Sciences humaines & sociales

  • La persistance de la question palestinienne

    Massad Joseph

    Parution : 5 Septembre 2015 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015


    Dans ce livre, on verra comment, pour résoudre la question juive, le sionisme a fait émerger la question palestinienne qui n'en finit pas de se poser depuis soixante ans. On comprendra que le Palestinien d'aujourd'hui est l'homologue, au déplacement géographique près, du Juif d'Europe d'autrefois -qualifié des mêmes épithètes, considéré avec le même mépris. On apprendra que le "sémitisme", pure invention du XIXe siècle racialiste, entre dans ce qu'on appelle l'orientalisme - l'Orient vu par la domination occidentale. Et que "abrahamisme ", cher à Emmanuel Lévinas et Jacques Derrida, recouvre sous des dehors égalitaires et généreux une bonne dose de crainte et de méfiance de l'Islam. La persistance de la question palestinienne, livre ironique qui s'attaque frontalement aux idées dominantes, se situe dans la ligne de pensée du maître et inspirateur de Massad, Edward Said.



    Joseph A. Massad est Associate Professor of Modern Arab Politics and Intellectual History (Columbia University, New York). Il est notamment l'auteur de Colonial Effects: The Making of National Identity in Jordan (Columbia University Press, 2001) et de Desiring Arabs (University of Chicago Press, 2007).

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le passé colonial de l'Europe occidentale ne cesse de ressurgir en ce début de XXIe siècle. L'histoire de cette dernière à l'époque contemporaine est, de fait, inintelligible si on la prive de sa composante coloniale. Mouvement général européen, phénomène de domination et d'oppression transcendant les frontières idéologiques, la colonisation a durablement modifié les sociétés « indigènes » et ce, jusqu'à l'intime, mais aussi les métropoles coloniales elles-mêmes. Elle revêt dans ce double mouvement, dans le cadre de « rencontres coloniales » extrêmement diversifiées, de multiples formes - y compris celle de l'extrême vio-lence - selon les empires, les terrains coloniaux et les populations considérées.
    Rassemblant dix-huit chercheuses et chercheurs qui lui assurent un caractère tant international que plu-ridisciplinaire, ce livre propose de plonger au coeur des sociétés coloniales, sans jamais détacher le fait colonial d'une perspective comparative qui le réintègre pleinement à l'histoire des sociétés métropolitaines dont elles sont issues.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les résistances à la domination et la conquête coloniale font partie intégrante de l'histoire congolaise. La période allant de la fin du XIXe siècle jusqu'au début du XXe siècle a été riche d'événements : l'expansion coloniale, la mise en place du système concessionnaire, l'introduction de l'impôt de capitation, le travail forcé, le portage, la construction du chemin de fer et l'éveil du nationalisme. Ces événements seront à la l'origine de la remise en cause du système colonial sous diverses formes de contestation à l'ordre établi. Il y a une nécessité de faire une relecture de l'histoire des mouvements de résistance à la pénétration, la conquête et la domination coloniale au Congo. Ce travail structuré autour de trois parties compte six chapitres. La première partie est consacrée à la domination coloniale française et les jalons des résistances congolaises à la fin du XIXe siècle. La deuxième partie porte sur les résistances à l'intrusion et à l'occupation coloniale dans la première moitié du XXe siècle. La troisième partie enfin analyse les lendemains des résistances congolaises à la domination coloniale (1944-1959). L'histoire des résistances à la conquête et la domination coloniale est indissociablement liée à celle de la formation de la société congolaise moderne.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty