Sciences humaines & sociales

  • Il ne m'est rien arrivé

    Lionel Duroy

    Parution : 31 Janvier 2019 - Entrée pnb : 15 Janvier 2019

    Je n'écoute pas l'officier. Je me souviens du chien de Gospi´c, de notre peur, du hurlement de Vladimir. Le chien avait voulu nous mordre. Plus tard, la dame de l'ancien restaurant nous avait offert du riz. « Mangez, avait-elle dit, ça va être froid. » Nous ne mangions pas, nous la regardions pleurer. « Vous savez, avait-elle ajouté, il tombait des petits jouets comme ceux des arbres de Noël ! Des boules rouges, des clochettes, des poissons d'argent. Les femmes ont crié de ne pas y toucher. Nous avons toutes crié ! Un enfant n'a pas dû entendre. C'était une journée sans pluie, une belle journée, les gens étaient dehors. Mais ce n'était pas des petits jouets. » Je ne quitte pas l'officier des yeux, j'acquiesce à tout ce qu'il dit mais je ne l'écoute plus.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La France et sa mission

    Édouard Krakowski

    Parution : 3 Mai 2019 - Entrée pnb : 1 Mai 2019

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Cette « vie artistique » s'étend de 1840 à 1867, année de la mort de Baudelaire. En ce temps-là, peu ou point de galeries d'art. Les artistes ne pouvaient montrer leurs oeuvres qu'au Salon qui s'ouvrait généralement au mois de mars. Il leur fallait compter avec le jury, toujours sévère, souvent injuste. Ce sera par son « Salon » de 1845 que Baudelaire, à peine âgé de vingt-quatre ans, révèlera ses prodigieux dons de critique. Dans « La vie artistique au temps de Baudelaire », Tabarant ne se borne pas à magnifier l'oeuvre du poète des « Fleurs du mal ». Il nous en trace le portrait et nous décrit sa vie d'écrivain et sa vie privée, ses amours, ses amitiés, ses haines. Que de faits peu connus Tabarant nous révèle sur Baudelaire et sur son temps ! Que d'erreurs il a rectifiées ! Et que d'ombres il a ramenées à la lumière du jour grâce à la prodigieuse masse de documents qu'il a consultés durant dix années de sa vie ! Au vrai, c'est toute une époque qui s'anime dans les cinq cents pages de ce livre à la fois si dense et si fluide et d'une lecture si attachante. Tabarant n'omet pas les faits politiques et sociaux qui agitent, troublent, égayent parfois la vie parisienne sous le règne de Louis-Philippe, sous la Deuxième République et sous le Second Empire. Il nous révèle l'existence d'une foule de journaux et de revues dont la plupart ont, depuis longtemps, disparu. On est frappé du nombre d'événements graves qui se succèdent et de la multitude de personnages qui s'agitent tour à tour sur la scène parisienne durant une période pourtant bien courte puisqu'elle a duré moins de trente ans.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty