FeniXX réédition numérique (Éditions du Seuil)

  • Le détour des choses

    Dominique Aubier

    Parution : 12 Décembre 2018 - Entrée pnb : 30 Novembre 2018

    Une femme, près du pont d'Aricia, "le pont le plus haut d'Italie", sa voiture abandonnée, ceux qui parlent d'elle comme si elle s'était jetée de ce pont... En tout cas elle a disparu. Elle a écrit trois lettres, à son mari, à une hindoue, à un kabbaliste, Orazio. A-t-elle écrit aussi à Salvatore Salvattini, le célèbre metteur en scène de cinéma ? Peu importe. Qui est cette étrange Sara Sanroy, d'un effrayant courage, qui a toujours le mot cinglant, et, prompte à la parole, refait les êtres qui parlent d'elle comme s'ils sortaient de sa bouche ? Ce qu'elle dit, ce qu'elle invente, l'enfance de Salvattini et son faux suicide, une course de taureaux à Pampelune, ces bouffées de jalousie qu'elle ne peut réprimer et qui la font prendre pour une folle à Paris, ces marches dans Rome, la nuit, qu'elle multiplie, ces lectures acharnées de l'hébreu : tout ici est plus incantation que roman. Sara Sanroy ne sait pas à qui elle parle et qui parle d'elle : elle voit et elle proclame. Ainsi, femme malheureuse, femme mal-aimée, domine-t-elle sa vie et celle des autres. Ainsi, surtout, donne-t-elle au lecteur non pas le pouvoir de lire mais celui de parler, et comme elle.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La nourriture du feu

    Dominique Aubier

    Parution : 12 Décembre 2018 - Entrée pnb : 30 Novembre 2018

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le chapelet d'ambre

    Ahmed Séfrioui

    Parution : 13 Décembre 2017 - Entrée pnb : 13 Mars 2018

    Les quatorze récits qui forment les grains de ce « Chapelet » ne doivent rien au folklore mais ils en ont toute la saveur et le charme C'est qu'ils sont nés d'une imagination qui transfigure le monde. Ici, la réalité la plus proche se fond toujours dans un jeu d'illusions et de miroirs. Ahmed Séfrioui s'est inspiré de tout le petit peuple de Fès, la vieille ville fabuleuse où se côtoient les étudiants et les âniers, les vagabonds et les pèlerins, les artisans et les boutiquiers : babouchiers, encenseurs, tisserands, tanneurs, potiers, marchands de soie ou de menthe... De ce merveilleux conteur, Robert Kemp a pu écrire qu'il est aussi « un très pur écrivant en français ». Il ajoutait : « Son oeil voit bien, sa plume a la souplesse d'un pinceau et la pointe aiguë d'un crayon ». « Le Chapelet d'ambre » a obtenu en 1949 le Grand Prix littéraire du Maroc.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Vive ce qu'on raconte !

    Dominique Aubier

    Parution : 19 Novembre 2018 - Entrée pnb : 23 Novembre 2018

    Une auto luxueuse s'arrête devant la maison de vacances de la narratrice qui croit reconnaître dans ses occupants le célèbre matador Miguel Ruiz et une jeune beauté de la Côte d'Azur. Par suite d'une fausse manoeuvre, l'auto se renverse sur la plage, écrasant sous son poids les deux voyageurs. Voilà le thème de ce récit vif et poignant dans lequel, peu à peu, l'auteur joue un rôle majeur, celui de témoin de l'accident et du malheur qui le suit et celui de romancière aux prises avec son imagination et son métier d'écrivain. Le lecteur lui-même n'est pas laissé de côté. Ses goûts, sa curiosité, son émotion participent à cette histoire et lui donnent sa vraie signification. Il ne reste pas à l'écart du mystère non seulement de la vie des personnages mais aussi de leur naissance. Nous comprenons que lire c'est aussi créer. Et maintenant, à vous Dominique Aubier ! "Il était plus de sept heures..."

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Massacre du printemps

    Charles Pascarel

    Parution : 19 Novembre 2018 - Entrée pnb : 23 Novembre 2018

    Ce livre représente une tentative désespérée pour transfigurer l'existence vulgaire en un mythe fabuleux. Entre la réalité passionnément vécue et une fantasmagorie passionnément composée, Charles Pascarel n'a pas voulu choisir. Ou plutôt, tout est pour lui dans l'opération alchimique qui transmute le quotidien pour le faire entrer dans la légende. Le quotidien : à partir de sa chambre de Montrouge, abandonné de sa femme comme autrefois humilié par sa mère, l'homme se voue aux hasards des rencontres, des ponts de la Seine aux abattoirs de la Villette. A force d'avoir froid et faim et d'être seul, à force de torturer son langage et sa plume, il forge en lui, autour de lui, une étrange et fascinante légende. Montreur d'ours, proxénète, artiste, chevalier, jongleur, poète errant, trousseur de pucelles, ermite, ce démiurge invente et incarne tous les rêves qui le tourmentent. Car il voudrait pouvoir se quitter, partir vers Chartres, vers les trésors fantastiques, ou vers Die, vers la Comtesse lointaine. Il s'agit de lui-même et de son salut. Cet homme est poursuivi par le génie de sa propre genèse : "Je suis ma propre mère - Je me mange - Je connaîtrai ma puissance quand je serai l'enfant de moi-même." Effectivement, Pascarel n'écrit pas, il mange. Et cette consommation va du mets le plus fin à la plus simple ordure. L'oeuvre nourrit le poète - le poète se donne en pâture à son oeuvre. Il faut que l'un décline afin que l'autre croisse. Tel est le canon de cette cérémonie sanglante. Sacre ou massacre du printemps ? A la tendresse émerveillée de certaines pages répondent, ailleurs, les blasphèmes et les excès. "J'ai lié le lys à l'humus, les étrons aux valses de Vienne", dit l'auteur. De peur de s'y méprendre il faut rapporter tout ce qui dans ce chant est violence destructrice à la pureté d'un amour blessé. Il faut également espérer que, depuis Victor Hugo, il n'y a en France, "plus de mots sénateurs, plus de mots roturiers". Un public d'exception saura reconnaître dans cette oeuvre une sorte de "Génie du Paganisme".

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La grande jouasse

    Charles Pascarel

    Parution : 30 Novembre 2017 - Entrée pnb : 13 Mars 2018

    Comment le maître de Millécus, le chien qui parle et moralise, échappe, grâce au Noir de la Seine, aux manoeuvres des quatre bouchers et découvre qu'il est le jeune Élu d'une cabale étrange où le roi Arthur et la comtesse de Die affrontent la chouannerie du Marchand d'Agrumes et du Grand Canaillou son acolyte. Où l'on voit que la lune n'est pas inexplorée et qu'ici-bas la vertu n'est pas toujours récompensée. Après « Massacre du Printemps », Pascarel continue à défrayer sa propre chronique. De la geste lyrique, le voilà maintenant qui passe au fabliau, au roman romanesque, aux bandes illustrées. Comme le peintre moderne emprunte des outils au sculpteur, au maçon, au mécanicien, à l'électricien, voire même au musicien, le poète bouleverse la hiérarchie des genres en puisant librement en chacun ce qui lui chante. Quelles que soient les réactions devant cette baroque épopée feuilletonesque où Tintin et Milou, James Bond et Lancelot se retrouvent, qui se garderait de la fascination qui règne déjà entre l'auteur et son oeuvre ? L'un des deux est ivre. Ils s'observent l'un l'autre, pour savoir qui.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty