FeniXX réédition numérique (Robert Laffont)

  • Éloge du gaucher dans un monde manchot

    Jean-Paul Dubois

    Parution : 12 Novembre 2015 - Entrée pnb : 2 Décembre 2015

    Un homme sur dix vit sa vie à l'envers. Un homme sur dix a une existence un peu plus compliquée que les autres. Un homme sur dix sait pourtant qu'il n'a pas le choix, puisque les choses ont toujours été ainsi. Alors un homme sur dix se résigne à subir sa condition de gaucher dans un monde de droitiers. Éloge du gaucher n'est pas un manifeste. Seulement la remise en ordre d'idées reçues, la réhabilitation d'un peuple épars, d'une caste discrète. Éloge du gaucher, c'est l'histoire éternelle d'êtres différents, qui ont été marqués par ce onzième commandement : « Écris avec ta jolie main », et qui ont dû s'adapter à un monde créé par et pour les droitiers, où l'on obéit à la priorité à droite, où il est inconvenant de saluer de la main gauche et suspect de se lever du pied gauche. Éloge du gaucher, c'est enfin un gaucher (contrarié) qui vous dit : « Si l'on pouvait vivre à mi-chemin entre ses deux mains, sans jamais avoir à choisir, vieillir serait un jeu d'enfant. » Un homme sur dix devrait lire ce livre.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Anaïs Nin

    Elisabeth Barillé

    Parution : 31 Décembre 1990 - Entrée pnb : 24 Novembre 2021

    Anaïs, c'est un prénom aux sonorités ambiguës. Vierge profane, enfant meurtrie par un père esthète et pervers. Adolescente hantée par la littérature. Épouse frustrée d'un banquier anglo-saxon en costume trois-pièces, Hugo. Américaine à Paris, mondaine malgré elle... Sa seule jouissance : écrire. Elle a trente ans, elle prend feu. Elle aime Henry Miller, le soutient, le finance.
    Anaïs, c'est une amoureuse. Elle s'aventure à Montparnasse. Sage et troublante, fantaisiste et ascète, insaisissable et diffuse comme l'eau, son élément, un rien magicienne... elle attire à elle Antonin Artaud, Brassaï, Allendy, Otto Rank, André Breton, Lawrence Durrell, Louise de Vilmorin.
    Anaïs, c'est un journal. Cinquante ans d'écriture, quarante-cinq mille pages, longtemps enfouies dans une cave de Brooklyn. Confession monumentale, adroitement ciselée, son Journal devient la Bible de millions de femmes quand elles le découvrent dans les années soixante.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Tout m'est bonheur (1)

    Comtesse De Paris I.

    Parution : 24 Août 2015 - Entrée pnb : 16 Juin 2016

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Raid papou

    Patrice Franceschi

    Parution : 23 Octobre 2015 - Entrée pnb : 25 Novembre 2015

    Le raid papou est l'extraordinaire traversée du dernier territoire préhistorique de la planète. Au centre de la Nouvelle-Guinée indonésienne, sur un territoire presque grand comme la France, au coeur de jungles épaisses et mystérieuses, sur les flancs de montagnes culminant à plus de cinq mille mètres, subsistent les ultimes survivants de l'âge de pierre. Là, des centaines de tribus papoues - certaines cannibales, d'autres juste pacifiées par des missionnaires - vivent, cernées par une faune et une flore millénaires, selon les mêmes rites immémoriaux. Dans cet univers surgi de la préhistoire, Patrice Franceschi a vécu l'une de ses plus dures et exaltantes aventures sans aucun moyen sophistiqué, sans radio ni balise, avec ses seules ressources humaines. Cinq cents kilomètres à pied, deux cents kilomètres à bord d'un canot de survie, une lutte incessante contre la jungle et ses insectes, des descentes de rivières primitives, des rencontres qui à tout instant peuvent tourner au drame, c'est cette aventure extrême à travers le dernier des mondes que Patrice Franceschi nous fait vivre avec la plus vive intensité.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La main et l'outil

    Edgard Pisani

    Parution : 5 Novembre 2015 - Entrée pnb : 18 Novembre 2015

    Si je demande un effort à l'Europe, je l'ai d'abord demandé aux pays en voie de développement. Par certitude objective. Le développement ne sera pas favorisé par nos interventions charitables. Mais par la mise en oeuvre d'une politique rationnelle, fondée sur des arguments rationnels ; c'est une perte collective et durable que celle que l'humanité subie du fait de la misère de la moitié de ses membres. Je suis tiers-mondiste, parce que derrière tant de beaux discours sur le tiers monde, j'ai le sentiment qu'on le dépèce, qu'on en extrait les matières premières et les cerveaux, sans retour, qu'on détruit son environnement, peut-être pour l'éternité des temps, qu'on entretient ses querelles pour en tirer parti. Mais je ne suis pas tiers-mondiste par repentir. J'accepte que l'on m'accuse de ne pas faire assez. Je n'accepte pas que l'on exige de moi que je paie une dette que je n'ai pas contractée. Je ne crois pas, au demeurant, que l'on puisse fonder l'avenir en ressassant le passé. Je suis tiers-mondiste, parce que le tiers monde est du monde et que son déséquilibre menace l'ensemble. Il y a aujourd'hui moins de risques dans l'existence de milliers de missiles à charges nucléaires, dont les deux grands ne souhaitent pas se servir, que dans ces mille foyers locaux où s'affrontent les hommes, les tribus, les armées nationales, ainsi que des troupes irrégulières ou mercenaires, le tout armé par nos arsenaux et d'où peut partir, sans que nul sache le maîtriser, un incendie qui ravage le monde.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'Odeur du soleil dans l'herbe

    Yves Paccalet

    Parution : 16 Septembre 2016 - Entrée pnb : 15 Septembre 2016

    4 septembre (Fontaine-la-Verte), un an. Un an déjà que je tiens ce journal... Le temps n'a pas d'épaisseur. Il est transparent comme l'aile de l'abeille. Les reflets des nuages ou les irisations de l'eau font, quelquefois, croire qu'il a du corps. Il présente des nervures. Il émet des bourdonnements. Ce sont des simulacres. Temps qui passe, graminée jaunie, l'odeur du soleil dans l'herbe. J'ai vu des spectacles de nature prodigieux sur la Calypso de Cousteau. J'en ai contemplé de sublimes dans la vieille Europe. J'ai voulu chanter la splendeur discrète ou triomphante des herbes et des insectes, des lézards, des oiseaux et des arbres. Ils recèlent des secrets plus subtils que des miracles. Trois cent soixante-cinq jours de suite, fidèlement, avec scrupule et ravissement, j'ai noté ce que j'ai observé au hasard de mes lieux de vie, de la Côte d'Azur à la Normandie, de Paris à la Flandre, des montagnes de la Savoie aux collines du Lazio italien. J'ai tenté de transcrire les couleurs, les mouvements, les parfums et les sons. J'ai mêlé la science à la littérature, la poésie à la botanique, la zoologie à la philosophie. J'ai cherché à retrouver l'esprit des Rêveries de Jean-Jacques Rousseau, du Journal de Thoreau et des Journaux de Basho. Avec des méditations sur le sens des choses et des haikus pour le plaisir. Questions de science et traits d'ironie. Hors de tout genre. Avec des photographies que j'ai prises comme des croquis sur le terrain...

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La Soft-idéologie

    Huyghe/barbes

    Parution : 12 Novembre 2015 - Entrée pnb : 2 Décembre 2015

    Les temps sont durs, les idées sont molles. La guerre des looks remplace l'affrontement des projets de société. Droite et gauche se divisent sur les moyens de réaliser les mérites valeurs. Alors fin des révoltes, des utopies et des systèmes ? Fin des idéologies ? Ou, au contraire, triomphe de la soft-idéologie ? La soft-idéologie, c'est le business et les droits de l'homme, le reaganisme et la génération morale, le socialisme libéral et le libéralisme social, la Bourse et la tolérance, l'individualisme et la charité-rock, Tapie et Coluche, le minitel et le contrat social... Bricolée avec les restes intellectuels des décennies précédentes, la soft-idéologie mêle gestion conservatrice et rêves soixante-huitards, idées confuses et moralisme vague, odes à la modernité et retour aux idéaux du XVIIIe siècle. Elle assure un consensus apathique sur l'essentiel. Elle prône la résignation à la force des choses et exalte les petits bonheurs. C'est la pensée sénile d'une époque fatiguée du vacarme de l'histoire. C'est l'entracte... Pour combien de temps ?

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Rentree des classes

    Ecole De Brive

    Parution : 24 Août 2015 - Entrée pnb : 5 Décembre 2015

    Il y a un an, en octobre 1996, paraissait un petit livre intitulé L'École de Brive, son histoire, ses acteurs, où se faisait entendre la voix de huit écrivains qui constituent cette équipe désormais fameuse : Michel Peyramaure, Claude Michelet, Denis Tillinac, Gilbert Bordes, Yves Viollier, Jean-Guy Soumy, Colette Laussac, Martine Marie Muller. Ils disaient leurs origines et leurs sources, leur attachement à un passé toujours vivant qui ne cesse d'irriguer un présent incertain. Ils disaient le bonheur d'écrire et de publier au sein d'un groupe qu'animent seules la confiance et l'amitié. Cette année, pour que se manifeste une nouvelle fois cet esprit, pour les voir de nouveau réunis, nous leur avons demandé de raconter leurs rentrées des classes. En toute liberté. Et cela fait des histoires étonnantes, réelles ou plus ou moins imaginaires, où chacun se dévoile. Les cancres et les bons élèves, les fortes têtes, les fantaisistes et ceux qui, devenus professeurs, portent un regard stupéfait sur les enfants qu'ils furent. Ils sont tous là, tous les huit, six garçons et deux filles. La traditionnelle photographie de classe sous le préau s'anime. Ils ont l'air malin, ces gamins. Si les petits cochons ne les mangent pas..., on en fera peut-être quelque chose... Des écrivains et, pour nous tous, des amis.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les derniers rois de l'europe

    Pierre Miquel

    Parution : 25 Décembre 2015 - Entrée pnb : 24 Décembre 2015

    Les rois et les princes d'Europe ont souvent disparu, balayés par les tempêtes de deux guerres mondiales : partis les Romanov, les Hohenzollern et les Habsbourg mais aussi, en 1945, les roitelets de Bulgarie, de Yougoslavie, de Roumanie, les rois fascistes et les rois dictateurs. Pierre Miquel évoque ces rois maudits des temps présents, en s'attardant sur les élevages de princesses qu'étaient les charmantes cours de Hanovre, de Bavière, de Parme et de Saxe-Cobourg-et-Gotha. Les rois ont disparu, mais parfois survécu à Bruxelles ou à Londres, à Copenhague ou à Stockholm. L'attachement des populations à leurs souverains a résisté aux épreuves de la guerre, pourtant diversement surmontées : pour un roi des Belges qui reste, une reine de Hollande qui part à Londres en 1940 ! Pour un roi de Suède neutre, un roi de Norvège qui chausse ses skis pour continuer à se battre. La guerre contre Hitler a été l'épopée ou le tombeau des derniers rois. Les rois s'en vont, vive le roi d'Espagne, qui effectue un retour impressionnant, évitant à la fin de Franco une nouvelle guerre civile dans son pays. L'Europe n'est plus ce qu'elle était : six républiques pour six royaumes et quatre rois protestants contre deux catholiques. Il n'importe ! La fin des rois ne donne pas de remords à l'Histoire, mais seulement le souvenir des heures brillantes du passé. Les rois sont morts ! Vivent les rois... de coeur !

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le pere blesse

    Savatier/paul

    Parution : 31 Décembre 1986 - Entrée pnb : 9 Juin 2016

    « René, mon père, appartenait à la génération sacrifiée. S'il avait regardé, en 1918, n'importe laquelle des photos de collège, où il figurait parmi ses camarades, il aurait pu tracer une croix sur la majorité des visages. La plupart des survivants étaient aussi estropiés que décorés. Mon père, lui, n'était pas décoré. Réformé, et désespéré de l'être, il n'avait pas eu la chance de devenir un héros. C'est sans doute à cette malchance que je dois le plaisir d'exister. »
    Avec une curiosité amusée, Paul Savatier imagine la jeunesse de René, qui n'a pas choisi un bon moment pour avoir vingt ans. Il nous raconte la Grande Guerre, telle qu'a pu la ressentir cet étudiant contraint de remplacer au village un père sexagénaire qui, de son côté, se faisait un devoir de remplacer au Front ce fils réformé. Il nous fait partager le profond malaise de René, mais aussi son amour fou pour l'impétueuse Cécile, une jeune infirmière, qui ne craint pas plus de monter en avion que de s'exposer aux bombardements. Il nous fait pénétrer dans l'intimité d'une famille pléthorique, d'une de ces familles de la vieille bourgeoisie, pour qui la guerre aura vraiment été la fin de la Belle Époque.
    Le recul permet à l'auteur de nous laisser entrevoir l'avenir de ses personnages, de porter - sur sa propre famille - un regard empreint d'une douce ironie. Ainsi, ce roman fourmillant d'anecdotes, navigue-t-il entre la gravité, la tendresse et impertinence.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'An 1 de la Vendée (2)

    Jean Huguet

    Parution : 11 Septembre 2015 - Entrée pnb : 18 Novembre 2015

    Jean Huguet est vendéen. Vendéen des Sables-d'Olonne, la seule ville qui, dans la Vendée insurgée, demeura républicaine - on disait alors patriote - au milieu de la tourmente politique et militaire de 1793 et de 1794. De cette position particulière, il a appris à considérer ces années tragiques d'un oeil plus serein que la plupart de ses compatriotes : son essai, Un coeur d'étoffe rouge, publié en 1985, est la première tentative de réconciliation des frères ennemis - et l'on voit, jour après jour, son rayonnement modifier les esprits dans tout l'Ouest français. En 1986, Jean Huguet a publié Les tambours de la Bourguignonne, roman-chronique de L'An I de la Vendée, dont Émilia est la suite naturelle. Émilia, roman-chronique... Roman, parce que certains des personnages, dont Émilia et le jeune officier bleu, Caïus Rambert, sont imaginés. Chronique, parce que les principaux acteurs, ou témoins du drame, sont historiques : François Servanteau, André Collinet, le député Gaudin, le général Boulard, le général Turreau (l'homme des colonnes infernales), vingt autres. Chronique, encore, car, vécu par ces hommes et ces femmes, jour après jour, ce récit est la relation fidèle des événements qui, du printemps 1793 au printemps 1794, font de la Vendée le théâtre de la plus grande guerre civile de l'histoire de France (en quatorze mois, près d'un demi-million de morts, Blancs et Bleus)... Émilia et Caïus Rambert vivent leur roman ; d'autres écrivent l'histoire avec le sang des victimes ; Servanteau et Collinet en tiennent la chronique, et tentent de comprendre l'horreur qui se déchaîne sous leurs yeux... Roman-chronique : tel est ce livre à nul autre pareil qui, tour à tour, décrit le quotidien et prend de la hauteur. Il est, en quelque sorte, l'illustration vivante d'Un coeur d'étoffe rouge. Du roman, il a la puissance et l'émotion ; de la chronique, l'intelligence des faits et le poids de la réflexion.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'homme en jeu

    Michel Bouquet

    Parution : 10 Novembre 2017 - Entrée pnb : 11 Mars 2018

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'Asie en marche

    Roger Holeindre

    Parution : 11 Septembre 2015 - Entrée pnb : 18 Novembre 2015

    Roger Holeindre est grand reporter (naguère à Paris Match, aujourd'hui au Figaro Magazine) : c'est un homme qui sait voir, écouter, sentir et qui sait dire, avec clarté, vigueur et honnêteté, tout ce qu'il a vu, entendu, senti. Ce que les grands reporters de cette espèce-là nous rapportent de leurs voyages est plus vivant et plus significatif que toutes les images de toutes les télévisions du monde quand le journaliste se révèle un véritable écrivain - ce qui est bien le cas ici - et quand la passion de la vérité anime son regard et sa plume. Japon, Corée du Sud, Taïwan, Hong Kong, Singapour... Partant du Japon, dont il nous fait comprendre - par l'histoire, la tradition, la morale - la puissance actuelle, Roger Holeindre montre comment ces trois pays et ces deux villes se complètent et s'entraident pour la conquête économique du monde : la Corée du Sud et Taïwan prenant le relais du Japon dès que celui-ci passe à un stade supérieur dans la technologie avancée, devenant des petits Japons, en retard sur leur grand frère, mais en avance sur l'Europe, Hong Kong et Singapour occupant à leur tour les places abandonnées par la Corée et Taïwan... À ce phénomène qui fait trembler le Vieux monde, inutile de chercher des raisons mystérieuses. Il n'y a pas de miracle. Comme le souligne Bruno Gollnisch-Flourens dans sa préface, les Asiatiques ne sont pas des surhommes, ils ne sont pas non plus des esclaves ; seulement, ils ont su traduire dans l'ère industrielle et post-industrielle les valeurs traditionnelles de leurs propres civilisations, dont celle-ci : que la hiérarchie des devoirs précède la hiérarchie des droits. Cette grande leçon-là, les Européens - les Français - veulent-ils encore l'entendre ? En tout cas, tous les éléments d'une réflexion sont ici, dans ce livre : fondés, vivants, passionnants. L'Asie en marche est un de ces ouvrages, très rares, qui éclairent d'une lumière neuve le temps et le monde que nous vivons.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Tous les chemins mènent à soi

    Jacques Lanzmann

    Parution : 23 Octobre 2015 - Entrée pnb : 25 Novembre 2015

    André Floch est grand reporter. Il a trente-six ans. Blessé au cours de son dernier voyage, contraint au repos, il décide d'en profiter pour prendre du recul et tenter d'écrire un livre, « son » livre. Il cherche une propriété tranquille et la trouve : en Normandie, un manoir isolé, au bout d'une vaste prairie, avec des écuries, une grange... Est-ce le hasard qui l'a conduit là, près de Saint-Germain-de-l'Eure où précisément il est né, un soir de novembre 1942 ? Est-ce le hasard qui lui fait découvrir dans la grange des documents concernant un certain Bronstein et sa femme, des antiquaires juifs qui habitèrent le manoir en 1942 et qui y furent arrêtés avant d'être déportés ? Qu'advint-il alors de leur petit Samuel, un bébé de quelques mois ? Et que se passe-t-il dans le village dès que Floch y paraît ? On semble le reconnaître et lui-même semble se reconnaître dans ce passé resurgi. Hanté par tout ce qu'il pressent de mystères et de ténèbres autour de la disparition des Bronstein, il rejette le livre commencé et se lance dans une fiévreuse enquête à travers le pays pour tenter de reconstituer, maillon après maillon, la chaîne des événements de l'année 1942 au manoir et aux alentours. Ce qu'il remue, ce qu'il découvre jette le trouble non seulement dans la petite société locale, mais aussi, mais surtout en lui-même : il en vient à remettre en question sa propre identité qui est-il, lui, André Floch ?

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le jour du rouble

    Edouard Chambost

    Parution : 18 Février 2016 - Entrée pnb : 18 Février 2016

    Grâce à une subtile et brillante manipulation financière, Jean Feldwald, le héros du Piège suisse, a réussi à récupérer les dix millions de dollars volés à son père. Sa vengeance n'est cependant pas totalement accomplie. Son but : ruiner définitivement l'assassin de son père. Le moyen : devenir immensément riche, que l'on dise « riche comme Rothschild ». À la suite d'étonnantes tractations financières - en particulier avec un assureur qui garantit votre vie contre tout risque d'assassinat, ainsi qu'avec un homme d'affaires dont les pratiques s'inspirent curieusement de celles du célèbre Bernie Cornfeld - il va racheter une petite banque genevoise. Associé à l'Union soviétique, Feldwald va monter une extraordinaire opération qui va secouer le marché monétaire international et le roi dollar. Garanti sur les immenses réserves d'or de l'URSS, le rouble convertible va devenir la valeur vedette de toutes les places financières. Mais l'on ne s'associe pas impunément avec les Soviétiques, surtout lorsque leur arme a le visage de la seule femme que Jean Feldwald ait jamais aimée. Avec « Le jour du rouble », Édouard Chambost nous offre un nouveau roman captivant. Tous les mécanismes financiers mis en scène sont réalisables, et si le rouble convertible n'existe pas encore, les Soviétiques disposent de toutes les compétences nécessaires pour déclencher une opération de cette envergure... demain ?

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Rue des mamours

    Jacques Lanzmann

    Parution : 23 Avril 2016 - Entrée pnb : 26 Mai 2016

    Dans le quartier de Saint Germain des Prés, Il n'y a pas que des Intellectuels et du beau monde ; il y a aussi des tas de petits têtards qui, du haut de leurs neuf, dix ans, n'ont pas les yeux dans leur poche et qui savent mieux que personne qui, dans leur rue, « mamoure » avec qui, aussi bien leurs parents que les autres, parce que, c'est connu, dans ce quartier les rues sont étroites et forcément ça facilite les échanges. Ces gamins, grâce à la télé, ne manquent pas d'expérience ni de vocabulaire : la publicité, on le sait, c'est l'école même de la vie ; ses slogans ont réponse à tout. C'est vachement mieux que l'école, d'autant plus que la maîtresse... C'est grâce à Nicolas Regane, dit Nico, neuf ans et demi, fils d'une standardiste à la Samaritaine et d'un manutentionnaire dans un supermarché, que le lecteur est admis au rare privilège de pénétrer les secrets de la rue des Mamours et d'en tirer la philosophie qui s'impose. Et, comme on le dit aujourd'hui, ce n'est pas triste... Il est même recommandé de ne pas lire ce livre dans un lieu public, parce que c'est gênant d'éclater de rire quand on est tout seul et qu'avec Lanzmann et ses petits copains c'est vraiment difficile de garder son sérieux.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Quand les dieux souriront aux nègres

    Clebant Marcel

    Parution : 24 Août 2015 - Entrée pnb : 10 Décembre 2015

    Une nuit du printemps 1890, dans un port d'Amérique, un jeune médecin sans fortune embarque sur le Siegfried, un étrange steamer en partance pour La Havane, où gronde la révolution. Si, cette nuit-là, il avait écouté l'avertissement du vieux nègre aveugle qui mendiait sur le quai : Ce bateau pleure de partout, Sir ! Revenez !, il se serait épargné un long voyage sur un océan d'adversités. Car il va être entraîné, malgré lui, dans le monde impitoyable des esclavagistes : trafiquants de nègres et de coolies, marchands de marins, exploiteurs de pauvres émigrants et de tous ceux que l'on détruit corps et âme, pour bâtir la fortune de quelques-uns. Dans ce théâtre infernal, certains des acteurs les plus diaboliques ont, parfois, un visage angélique... Quand les dieux souriront aux nègres est un livre violemment humain, à l'écriture belle et puissante, qui renoue avec la tradition du vrai roman, dans la lignée fidèle de Jules Verne. L'action entraîne le lecteur à travers des pages d'histoire authentiques, mais peu connues, dans ces années charnières qui ont précédé et influencé, le XXe siècle.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La Lumière assassinée

    De Montalembert

    Parution : 17 Décembre 2015 - Entrée pnb : 17 Décembre 2015

    « Un soir à New York, un jet d'acide en pleine face. Quand j'ai compris que c'était de l'acide, il y a eu une seconde où l'animal en moi a réagi avec une telle violence, un tel cri, qu'à ce moment-là j'ai cru vraiment basculer dans la folie ». Hugues de Montalembert a trente-cinq ans quand la nuit fond ainsi sur lui. Il est peintre, il vit à Greenwich Village. Et un soir l'agression. Qui ? Pourquoi ? Il ne le saura jamais. Mais sa vie a basculé. « J'écoute les bruits des grands fonds, je guette l'apparition des monstres froids, aveugles. Je coule. L'obscurité est totale, liquide, palpable. Elle m'entre dans le nez, les oreilles, la bouche. Elle enveloppe mon corps, le pénètre ». L'hôpital. La souffrance. L'angoisse. Des interventions chirurgicales. Des chutes, des espoirs et des chutes. Et la nuit, toujours, qu'il faut bien finir par apprivoiser puisqu'on est là, vivant, avec toute sa force. La rééducation, une découverte nouvelle de l'espace, des choses et des êtres, du bout de la canne, du bout des doigts. « Et puis il y eut Valouchka, soeur d'Ariane au labyrinthe. Elle n'avait pas besoin du fil de sa soeur, car elle était porteuse de lumière. Elle était Lucifer et, par la seule force de cette lumière, elle creva le labyrinthe d'ombre et parvint jusqu'à moi ». Une femme. Et, très loin au fond de l'Indonésie, une île. L'Île. Le lieu où l'eau, la terre, le soleil se rejoignent et se fondent pour une réconciliation avec le monde - l'Île « où la nuit est vaincue par l'aura des volcans ». Ce que dit ici Hugues de Montalembert - ce chemin de nuit, cette reconquête du monde, cette quête ardente de l'invisible -, nul ne peut l'entendre, non seulement sans être bouleversé, mais sans s'interroger soi-même du plus profond de sa chair et de son esprit. Ce que dit ici Hugues de Montalembert remet tout en question.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • C'est une collection de rencontres, entre une femme d'aujourd'hui et une femme du temps jadis. L'une écrit, l'autre chante, peint, courtise, pose, compose ou joue. C'est une collection de biographies, mais de biographies littéraires, où la voix de l'auteur, sa musique, son style, comptent autant que le personnage auquel il s'attache. C'est une collection de biographies-miroirs, où deux femmes se reflètent, se font écho, se répondent.
    Ainsi s'instaure entre elles, par-delà les époques, un échange insolite, qui renouvelle les lois du genre, et fait de ces livres beaucoup mieux que des biographies : de surprenants dialogues de femmes.
    Femme hors du commun, Julie Talma, de la fin du règne de Louis XV à l'avènement de Napoléon, reçoit en son hôtel des personnages aussi divers que le prince de Soubise et l'actrice Louise Contat, Talleyrand et Rivarol, Condorcet et le peintre David.
    Fillette d'abord abandonnée au hasard de la rue, Julie Careau, devenue danseuse, va gravir d'un pas léger les échelons de la société, en passant par la galanterie. Elle séduit en un soir un bel homme, qui porte un grand nom de France : Joseph-Alexandre de Ségur. Il lui offre le charmant hôtel de la rue Chantereine, dont Julie, polie par l'amour, ne tarde pas à faire un salon aristocratique et, plus tard, un salon girondin. Mirabeau et Chamfort sont les hôtes privilégiés de l'aimable causeuse. Bientôt, entre en scène le plus grand tragédien de son temps, François-Joseph Talma, qui lui offre son nom.
    Libertine mais pure, épouse fidèle, mère incomparable, Julie Talma est aussi une épistolière de premier ordre. Sa correspondance d'amitié amoureuse avec Benjamin Constant éclaire les dix dernières années de sa vie d'une lumière consolatrice.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le Livre de l'amateur de café

    Vanier Michel

    Parution : 18 Décembre 2015 - Entrée pnb : 17 Décembre 2015

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'Orgie

    Georges Marbeck

    Parution : 31 Décembre 1992 - Entrée pnb : 9 Juin 2016

    « Orgie... C'est fatal, les malentendus commencent avec le mot lui-même... » Dès la première ligne de cet essai, Georges Marbeck s'attaque tambour battant à ces malentendus, moins pour les lever que pour redonner - à la notion d'orgie - toute l'ampleur originelle qu'elle a perdue en devenant, dans le langage courant, synonyme de « partie de débauche, d'excès de table et de boisson ». D'une plume ardente, gaillarde, savante, et parfois grave, l'auteur fait entrer en résonance l'orgie et l'orgiaque, avec toutes les manifestations extrêmes de la vitalité humaine, et la multiplicité des formes d'expression qu'elles prennent dans l'histoire des sociétés, des religions, des cultures, et des moeurs.
    Partant d'une approche intuitive du phénomène, nourrie d'une somme impressionnante de témoignages, d'écrits, de documents, Georges Marbeck explore, plus particulièrement, deux de ses grands « champs de manoeuvre » : les religions et le pouvoir. L'orgie, comme voie d'accès au sacré, l'orgie, comme apanage de la souveraineté...
    Des innombrables rituels orgiastiques des sociétés païennes, à leurs prolongements dans l'univers des grandes religions monothéistes, en passant par le monde ténébreux des sectes... Des orgies monumentales d'Alexandre le Grand, aux débordements de la « Fête galante » dans les sociétés de cour et le « grand monde », en passant par les multiples « exploits » des empereurs chinois, des empereurs romains... et des papes, jusqu'aux grandes manifestations festives contemporaines, c'est une fresque hallucinante de l'orgie dans tous ses états, que Georges Marbeck campe sous nos yeux, avec le souci constant de replacer les faits dans le climat culturel, historique, moral, qui les détermine.
    Un ouvrage de « gai savoir », qui rompt définitivement avec l'idée que, d'ordinaire, l'on se fait de l'orgie.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le Chevalier infidèle

    Mauge Roger

    Parution : 24 Août 2015 - Entrée pnb : 16 Juin 2016

    Tel est bien ce roman flamboyant, d'une invention et, en même temps, d'une vérité si riches que, l'ayant ouvert, on ne peut le quitter. Rarement - depuis Alexandre Dumas -, le plaisir d'accompagner des héros dans leurs aventures, et la joie de lire, ont été si heureusement mêlés.
    Riou de la Villerouhault, jeune chevalier breton, part pour la Croisade, pour y gagner le salut de son âme et, peut-être, la fortune. Il laisse derrière lui trois amours ; il en retrouvera trois autres en Terre Sainte - celui, surtout, de la sublime Sofana, fille du seigneur musulman dont il est d'abord le captif, puis le vassal dévoué.
    Car, voici le chevalier chrétien passé du côté des Infidèles - situation plus commune qu'on ne le croit, dans ces temps troublés, où les Templiers eux-mêmes pactisaient avec le Vieux de la Montagne, le maître de la redoutable secte des Assassins. Pris au combat par les Arabes, condamné aux galères, puis au bagne, délivré par un jeune Musulman, Riou en vient à se battre aux côtés de ses nouveaux amis contre ses anciens frères d'armes. Par reconnaissance, par fidélité - et par amour.
    L'amour et l'aventure. Des exploits, des épreuves et des fêtes inouïs, les splendeurs de l'Orient révélées aux pauvres chevaliers d'Occident. Tout un monde. Et, pour la première fois, la fresque véridique de ce temps fabuleux des Croisades, où Musulmans et Chrétiens s'affrontaient, se déchiraient, mais aussi fraternisaient et s'aimaient... comme aujourd'hui.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Tout m'est bonheur - tome 2

    Paris I C De

    Parution : 18 Septembre 2015 - Entrée pnb : 18 Novembre 2015

    1950... Après soixante-quatre années d'exil, la famille de France peut enfin rentrer dans son pays. Pour Isabelle, comtesse de Paris, entourée de ses onze enfants, commence une nouvelle époque de sa vie. Dix ans d'une rare richesse où joies, peines, fiançailles, mariages, fêtes, voyages étonnants, grandes chasses en Afrique, tissent une trame où le quotidien qui est la part de chacun se mêle à ce que personne n'aura vécu : la vie trépidante de la Maison de France. Jusqu'au jour où, en 1960, s'abat sur elle la plus cruelle des épreuves, la mort de son fils François en Algérie. Après quoi, il n'y a plus place que pour le silence. Livre sensible et fort dans sa simplicité, qui témoigne avec éclat de ce que la petite histoire peut apporter à la grande.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Patience, on va mourir

    Sophie Chauveau

    Parution : 25 Septembre 2015 - Entrée pnb : 18 Novembre 2015

    J'ai attendu une minute, deux minutes et même trois minutes, mais en faisant des mouillettes... L'oeuf à la coque ! Toujours trop long avant de retrouver la saveur de l'enfance. Hier encore, nous disposions d'une chanson l'Écharpe, interprétée par Fanon, qui nous donnait un temps de cuisson idéal, une attente enchantée... Je passe de la coque à l'âme, mais la mort ! L'attente de la mort ! Pour celle-ci, pas de chansonnette. En tout cas, pas assez longue. Alors, des attentes enchantées, d'autres pas !... Je choisis tout de suite l'enchantement. Et j'opte pour l'oeuf à la coque. Et je dis qu'il ne tient qu'à nous que l'attente de la mort soit, elle aussi, enchantée. Cette attente-là n'est en fait que la vie elle-même, tissée de toutes les attentes. On peut penser l'attente, la désirer, l'aimer. Elle ouvre sur le seuil de tous les inattendus de la vie. Moi je crois qu'il y a carrément de l'âme dans l'attente. Oui, j'en suis sûre, c'est dans l'attente que mijote la vie. Et si on se la mitonnait aux petits oignons ! Et puis, vous le savez bien : On ne perd rien pour attendre. Alors profitons-en. Vite ! Attendons.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty