Seuil

  • Le livre (al-kitab)

    Adonis

    Parution : 18 Mars 2013 - Entrée pnb : 21 Février 2014

    « al-Kitâb est un voyage à travers l'histoire arabe, depuis la fondation du califat après la mort du prophète au VII° siècle (de l'ère chrétienne) jusqu'à la moitié du X° siècle. Voyage qui renouvelle la traversée de Dante dans La Divine comédie. Toutefois, contrairement à Dante, Adonis opte pour une description non du paradis et de l'enfer célestes, mais de l'enfer d'ici bas. Enfer où l'Arabe vivait, réfléchissait et écrivait.
    Pour son odyssée , Adonis choisit al-Mutanabbî - le plus grand poète arabe - et tente de relater dans Le Livre-traversée, toute chose sur les Arabes en résonance d'une part avec les livres dits sacrés, de l'autre avec une vision mallarméenne. »
    Houriya Abdelouahed
    « Afin que je demeure étranger, lointain,
    des paroles m'amenèrent vers leur demeure
    De l'élixir de leur plantes m'abreuvèrent
    Un temps-assis
    tel un enfant sur mes genoux, afin de lire ce que trace
    l'horizon
    sur des cahiers volés
    aux fissures du ciel. »
    Adonis

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Tombe

    Hélène Cixous

    Parution : 31 Janvier 2014 - Entrée pnb : 10 Septembre 2014

    "En 68-69 je voulais mourir, c'est-à-dire arrêter de vivre, d'être tuée, mais de toutes parts c'était barré.
    Je commençai à rêver de m'écrire une Tombe. Ce serait un testament. Le mot testament dans ma tradition, celle de Shakespeare et du romantisme allemand, fait de l'esprit. Il fait Wit en anglais. Witz en allemand. Vite en français. Il fait vite. Le Wit ou Witz fait vite et par conséquent Vif. Il va trop vite pour être arrêté. C'est pourquoi, dans cette tradition littéraire mienne, où le mot et l'esprit font alliance, le mot testament a vite fait de tourner en textamant."
    Trente-cinq ans après sa première édition, Hélène Cixous republie, relit et commente son livre à la lumière de son oeuvre et de sa vie.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le crime de jean genet

    Dominique Eddé

    Parution : 29 Janvier 2016 - Entrée pnb : 24 Janvier 2016

    " Sa présence me donnait la sensation d'un feu glacé. Ses gestes étaient aussi pleins, aussi calculés, aussi précis que ses phrases. Le passage de l'action à l'immobilité se faisait chez lui de manière si insensible et si leste que l'une et l'autre se superposent encore aujourd'hui, dans mon souvenir. Je revois sa main légèrement levée – la gitane instable entre l'index et le majeur, et sa fumée flottante sur ses longs ongles jaunes – je la vois planer sans bouger ou à peine, puis, sans nervosité aucune, porter la cigarette à sa bouche et aux choix, regagner son état d'apesanteur ou atterrir sur un genou et dormir dessus comme de la mousse sur une pierre. Les mouvements de Genet mimaient le mouvement du temps qui s'entasse au lieu de passer. Il en résultait une sorte d'air enfermé et pourri qui évoquait, en effet, le mariage d'une mort et d'une rose. Ses deux fleurs préférées. "
    Dominique Eddé a connu Jean Genet dans les années soixante-dix. Elle dresse ici un double portrait de l'homme et de l'œuvre. Notant l'absence de père dans ses écrits, elle montre en quoi son parricide prit la forme d'un attentat contre la loi. Son approche comparée au crime chez Dostoïevski et chez Genet contribue, notamment, à éclairer les rapports de ce dernier à la France et à la Palestine, au judaïsme, au christianisme et à l'islam, au blanc, au théâtre et, tout au long, à la mort.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty