Librairie Droz

  • Jean calvin et le livre imprime

    Gilmont Jean-François

    • Librairie droz
    Parution : 1 Janvier 1997 - Entrée pnb : 28 Septembre 2016

    Lorsque Calvin entreprend sa réforme religieuse, il fait appel à différents moyens de communication : le sermon, la correspondance, le livre. Quelle place accorde-t-il cependant à l'imprimerie pour assurer le rayonnement de son message ? Cette question suppose une enquête approfondie sur les relations que Calvin entretient avec le livre : les genres littéraires qu'il a illustrés; les raisons qui l'ont poussé à prendre la plume; la langue utilisée (latin et français) et les publics visés; plus concrètement encore l'organisation de son cabinet de travail et les relations avec ses imprimeurs et libraires. Il convient également de s'interroger sur sa bibliothèque et sur ses lectures, celle de la Bible et celle des auteurs anciens et contemporains. Comment intègre-t-il ses lectures dans son oeuvre écrite ? Dernier volet de l'enquête: la censure. Comme les auteurs et les imprimeurs sont étroitement contrôlés à Genève, Calvin peut-il imprimé impunément tout ce qu'il veut ? Joue-t-il le jeu de la censure ? Pour mener l'enquête, Jean-François Gilmont tire profit de sa connaissance approfondie tant de la bibliographie calvinienne que de son oeuvre, jusqu'à la correspondance relue à nouveau frais. Son étude, qui nous donne une image extrêmement vivante et parfois inattendue de Calvin, offre de nouvelles perspectives sur le Réformateur, sur son action pastorale et même sur son style et sa théologie.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Calvin et l'humanisme. actes du symposium d'amiens et lille iii (25-26 novembre 2009)

    Collectif

    • Librairie droz
    Parution : 1 Janvier 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Ce volume collectif met en valeur le Calvin littéraire, à l'occasion du cinquième centenaire de sa naissance. Les contributions s'emploient à approfondir ce qui, dans le rapport du Réformateur à l'écriture et à la Bible, et dans son rayonnement auprès des écrivains du XVIe siècle (à travers une série d'échanges, d'influences, d'interactions et de rapprochements possibles), témoigne d'une appréhension humaniste des textes et de l'homme, comme de l'inscription d'une pratique littéraire dans une anthropologie humaniste. Cet "humanisme" de Calvin - avec toutes les ambiguïtés que la notion comporte - a été étudié selon trois axes majeurs : l'axe culturel bien sûr, à travers l'étude d'un milieu de formation, d'une communauté d'arrière-plans et d'un ensemble de références culturelles, antiques en particulier, mais aussi l'axe anthropologique et l'axe philologique de sa relation à l'écriture et à la langue française, qu'il contribue largement à clarifier et à simplifier en la libérant du latin. Le volume s'attache surtout à mettre en évidence les liens qui existent entre la formation de Calvin, l'anthropologie qu'il propose, et sa pratique stylistique.
    Ainsi réunies, les diverses approches des spécialistes sollicités permettent d'établir que ce qui semble inscrire Calvin dans un ordre de référence humaniste est toujours remis en cause au nom d'une anthropologie repensée, questionnant la notion d'"humanisme" même, en dialogue avec une communauté d'"humanistes". Deux aspects de l'écriture calvinienne structurent en particulier la réflexion menée dans ces pages: les tensions d'un héritage, parce que le rapport à l'écriture convoque, et repense, à travers des références humanistes et au-delà d'elles, toute une anthropologie propre; et une écriture de combat, qui permet de voir comment ce rapport aux textes et aux hommes se traduit concrètement dans un style qui a fait reconnaître Calvin comme écrivain, "illustrateur" de la langue française.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'ordre du temps : l'invention de la ponctualite au xvie siecle

    Max Engammare

    • Librairie droz
    Parution : 1 Janvier 2004 - Entrée pnb : 28 Septembre 2016

    Au XVIe siècle, les protestants réformés, à Genève surtout, mais également dans la France huguenote, à Londres ou à Berne, intériorisent une conception originale du temps et appliquent une éthique particulière au déroulement de leurs journées. Des contraintes d'ordre spirituel règlent strictement leur rapport au temps, qui est d'abord conçu comme un rapport à Dieu. A chaque minute, Dieu surveille et veille sur ses fidèles, alors qu'à la fin des temps ceux-ci devront lui rendre compte de chacune de leurs minutes, répète sans cesse Jean Calvin dans ses sermons. C'est ainsi que les Genevois vont inventer une valeur moderne, la ponctualité, laquelle était inconnue des Anciens, des Médiévaux et même d'Erasme, de Vives, des premiers jésuites, ainsi que de Rabelais, Ronsard ou Montaigne. La ponctualité ne procède pas formellement d'innovations techniques, elle est d'abord une vertu spirituelle, sociale et disciplinaire.
    C'est dans la cité de Calvin que des structures communautaires d'incitation et de contrôle sont instituées ; qu'un nouveau calendrier est élaboré ; qu'une économie nouvelle du temps et de ses parties est pensée ; autant d'applications de la ponctualité auxquelles les protestants, en particulier de confession calviniste, sont encore aujourd'hui redevables. Max Weber, Norbert Elias et Michel Foucault sont convoqués au terme de l'essai pour discuter L'Ordre du temps et comprendre l'invention de la ponctualité.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Excentricité et humanisme ; parodie, dérision et détournement des codes à la Renaissance

    Patricia Eichel-Lojkine

    • Librairie droz
    Parution : 1 Janvier 2002 - Entrée pnb : 28 Septembre 2016

    Emprunté au vocabulaire astronomique, le terme excentrique provient du latin médiéval excentricus, " hors du centre ". Et les astres, qui - tel le soleil - se déportent de leur centre de gravité sans pour autant générer d'anomalie, produisent un modèle herméneutique approprié à l'excentricité symbolique que manifeste la culture savante des XVe et XVIe siècles : l'invention de dieux ou de déesses dérisoires chez Alberti (Momus) et chez Érasme (Éloge de la Folie); la stylisation parodique chez Rabelais ; ainsi qu'au-delà de la sphère du comique, la distorsion du modèle dans la poésie amoureuse d'Agrippa d'Aubigné. Prisée des humanistes jusqu'aux poètes baroques, la rhétorique de la déviance signale à la fois leur aptitude au jugement " idéologique " critique et à la pratique " formelle " du détournement des codes.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Vertu du discours, discours de la vertu

    Ullrich Langer

    • Librairie droz
    Parution : 1 Janvier 1999 - Entrée pnb : 28 Septembre 2016

    L'essai d'Ullrich Langer relie trois domaines fondamentaux de la culture lettrée française au seuil de la modernité: la rhétorique humaniste de l'éloge, la théorie des vertus et le monde mimétique de la littérature. Au fil des pages, le lecteur se familiarise avec le savoir moral de la Renaissance et son rapport aux exemples illustres de l'Antiquité. En relisant, entre autres, les oeuvres de Marot, Rabelais, Marguerite de Navarre, Ronsard et Montaigne, il découvre comment la pensée éthique et les stratégies littéraires s'influencent réciproquement. Lier morale et littérature, c'est, en cette fin de millénaire, une des exigences vivifiantes du monde intellectuel. Dès le XVIe siècle, l'exigence éthique, confortée par le pouvoir des mots, s'impose comme une priorité. Elle touche aux questions les plus urgentes de la civilisation: la gestion de la violence, la conduite des échanges humains, la maîtrise des contingences, la modération du corps personnel et du corps politique. Un parcours humaniste neuf et plein d'avenir.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Calvin et ses contemporains

    Collectif

    • Librairie droz
    Parution : 1 Janvier 1998 - Entrée pnb : 28 Septembre 2016

    Ce volume présente une grande diversité d'approches sur la personne et l'oeuvre du réformateur français. L'histoire religieuse occupe évidemment la première place, mais elle s'enrichit de la philologie, de l'histoire du livre et du droit, ou des rapports de spécialistes plus spécifiquement littéraires. On a voulu que l'attention prêtée à l'homme et à son oeuvre, à la genèse et au développement de celle-ci, s'appuie sur l'étude des rencontres biographiques et intellectuelles, des discussions, des collaborations, des influences et des ruptures qui rapprochent, distinguent le réformateur de ses contemporains, ou l'opposent à eux. L'élargissement du cadre historiographique, si sensible dans les études calviniennes de ces dernières décennies, en direction des réseaux sociaux et institutionnels, ou des questions liées aux moyens et aux supports de la communication (écriture, prédication, livre imprimé) va ainsi de pair avec la mise en relief du rôle et de la physionomie individuelle du réformateur. Il en ressort l'image d'un réformateur, certes exclusiviste dans certains de ses choix, mais dont la pensée manifeste aussi une capacité d'adaptation polymorphe.
    Avant-propos de Olivier Millet. Articles de O. Carpi-Mailly, F.P. van Stam, M. Turchetti, F. Higman, M. Engammare, E.M. Braekman, J.E. Olson, D. Ménager, J.-F. Gilmont, Y. Tatarenko, Ch. Burger, I. Backus, M.-M. Fragonard, B. Roussel, M. Reulos, P. Lienhardt, V. Mellinghoff-Bourgerie, F. Lestringant et A. Pettegree.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Anglais Reforming geneva : discipline, faith and anger in calvin's geneva. with thomas a. lambert

    Robert M. Kingdon

    • Librairie droz
    Parution : 1 Janvier 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    The Calvinist Reformation is characterized above all by a focus on church discipline enforced by church courts known as consistories. The Geneva consistory served as the model and mother institution throughout the Calvinist world. In this book, Robert M. Kingdon surveys the theoretical underpinnings of the Calvinist emphasis on discipline and how theory was put into practice by John Calvin in Reformation Geneva. Professor Kingdon looks in turn at how the Geneva consistory and the pastors and councilors who staffed it reformed religious practice, religious education and marriage practices. Finally, Robert M. Kingdon uses the emotion of hatred as a lens to examine how Calvin and his colleagues attempted to reform emotions. He delves into the way in which Calvin and his colleagues employed the consistory to attenuate interpersonal hatred, while employing propaganda to whip up interconfessional hatred.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La bibliotheque de l'academie de calvin : le catalogue de 1572 et ses enseignements

    Alexandre Ganoczy

    • Librairie droz
    Parution : 1 Janvier 1969 - Entrée pnb : 28 Septembre 2016

    La présente publication a pour but de rendre accessible aux historiens de la Réforme un document qui permet une connaissance plus précise des sources utilisées par Jean Calvin et Théodore de Bèze, les fondateurs de l'Académie théologique de Genève, ainsi qu'une vue d'ensemble de l'orientation intellectuelle qu'ils lui ont donnée pendant la première décennie de son existence. L'étude qui précède l'édition annotée du Catalogue ne veut servir que d'esquisse - forcément incomplète - à une interprétation plus poussée du document que des chercheurs plus compétents pourront donner par la suite, en se plaçant au point de vue de l'histoire de l'enseignement théologique.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'ecriture du levant a la renaissance : enquete sur les voyageurs francais dans l'empire de soliman

    Tinguely Fr D Ric

    • Librairie droz
    Parution : 1 Janvier 2000 - Entrée pnb : 28 Septembre 2016

    L'Empire ottoman exerce une fascination sans égale sur les Occidentaux de la Renaissance. Les curiosités zoologiques, la topographie de Jérusalem ou de Constantinople, la vie quotidienne des Turcs, de leurs femmes voilées et de leur mystérieux Sultan: nombreuses sont les facettes de l'Orient représenté et construit par une littérature de voyage alors en pleine expansion. A partir d'un corpus à la fois diversifié et ancré dans un contexte précis - la célèbre ambassade d'Aramon auprès de Soliman, de 1546 à 1553 -, cette étude examine les modalités d'un discours orientaliste entretenant des relations complexes et complémentaires avec le savoir livresque et l'expérience du monde.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Pre-histoires ii : langues etrangeres et troubles economiques au xvie siecle

    Terence Cave

    • Librairie droz
    Parution : 1 Janvier 2001 - Entrée pnb : 28 Septembre 2016

    A la suite de Pré-histoires. Textes troublés au seuil de la modernité (Droz, 1999), Pré-histoires II recourt derechef aux textes littéraires et aux sources para-littéraires, discursives notamment, pour éclaircir des questions non résolues de l'histoire culturelle et de ses codes sociaux. S'inspirant de la rencontre, au début de l'oeuvre de Rabelais, de Pantagruel et d'un Panurge polyglotte, la première partie interroge le statut des langues vivantes au XVIe siècle et constate l'évolution rapide des moyens de les apprendre. La seconde partie observe les effets de l'enchérissement qui secouait alors l'Europe, les identifiant notamment dans l'inflation économique et dans l'intérêt pour les langues étrangères considérées comme une technique d'expansion marchande. Elle cherche en somme à déterminer à quel point la célèbre Response à M. de Malestroict, où Jean Bodin se fait l'analyste de la croissance, peut être citée comme un "seuil" de la compréhension graduelle de cette convergence.
    Des textes très divers sont sollicités dans ces explorations ; ce sont pourtant des épisodes empruntés à François Rabelais qui en constituent le plus souvent le paradigme, si bien qu'on en vient à considérer Pré-histoires II comme une méditation sur Rabelais et sa relation à l'histoire, économique et culturelle, numéraire et littéraire en particulier. La réflexion tend à établir que des phénomènes troubles, considérés habituellement comme distincts ou même incompatibles, sont présentés comme liés, dans le monde imaginaire de la fiction rabelaisienne, avec une lucidité exemplaire.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le livre des iles : atlas et recits insulaires de la genese a jules verne

    Frank Lestringant

    • Librairie droz
    Parution : 1 Janvier 2002 - Entrée pnb : 28 Septembre 2016

    On appelle Insulaire (en italien Isolario) un atlas exclusivement composé de cartes d'îles. Plus simplement, l'Insulaire, c'est le Livre des îles, titre de l'atlas nautique rassemblé vers 1420 par le Florentin Buondelmonti. Le genre connaît un essor ininterrompu du XVe au XVIIIe siècle. Non seulement la terre entière est a guisa d'un'Isola, comme une île au milieu des océans, mais la description en archipel favorise aussi une appréhension progressive du monde, émietté et particularisé à l'infini. L'Insulaire va de pair avec l'éloge de la variété. Il se rencontre à une époque où fleurit la bigarrure, où celle-ci apparaît comme le signe du divin dans le monde. Les systèmes de l'âge moderne ont eu raison, semble-t-il, de l'esprit d'archipel. A l'ère de l'homme unidimensionnel et de la globalisation, il est urgent de renouer avec une configuration de la terre parcourue de lacunes et de béances, mais contenant une place pour chaque singularité, fût-ce la plus imprévisible.
    Si l'Insulaire est un atlas, il est aussi un récit. Un récit fragmenté, discontinu, en archipel. Prolongeant l'histoire de l'Insulaire nautique, et tirant de celui-ci un modèle descriptif, ce nouveau Livre des îles conduit de la Genèse à Jules Verne et de l'Odyssée aux Iles Enchantées de Melville. Il a pour escales l'Histoire vraie de Lucien, la Navigation de saint Brandan, le Quart Livre de Pantagruel de Rabelais, les îles tour à tour satiriques et amoureuses de l'âge classique, les Voyages de Gulliver de Swift, l'herbier des îles du botaniste Tournefort et L'Archipel de la Manche de Victor Hugo.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Montaigne ou la verite du mensonge

    Mathieu-Castellani G

    • Librairie droz
    Parution : 1 Janvier 2000 - Entrée pnb : 28 Septembre 2016

    Dire à demi, dire confusément, dire discordamment : telle est l'obligation particulière, dit Montaigne, qui pèse sur son projet singulier, sur son extravagant projet. Assurant le lecteur, au seuil des Essais, que son livre est "de bonne foi", ne cherche-t-il pas cependant à l'égarer, à le séduire, à le prendre "par une forme de guet-apens" comme dit l'ami Pasquier ? La vérité a, comme le mensonge, tant de visages! Il arrive que tel mensonge dise en partie le vrai, que l'omission, le déguisement, la feinte dévoilent une "vérité" que l'écrivain choisit de découvrir tout en la couvrant. Celui qui aime le jeu d'allusions propre à la poésie érotique, et qui admire le discours oblique des oracles sibyllins, celui qui avoue à l'occasion qu'on ne saurait "dire tout", celui-là sait aussi qu'il y a des paroles qui signifient plus qu'elles ne disent et d'autres qui signifient même ce qu'elles ne disent pas.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • « Ovide veut Parler »

    David Claivaz

    • Librairie droz
    Parution : 25 Novembre 2016 - Entrée pnb : 27 Novembre 2016

    Première version française en vers d'un des plus importants textes latins par l'un des plus grands poètes français du premier XVIe siècle, le Premier Livre de la Metamorphose de Clément Marot pose la triple question des origines, des techniques et de la valeur de la traduction littéraire en France. Le geste de Marot au service d'Ovide relève d'une déontologie qui pourrait être celle d'un traducteur d'aujourd'hui, mais se distingue aussi bien des pratiques antérieures (Ovide moralisé) que des réalisations postérieures (Amyot, Belles infidèles). Grâce à l'exploitation d'une version manuscrite éditée pour la première fois et disponible en ligne, l'étude systématique du texte met en évidence d'importantes variations dans les manières adoptées par Marot et révèle leur cohérence profonde. La critique littéraire a su depuis longtemps décrire des versions « belles, parce qu'infidèles ». Il importe donc tout particulièrement de rendre justice à une traduction « belle, parce qu'aussi peu infidèle que possible ».

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty