide. C'est seulement de face qu'elle fait illusion. À vingt ans, obligée de participer à un bal familial, elle s'arrange pour ne danser qu'avec son père. Jusqu'au moment où l'on crie changement de cavalière. Son danseur inconnu ne la voit que de profil : elle tourne constamment la tête (à la recherche de son père ?). Il n'en tombe pas moins amoureux d'elle... C'est l'une des treize nouvelles dans lesquelles l'auteur des Soleils rajeunis excelle à saisir des personnages en rupture d'équilibre, sous le coup - fantasme ou réalité - d'un ébranlement insolite du quotidien. Une parenté avec l'art de Salinger.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Une valse noire

    Anne Bragance

    Parution : 1 Janvier 1983 - Entrée pnb : 18 Novembre 2015

    Qui est Albina, captive d'une phrase qu'un curieux voyageur adresse à Jonas, chaque jour, dans le train de banlieue qui mène ce dernier au travail ? Au bout de neuf mois de monologue où se mêlent fantasmes et déceptions, Jonas va comprendre que cette phrase sibylline donne sens à sa propre histoire. À celle de sa femme aussi, Ada, prise dans le même tourbillon imaginaire où chacun reste obstinément obscur à l'autre. Après Les soleils rajeunis, Changement de cavalière et Clichy sur Pacifique, Anne Bragance mêle ici les cartes du réel et du rêve. En sort un jeu aigu, fouillé, troublant, dans lequel nous entrons peu à peu. Valse noire que nous sommes bientôt seuls à danser.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'os quotidien

    Gaston Criel

    Parution : 5 Octobre 2017 - Entrée pnb : 15 Février 2019

    À la Libération, Gaston Criel s'intalle à Paris et fréquente les milieux littéraires par l'intermédiaire de Jean Paulhan, qui le présente à Sartre (la légende raconte que le pape de l'existentialisme avait fixé à un paquet de Gauloises par mois le loyer qu'il demandait au poète désargenté pour la chambre qu'il lui louait rue Bonaparte). Pendant deux ans, à partir de 1945, il est le secrétaire de Gide.

    Peu avant l'Armistice de 1940, Robert Raynaud, le narrateur, est mobilisé. Il n'atteindra jamais le front car il est fait prisonnier et envoyé dans un camp de travail en Allemagne. En dépit de l'amertume de la situation, il y expérimente la camaraderie, les veillées pleines d'alcool. Puis arrive la Libération, ce temps suspendu, onirique, où Paris, que Raynaud regagne, est soudain transfiguré par la liesse et la fête. Errant des grands boulevards à Saint-Germain-des-Prés, dans un Paris tour à tour joyeux et mélancolique, il s'essaie pour survivre à tous les petits boulots – vendeur, assistant d'édition, etc. Jusqu'au moment où la paternité vient le conforter dans son nihilisme.

    Dans
    L'Os quotidien, Gaston Criel passe du désespoir au rire avec une insolence narquoise et nous transporte au cœur des illusions et des désillusions de l'après-guerre, sans concession aucune. Il dépeint des existences chaotiques et met crûment à nu les êtres. Premier écrivain français à avoir écrit sur le jazz, il en fait sonner le rythme et les variations : du jazzman il a le souffle puissant, du poète, le verbe acerbe et l'ironie mordante. Il pousse dans L'Os quotidien un cri vibrant, empli de rage et de sarcasme, qui laisse éclore une tendresse délicate pour les êtres et une ardeur à la jouissance des choses. Afin de restituer l'humanité dans toutes ses contradictions.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Fortune lointaine

    Roger Béteille

    Parution : 19 Avril 2017 - Entrée pnb : 21 Avril 2017

    En ce milieu du XVIIIe siècle, Jean Boussuges a une revanche à prendre. Après avoir affronté un sort adverse, il va s'établir en Rouergue, accomplir ses rêves d'amour et de richesse, et mener une existence de défi permanent. Roger Béteille nous raconte l'histoire d'une fulgurante ascension dans la France rurale du siècle des Lumières.
     
    [version en poche]

    30 prêts - 2555 jours
    10 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Saison violente

    Emmanuel Roblès

    Parution : 1 Janvier 1995 - Entrée pnb : 18 Novembre 2015

    À Oran, en 1927, une jeune veuve travaille durement pour élever son fils de treize ans. Ce dernier vénère la mémoire de ce père qu'il n'a pas connu mais qui a laissé à ses amis un vivant souvenir. Lorsque la mère parle de se remarier, le garçon se révolte et refuse un projet qui, à ses yeux, est une trahison envers le disparu. Commence alors entre ces deux êtres un conflit marqué cependant par le sourire de la jolie Véronique et les ardeurs d'un violent soleil d'été.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Où l'on retrouve les frasques d'un triumvirat tropical. Lui, Abel. Elle, Anna-Maria de la Huerta. L'autre, Victor Saint-Martineau. Un jeu à trois avec, en toile de fond, tout simplement, le monde, ses tourments et ses absurdités. La Savane des Pétrifications fait suite au Bassin des Ouragans et consacre Raphaël Confiant comme l'un des auteurs les plus originaux et les plus prolifiques de la Caraïbe.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Damoiselle d'aguilar (la)

    Hélène Legrais

    Parution : 1 Janvier 1996 - Entrée pnb : 18 Novembre 2015

    1357, le royaume de France vit des heures tragiques. Le roi Jean II le Bon est prisonnier des Anglais à Londres, les bourgeois se soulèvent à Paris, les paysans se révoltent dans les campagnes ravagées par des pillards et la soldatesque. Au pays des châteaux cathares, au sommet d'une colline retirée des Corbières, à trois journées de cheval de Montségur, de sinistre mémoire, la belle Agnès de Montclar, fille du châtelain d'Aguilar, est de retour. Après dix années de captivité en Orient, où un sage praticien lui a enseigné les secrets de la médecine arabe, elle retrouve la terre de ses ancêtres. Les circonstances la conduisent bientôt à mettre en pratique son savoir au service des malades, et plusieurs guérisons spectaculaires lui valent reconnaissance et renommée. Subjugués par son rayonnement et son humanité, par la magie de son regard d'azur, tous, alentour, l'admirent et la vénèrent. Tous, sauf le curé du village, furieux de voir son influence et son autorité lui échapper, au profit d'une femme qui ose exercer un art interdit à son sexe, narguer la morale et la religion, abuser diaboliquement ses patients, dit-il, en leur jetant des sortilèges. Aveuglé par la haine et la jalousie, le prêtre la dénonce comme sorcière, l'accuse de pactiser avec le diable, de se livrer, derrière les remparts du château, à d'infâmes débauches, sous le couvert d'une médecine apprise chez les Infidèles. Dès lors, pour Agnès, les nuages s'amoncellent, les événements se précipitent, le destin bascule. Tomber aux mains de l'Inquisition, c'est encourir les flammes du bûcher. Mais, dans l'ombre, veille sur elle un gentilhomme de la mer tourné, lui, vers un monde nouveau et un horizon de lumière...

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Caprices

    Jude Stéfan

    Parution : 13 Décembre 2017 - Entrée pnb : 11 Mars 2018

    Tel un musicien pour se délasser se laisse aller à une composition sans plan déterminé, pour nous faire entendre ses fantaisies sur les thèmes les plus variés, Francis de Miomandre nous ouvre un univers des plus variés où il accueille les plus humbles choses de la vie quotidienne : une bulle de Champagne, une touffe de chiendent, une pierre. Les ayant accueillies, il les pénètre, leur insuffle son âme emplie d'amour universel, leur prête nos sentiments humains, nos rêves, nos déceptions, et jusqu'à nos larmes. Puis il nous enchante par de petites histoires, vrais contes d'Andersen où l'humour se mêle au lyrisme et nous révèle quelques-uns des symboles les plus pathétiques de notre absurde existence, nous fait entrevoir les vérités les plus profondes. Ce livre que l'on peut ouvrir n'importe où, lire dans tous les sens sans perdre un iota de son charme et de sa haute portée philosophique est enveloppé d'un halo de féerie, d'une vapeur somnambulique, et l'on se demande où est le réel, où est le rêve parce que les envols du songe reposent sur les bases solides de la plus lucide connaissance de la réalité. « Caprices » est un pas de plus sur la voie royale que l'artiste a empruntée depuis « Direction Étoile », « Le Fil d'Ariane », « Samsara », les « Jardins de Marguilène », « Fugues », avec une sûreté sans cesse plus grande. Tout frémissant d'amour bouddhique et nimbé du sourire tendre et mélancolique de la sagesse, « Caprices », dans un style de plus en plus dépouillé et ruisselant de poésie, nous amuse, nous enchante et nous laisse au bord de cette angoisse métaphysique qui préoccupe tant d'écrivains plus réalistes.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'École des absents

    Patrick Besson

    Parution : 1 Janvier 1976 - Entrée pnb : 18 Novembre 2015

    À force de vivre en dehors de la ville (entendez : en banlieue), en dehors de la richesse et de la pauvreté (entendez : en petit-bourgeois), en dehors du monde du travail (entendez : en chômeur), et loin de la femme qu'ils aiment, une multitude de jeunes gens finissent par constater qu'ils sont en dehors d'eux-mêmes et de la vie. Absents. Navrés et en colère, ils décident à pile ou face de mettre un terme à l'existence : Face, ils se suicident ensemble. Pile, ils font un carnage. C'est pile. Et c'est ainsi que Clément Théroude et ses amis, entre autres, Aristide Verdel, Pierre Durel, Patrick B (historiographe officiel) s'emparent du pouvoir, mettent la France à l'envers et commencent par faire exécuter ceux qui ont le sentiment d'être un peu là : 100 000 barbus, sociologues, psychiatres et neuro-psychiatres, sans compter les exilés. Mais Clément Théroude est capricieux, las de tout et d'abord sentimental : Avril Z lui manque, que ne remplace pas Prudence ; puis il tombe amoureux d'Adeline qui ne l'aime pas et précipite la chute des Absents. Voilà, c'est tout simple.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty