Calmann-Lévy (réédition numérique FeniXX)

  • Les Faubourgs de l'histoire : tiers-mondismes et tiers-mondes

    Gérard Chaliand

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 25 Septembre 2015 - Entrée pnb : 21 Janvier 2017

    Hier mythe à la mode, le tiers mondisme est aujourd'hui contrebattu et dénoncé. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les mouvements de libération nationaux (Viêt Minh, F.L.N. algérien, etc.) profitent de l'affaiblissement de l'Europe et de l'esprit du temps, ils imposent l'indépendance du monde asiatique et africain. L'européocentrisme, naguère triomphant, est contesté et rejeté. C'est l'émergence de peuples conquis, dominés, qui furent longtemps cantonnés dans ce que le grand écrivain mexicain Octavio Paz a nommé les faubourgs de l'histoire : qu'il s'agisse de l'Égypte, de l'Inde, du Maghreb, de l'Angola, du Mozambique, et autres. Leur réapparition violente, en tant que sujets de l'histoire active, est une réalité majeure de notre temps. Il n'est pas possible de sous-estimer l'importance de la fin de la période coloniale, de la prise de conscience des rapports Nord-Sud et de la situation particulière des pays d'Asie, d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Amérique latine (Chili, Bolivie, Brésil, etc.). Désormais, le reflux de l'idéologie tiers-mondiste est à peu près total. Ce phénomène est dû à une conjonction de facteurs : fin de l'illusion lyrique (Algérie, Cuba, Palestiniens, etc.) ; émergence d'États dont la nature est tyrannique ou totalitaire (Ouganda, Guinée, Cambodge de Pol Pot, Iran de Khomeny) ; oppression de minorités (Kurdes, comme hier Arméniens, etc.) ; développement économique médiocre, et réalités politiques aux antipodes le plus souvent des déclarations de principe. Ce reflux est aussi dû à une meilleure appréciation du totalitarisme soviétique, et de l'échec de l'utopie chinoise. Il est dû, enfin, aux conséquences multiples de la crise économique, et du renforcement de la puissance militaire de l'U.R.S.S. et de l'opposition qu'elle suscite (Afghanistan, Pologne, etc.). Le présent ouvrage évalue, pour la première fois, ces thèmes sans manichéisme et regroupe (dans une seconde partie) une série de textes, de 1965 à nos jours, qui retracent un itinéraire et une époque à travers le tiers monde.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le Travail noir et l'économie de demain

    Alfred Sauvy

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 25 Septembre 2015 - Entrée pnb : 21 Janvier 2017

    Fléau de l'État ou soupape de sécurité économique, le travail noir, qualificatif imagé des activités clandestines, est à la une de l'actualité. C'est pourtant loin dans les siècles passés qu'il faut chercher ses racines, ainsi que le fait Alfred Sauvy en un historique coloré. En vérité, le travail noir est né avec la première loi sur le travail. Clandestin par nature, le travail noir se prête mal à évaluation. Or, ces activités souterraines se sont étendues dans tous les types de société, sous les formes les plus diverses, voire les plus déconcertantes. De la France, dont Alfred Sauvy analyse longuement la situation, à l'Italie, patrie du travail noir, en passant par la Suède, championne des vertus sociales, il n'est guère de pays qui échappe aux troubles de cette économie parallèle. Pas plus les États-Unis et leur libéralisme, que l'Union soviétique et sa planification, ou les pays en développement. Qu'il soit interdit, toléré, ou même encouragé, le travail noir a d'importantes conséquences économiques, sociales, politiques sur la vie d'un pays. Les avantages (pour l'économie) contrebalancent-ils les inconvénients (pour les finances de l'État) ? Comment l'opinion publique réagit-elle, surtout en période de crise ? Et le gouvernement ? Les migrations clandestines ne sont-elles pas, de toutes ces activités, celles qui, illustrant la marche amorcée du Sud vers le Nord, risquent de perturber le plus la planète ? À ces questions, Alfred Sauvy répond avec sa clarté et sa sagesse habituelles. D'un sujet qui nous concerne tous, mais que chacun a tendance à examiner sans recul, il montre les implications mondiales, sans jamais sacrifier l'anecdote et le pittoresque. Un ouvrage essentiel et passionnant.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La Chine, demain

    Pol Quentin-Radlé

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 25 Septembre 2015 - Entrée pnb : 21 Janvier 2017

    Économiste de formation et fonctionnaire international de carrière, Pol Quentin-Radlé a, lors de ses nombreux voyages en Chine Populaire, posé sur ce pays fascinant le regard d'un observateur attentif et averti. Son livre est essentiel pour tous ceux, industriels, étudiants, ou simples curieux, qui souhaitent percer quelque peu le mystère de l'économie chinoise. Car, dans ce domaine, pourtant étroitement lié à l'organisation de la vie quotidienne, les dirigeants se montrent avares d'informations et de statistiques. L'auteur a pu réunir des éléments et des chiffres inédits en France, et provenant de différentes sources. Il propose une approche concrète, tant des questions monétaires, industrielles, scientifiques et commerciales, que de l'existence des 850 millions de citoyens auxquels le gouvernement a réussi à assurer une protection - contre l'inflation, aussi bien que la famine et les catastrophes naturelles. Cette réussite économique n'a rien de miraculeux. Elle se fonde sur des données techniques précises. Aujourd'hui, après onze ans de Révolution culturelle, la Chine change de cap. C'est la revanche des gestionnaires et des économistes sur les politiques, des managers sur les idéologues. Priorité est donnée à la modernisation, à la productivité. Le pays s'ouvre au monde extérieur. Mais la Chine de Hua ne va-t-elle pas se placer dans la même situation que les pays capitalistes ? La question reste posée. La Chine, demain, sera peut-être l'égale des plus grands, notamment dans le domaine de l'exportation pétrolière. Aucun industriel à la recherche de marchés nouveaux, aucun futur visiteur de la Chine ne peut l'ignorer. L'ouvrage de Pol Quentin-Radlé représente, pour eux, un guide précieux.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'Allergie fiscale

    Philippe Auberger

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 9 Octobre 2015 - Entrée pnb : 21 Janvier 2017

    Trop d'impôts, trop de cotisations sociales, trop de prélèvements obligatoires ! L'allergie fiscale est une réaction répandue chez les Français. Il est difficile, cependant, de découvrir le remède approprié. Faire des économies ? Indubitablement. Dans la fonction publique, la protection sociale, les collectivités locales, les entreprises nationalisées. Mais l'application d'un tel régime, seule, est insuffisante. Il faut également favoriser la croissance, par une vigoureuse politique d'aide à l'investissement privé. Privilégier le travail, l'effort, la compétitivité. En bref, diminuer le poids de l'État dans l'économie. En faisant le bilan de santé de notre système fiscal, Philippe Auberger propose, avec clarté et simplicité, comme le dit Jacques Chirac dans sa préface, un véritable programme de rétablissement face à la crise. Il préconise d'adapter nos institutions aux exigences d'une démocratie moderne, de laisser davantage d'initiative et de responsabilité aux citoyens, et de leur permettre de s'exprimer plus souvent. Un livre concret, constructif, et une solution au blocage actuel de l'économie française.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les Hommes de l'extrême-droite

    Alain Rollat

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 24 Août 2015 - Entrée pnb : 21 Janvier 2017

    Silencieuse en France depuis la fin du conflit algérien, l'extrême droite a pris, en 1981, la voix d'un homme que l'on croyait rentré dans l'ombre. Le Pen existe : les électeurs l'ont prouvé à plusieurs reprises. Phénomène de société ou bien épiphénomène politique, l'ascension du champion des slogans nationalistes au palmarès des scores électoraux, n'est toutefois pas une course en solitaire. L'extrême droite présente plusieurs autres visages, qu'il est nécessaire de découvrir pour mieux comprendre la France des années 80. À la lumière d'une connaissance rigoureuse des faits, des idées et des hommes, Alain Rollat brosse le portrait du Front national, et de sa figure centrale, Jean-Marie Le Pen, ainsi que celui de ses frères ennemis, le Parti des forces nouvelles, le Mouvement nationaliste révolutionnaire, l'OEuvre française, le groupe Militant, les néo-nazis français et leurs correspondants européens. Il décrit les scissions et les rivalités multiples, analyse les programmes. Il éclaire le rôle précurseur mais distinct de la nouvelle droite et du Club de l'horloge, montre l'implantation de l'extrême droite dans des partis comme le C.N.I.P., mais aussi dans les milieux catholiques, ainsi que la tendance à une certaine hégémonie de ses idées dans le domaine culturel. Ce nouveau panorama n'aura été rendu possible que par l'arrivée de la gauche au pouvoir. Aussi bien s'interroge-t-on : l'extrême droite a-t-elle un avenir ? Bouleversera-t-elle l'échiquier électoral lors des prochaines consultations nationales ? Sera-t-elle l'enjeu de nouvelles alliances ? Livre d'actualité et de référence, l'ouvrage pertinent et impertinent d'Alain Rollat fournit des réponses à une interrogation qui, à juste titre, préoccupe les Français.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'Allemagne du changement

    Joseph Rovan

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 24 Août 2015 - Entrée pnb : 21 Janvier 2017

    L'Allemagne change. Pendant une génération, la République fédérale d'Allemagne a été un modèle de prospérité économique, de relations sociales apaisées et de stabilité politique. Cette réussite, qui fut aussi une restauration, est incarnée par trois chanceliers : Adenauer, Brandt et Schmidt. Depuis quelques années tout a été remis en question. La crise économique multiplie le nombre des chômeurs et des faillites. Le fonctionnement du système politique, d'abord menacé par un terrorisme sanglant, est altéré par l'apparition de mouvements écologistes et antinucléaires, dont la contestation violente s'étend à tous les aspects de la société libérale. L'ancrage à l'Occident, fondement immuable de la politique extérieure depuis Adenauer, est mis en cause par la montée du pacifisme et du neutralisme, dont bénéficient l'U.R.S.S. et ses clients. Il y a plus grave : c'est l'ensemble des valeurs traditionnelles de la société allemande, quarante ans à peine après l'écroulement du nazisme, qui est atteint. Sa connaissance de l'Allemagne qualifiait Joseph Rovan pour présenter, au lendemain des élections allemandes, l'Allemagne du changement. Il décrit les institutions et les partis politiques. Il nous donne un portrait attachant, et sans complaisance, des principaux dirigeants : Schmidt, Kohl, Strauss, Vogel. Après le bilan de l'ère social-démocrate, il analyse le sens profond de la mutation des valeurs qui affecte la société allemande, et de ses conséquences pour l'avenir de ce pays. Cet avenir est aussi en partie le nôtre.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La longue marche

    Marcelle Padovani

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 3 Décembre 2018 - Entrée pnb : 27 Novembre 2018

    Pénétrant tête haute dans les institutions de la bourgeoisie, le parti communiste italien, après trente années de longue marche vers le pouvoir, se trouve aujourd'hui en mesure de conditionner les choix politiques et économiques de la société italienne. En effet, le plus puissant des P.C. européens (1 750 000 adhérents ; 34,5 % des suffrages aux élections de 1976), le parti de Gramsci, Togliatti et Berlinguer, est tout simplement devenu un élément indispensable au fonctionnement de la démocratie. Auteur du « compromis historique » - la seule stratégie nouvelle élaborée par le mouvement communiste international depuis les "fronts populaires" de 1935 - il a été mal compris par la gauche européenne à laquelle il renvoie l'image de son sectarisme et de ses innombrables échecs. Cette voie démocratique, progressive, autonome à l'égard de Moscou, qui, pour éviter la coupure du pays en deux et la conquête du pouvoir avec 51 % des suffrages, prend à contre-pied l'union de la gauche et le programme commun de gouvernement, aboutit à ce résultat paradoxal de proposer une alliance avec l'adversaire, avec celui qui pense "autrement", c'est-à-dire, en Italie, les catholiques et le parti démo-chrétien. Peut-on, avec le compromis historique, faire la révolution sans révolution, sans quitter l'OTAN, sans abolir certains mécanismes de l'économie de marché, et en se compromettant dans la résolution de la crise économique ? Le compromis historique offre-t-il une recette pour gagner des voix ? Enrico Berlinguer et le P.C. italien proposent-ils ce que Leonid Brejnev appelle, dit-on, un « socialisme hypothétique » ? L'analyse de Marcelle Padovani, correspondante à Rome du Nouvel Observateur, permet de mieux comprendre la situation politique unique d'un pays vers lequel sont tournés tous les regards, à l'Ouest comme à l'Est.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le ministère de l'impossible

    Robert Poujade

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 7 Décembre 2018 - Entrée pnb : 27 Novembre 2018

    Tenir tête aux pollueurs... Protéger les rivages, les rivières, l'air, le sol, le sous-sol de la cupidité des industriels et des constructeurs... Bâtir des villes qui soient belles et habitables... Lutter contre le bruit... Est-ce possible dans notre société libérale, guidée par le souci de la rentabilité et la recherche systématique du profit maximum ? Est-ce supportable par l'économie d'un pays qui a déjà bien du mal à réussir son industrialisation ? C'est possible et c'est même indispensable, répond Robert Poujade. La société libérale est en train de jouer son avenir sur la question de savoir si elle résoudra ou non le problème de l'environnement et de la protection de la nature. Mais ce ne sera pas là tâche facile. Robert Poujade le sait, qui a créé en janvier 1971, à la demande de Georges Pompidou, le ministère de la Protection de la nature et de l'Environnement, devenu ministère de la Qualité de la vie. Pendant un an, il s'est tu. Aujourd'hui, il raconte son expérience, son combat pendant trois ans contre l'esprit de lucre des uns, la négligence, la routine ou l'égoïsme des autres. Son combat contre l'industrie privée bien sûr, mais aussi contre l'inertie de l'administration, jalouse de ses prérogatives et de ses traditions ; contre les entreprises publiques, comme l'E.D.F. qui plante "autoritairement ses pylônes aux plus mauvais endroits". Ce que Robert Poujade raconte dans son livre, c'est l'aventure étonnante et par bien des côtés inquiétante de ce "ministère de l'impossible" qui dérangeait trop de gens pour qu'on lui donne tous les moyens d'agir.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les orages de mai

    Georges Chaffard

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 7 Décembre 2018 - Entrée pnb : 27 Novembre 2018

    Une sous-préfecture de province à l'heure de la « révolution de mai » et pendant la campagne électorale qui suivit. Abandonnant provisoirement les grands sujets de politique étrangère et d'histoire contemporaine qu'il a l'habitude de traiter pour l'Express, le Monde Diplomatique, l'auteur des Carnets secrets de la décolonisation nous conte les péripéties des « Orages de mai » dans l'arrondissement de Vendôme, en Loir-et-Cher, pris comme circonscription-type de la France rurale. Une explosion de grèves locales et de manifestations dont l'ampleur, à Vendôme, surprend tout le monde. La grande peur des notables et la désapprobation de la population paysanne, qui se retournent contre le député sortant, membre de la Fédération de la gauche. Pour deux cents ou deux cent cinquante circonscriptions de province, les événements de mai-juin ont dû se passer, à peu près, comme Georges Chaffard les a vus en Vendômois, et comme il les rapporte dans ce récit alerte où le souci de mener une enquête sérieuse n'exclut pas un sens de la couleur et de l'humour. En nous présentant sans parti-pris la photographie d'une circonscription-étalon aux heures chaudes du printemps 1968, Georges Chaffard montre comment les événements qui, vus de Paris, semblaient ébranler la Ve République, ont, en province, peu pénétré ce que l'auteur appelle « le tissu coriace de la France rurale ».

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le progrès enchaîné

    Henri Jannès

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 7 Décembre 2018 - Entrée pnb : 27 Novembre 2018

    Le téléphone est-il trop cher ? Pourquoi est-il si cher ? Pourquoi sommes-nous, contrairement à la Suède, des « sous-développés du téléphone » ? Par ailleurs, les problèmes du logement ne reçoivent de solutions satisfaisantes ni à court ni à long terme, non plus que ceux de la construction navale, qui est en état de crise. Pour quelle raison des secteurs aussi divers sont-ils également atteints, alors que le progrès représente un potentiel considérable dont la croissance augmente sans cesse. Henri Jannès, un des grands spécialistes en matière économique et industrielle, polytechnicien, haut fonctionnaire - il est ingénieur général des P.T.T. - estime qu'un même défaut de productivité, par rapport aux possibilités technologiques, est à l'origine de semblables situations, le progrès latent demeurant, en quelque sorte, enchaîné en raison d'institutions retardataires relevant d'une philosophie scientifique dépassée. Par le moyen de l'« économétrie », qui utilise les instruments de mesure dont dispose la science économique, l'auteur tire des conséquences des trois cas étudiés et préconise des changements de méthodes salutaires. Dans chacun d'eux, comme dans d'autres domaines, il s'agit essentiellement de productivité, clef du problème économique et social, la croissance étant le principe actif de la géopolitique du monde moderne. Au cours de cette démonstration dont les chiffres sont cités avec des références scrupuleuses, Henri Jannès ne cache pas qu'il est en désaccord, parfois du simple au décuple, avec d'éminentes personnalités de l'économie. Controverse nécessaire puisqu'elle intéresse des questions primordiales. Tout en reposant sur une méthode scientifique rigoureuse, cet essai révolutionnaire peut être entendu de toute personne non spécialisée. Après les études d'Alfred Sauvy, de Louis Armand, de Jean Barets, dans la même collection, il vient à son heure.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'Alsace, destin et volonté

    Pierre Pflimlin

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 3 Décembre 2018 - Entrée pnb : 27 Novembre 2018

    La formation de l'Alsace, sa présence et son avenir, tels sont les thèmes sur lesquels le président Pflimlin et R. Uhrich ont construit un livre d'une grande densité. Le passé y paraît avec tant de couleur et d'exactitude qu'il s'inscrit tout naturellement dans l'actualité, traitée, elle aussi, avec une grande force de persuasion due à l'attachement des auteurs à leur terre alsacienne et à la connaissance approfondie qu'ils en ont. Fondées sur l'or du Rhin, c'est-à-dire sur la navigation, soutenues par le caractère opiniâtre et inventif de ses habitants qui ont créé, dès le XVIIIe siècle, comme on le voit par l'exemple de Mulhouse, les conditions d'une industrie moderne, la fortune de l'Alsace et sa vocation économique se sont affirmées au cours des âges, malgré de grandes vicissitudes au nombre desquelles il faut compter un demi-siècle d'annexion et cinq ans d'occupation. A l'heure présente, les perspectives franco-allemandes et le Marché commun permettent d'envisager une Alsace plus riche qui soit un trait d'union entre l'Europe septentrionale et l'Europe méditerranéenne si l'on relie le Rhône au Rhin par une voie d'eau à l'échelle continentale. Ainsi, les auteurs de ce livre, à la fois technique et psychologique, puisqu'il donne de l'homme alsacien une fidèle image, ouvrent les portes de l'avenir en signalant les chances nouvelles qui s'offrent à leur région, l'une des mieux placées de France pour desservir les débouchés européens.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La police en miettes : le système Marcellin

    James Sarazin

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 3 Décembre 2018 - Entrée pnb : 27 Novembre 2018

    La France a tout à la fois trop et pas assez de police. Trop si l'on considère que près d'un Français actif sur cent se consacre à cette tâche. Et qu'un policier sur quatre et un gendarme sur cinq ne font que du maintien de l'ordre. Chiffres inquiétants ! Mais dans les quartiers que ne visite jamais aucune patrouille on pense plutôt que la France n'a pas assez de police. Et on n'a pas tort non plus, car la délinquance progresse à pas de géants. Des commissariats insalubres. Pas de gardiens. Pas de voitures. Pas d'essence. Mais pendant ce temps, on déplace, comme à plaisir, des colonnes de C.R.S. sur les routes de France. On achète des tracteurs-à-déblayer-les-barricades qui coûtent, chacun, le prix de trois cars de police-secours et ne sont jamais utilisés. La morale sociale s'effondre. L'ancien système de valeurs n'existe plus. Il faudrait à la France des policiers préparés à réfléchir par eux-mêmes. On les forme au contraire à devenir des robots de la répression, de l'espionnage téléphonique, de la filature, de la mise en fiche. On tue chez eux les réflexes républicains. On ne leur explique pas le monde dans lequel ils vivent. Ce sont là les conséquences du "système Marcellin", dénoncé par les policiers encore "sains". Ministre de l'Intérieur hors du commun, resté à ce poste pendant près de six ans, Raymond Marcellin a marqué de son empreinte le corps policier.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Lip : 100 000 montres sans patron

    François-Henri De Virieu

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 10 Décembre 2018 - Entrée pnb : 27 Novembre 2018

    Demain on dira : « C'était avant Lip ». Un peu comme, aujourd'hui, on dit : « C'était avant guerre ». Car la mutinerie de Besançon marquera une date dans l'histoire des luttes politiques et sociales de notre pays. François-Henri de Virieu a enquêté à Besançon. Il montre comment 1 200 hommes et femmes qui avaient décidé de rester ensemble, contre toute logique et au besoin en renversant cette logique, ont réussi à mettre en difficulté le gouvernement et le patronat national. Comment ils ont forcé un pays tout entier à s'interroger sur ses comportements, sur la valeur de ses institutions, de ses objectifs et de ses lois. Et pourquoi Lip, contrairement à ce qu'affirme le Premier ministre, ce n'est pas fini.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La montée des jeunes

    Alfred Sauvy

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 3 Décembre 2018 - Entrée pnb : 27 Novembre 2018

    Les mois passent et puis les années. Attachés aux événements au jour le jour, nous ne distinguons pas bien les grands mouvements de fond. La petite aiguille de la montre est la plus importante, mais nous ne la voyons pas bouger. Avec La montée des jeunes, Alfred Sauvy nous plonge au sein même de l'histoire de France, telle qu'elle se dessine, mais telle qu'on ne la voit pas encore. Cette poussée de jeunes rameaux sur le vieil arbre, après un siècle et demi de vieillissement, c'est-à-dire de dessèchement, est un signe extraordinaire de renouveau, dont les conséquences se feront peu à peu sentir. Les cinquante années qui viennent de s'écouler, l'auteur nous les retrace, pour la France, d'une façon bien peu conforme à ce qu'on peut lire dans les manuels. Mais cette vue saisissante nous permet de mieux nous projeter en avant, à la recherche de notre destin. La montée des jeunes n'est cependant pas le talisman magique qui, par sa propre vertu, ranime tout autour de lui. Elle impose à la France une charge sérieuse, les douleurs d'un immense et glorieux enfantement. La nécessité de cet « accueil » aux jeunes amène l'auteur à décrire les conditions de l'économie française, à déraciner les vieilles idées économiques sur le développement et à montrer une doctrine neuve. Le chemin de la France nous apparaît alors clair et prometteur. Un véritable rebondissement dans l'histoire.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'O.T.A.N. et l'Europe

    André Beaufre

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 10 Décembre 2018 - Entrée pnb : 27 Novembre 2018

    La crise produite dans l'O.T.A.N. par les décisions draconiennes du gouvernement français crée l'occasion unique d'aboutir à une réforme de l'alliance qui avait été inutilement tentée depuis plusieurs années. Dans cette circonstance, il importait qu'une personnalité particulièrement informée des problèmes de l'O.T.A.N. présentât une solution constructive qui permette de sortir des difficultés actuelles et d'éviter qu'elle ne débouche sur certaines solutions très fâcheuses qui se dessinent actuellement. C'est ce qu'a fait le général Beaufre en écrivant ce livre. La solution qu'il présente a pour avantage de tenir compte des divers impératifs contradictoires exprimés dans l'alliance et de définir une formule qui puisse à la fois reconstituer une solidarité atlantique et jeter les fondations d'un système de défense européenne.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les secrets de la philatélie

    Adrien Aron

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 7 Décembre 2018 - Entrée pnb : 27 Novembre 2018

    La collection de timbres est-elle une accumulation d'images coloriées, le fruit de longues années d'études et de recherches, ou un capital à l'abri de toutes les dévaluations monétaires ? Le timbre est-il resté un moyen de percevoir la taxe postale ou est-il devenu un cadeau que l'Administration fait au collectionneur, à moins que celui-ci ne soit le seul contribuable qui paye avec enthousiasme un impôt volontaire ? Qui peut garantir qu'un timbre ancien est une relique intacte du passé et non le chef-d'oeuvre d'un falsificateur habile ? Un expert ? mais il n'est pas moins faillible en ce domaine qu'en matière d'art, d'écriture ou de poison. Voilà quelques-uns des secrets qu'Adrien Aron cherche à dévoiler en vous conduisant dans les endroits privilégiés où se réunissent les Philatélistes, cette franc-maçonnerie dans laquelle se côtoient les polytechniciens et l'analphabète, le clochard et le grand bourgeois, tous unis par des dogmes ésotériques et des rites mystérieux. De cette secte Adrien Aron fait partie, mais il n'a pas prêté le serment du silence. Les opinions peu conformistes qu'il présente dans Les Secrets de la Philatélie peuvent peut-être déplaire à certains, mais elles rendront sûrement service à d'autres.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Je rentre au pays

    Seweryn Blumsztajn

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 30 Novembre 2018 - Entrée pnb : 27 Novembre 2018

    Blumsztajn Seweryn, né en 1946 à Wroclaw (Pologne). Enfance modèle au sein des scouts rouges. Adolescence marquée par la recherche de l'idéal révolutionnaire. Entrée dans l'âge adulte aux côtés d'Adam Michnik et de Jacek Kuron, initiateurs de l'opposition politique polonaise, et début d'un parcours contestataire jalonné de mesures discriminatoires, arrestations et procès. Cible privilégiée de la propagande et du pouvoir polonais, qui voient en ce membre du Comité de défense des ouvriers (KOR) et du syndicat Solidarité animé par Walesa, en ce Juif compagnon de lutte du catholicisme militant, l'incarnation de toutes les menaces envers l'intégrité du communisme. En France depuis que, répondant à l'appel de syndicalistes français, il est surpris durant son séjour par le coup d'État du général Jaruzelski en décembre 1981. Choisit de rester à l'Ouest pour témoigner, informer, coordonner l'action en faveur des victimes de la répression. Dirige pendant trois ans le Bulletin d'information de Solidarité publié à Paris. Signe très particulier : décide de rentrer dans son pays en janvier 1985, avec tous les risques que cela représente pour lui. Car, malgré la chaleur de l'accueil que la France lui a réservé, c'est là-bas qu'est sa place, là-bas que sont ses racines. Et c'est là-bas que doit continuer son combat en faveur de la liberté. Témoignage humain et politique irremplaçable, ce livre, qu'il laisse derrière lui comme une étape de sa vie, éclaire de l'intérieur, à travers sa trajectoire, la Pologne d'aujourd'hui et les espoirs qu'elle porte.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La France désarmée

    Paul Stehlin

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 30 Novembre 2018 - Entrée pnb : 27 Novembre 2018

    Pourquoi la France ne veut-elle pas, pour sa propre armée, de l'avion de combat qu'elle essaie de vendre aux Danois, aux Belges, aux Hollandais et aux Norvégiens ? N'est-ce pas troublant ? Inquiétant même. Le Gouvernement n'a-t-il pas eu tort de laisser le constructeur Marcel Dassault définir à sa place la politique aéronautique de la France ? Et l'argent public, l'argent des contribuables n'est-il pas gaspillé dans une aventure sans lendemain ? Ces questions toutes simples, Paul Stehlin, 67 ans, député, à l'époque vice-président de l'Assemblée nationale, les a posées il y a longtemps déjà. Bien avant qu'on ne découvre l'existence de sa lettre à Giscard d'Estaing et que n'éclate « l'Affaire » qui porte son nom. Il faudrait un grand débat. Un débat public sur la politique industrielle et militaire de la France. Mais le Gouvernement ne veut pas d'un tel débat. Alors il choisit de sanctionner Paul Stehlin parce qu'il a été chef d'état-major de l'armée de l'Air et qu'un ancien aviateur n'a pas en France le droit d'avoir un avis sur la politique de son pays. Pas le droit, en tout cas, de donner cet avis publiquement. Le Gouvernement croyait étouffer l'affaire. Il la relance. Mis à la retraite définitive le 13 novembre 1974, Paul Stehlin est aujourd'hui juridiquement libre. Libre de s'exprimer en homme politique qu'il est. Et il parle. Il s'explique sur ses démêlés avec le général de Gaulle, puis avec Pompidou. Sur ses rapports, fort anciens, avec Giscard. Sur les dessous ignorés de « l'Affaire ». Paul Stehlin est inquiet. Il pense que le monde peut basculer demain dans une Troisième Guerre mondiale et que la France ne sera pas prête à y faire face.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Bilan de la Ve République

    Philippe Bauchard

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 30 Novembre 2018 - Entrée pnb : 29 Novembre 2018

    Revendiqué par la majorité, contesté par la Gauche et les syndicats, le bilan économique et social de la Ve République est-il positif ou négatif ? Parce que le général de Gaulle, surtout à partir de 1962, s'est « réservé » les problèmes d'intendance, qu'il a imposé contre le gré de certains de ses ministres ou de ses grands commis, une politique rigoureuse, tout jugement sur la situation économique de 1958 à 1966 est d'abord une appréciation sur l'action et l'influence d'un homme et de son équipe. C'est pourquoi Philippe Bauchard s'est efforcé à la fois de décrire le « paysage » économique et social, de déterminer les forces en présence, de rechercher les chiffres incontestables. Le ralliement de la haute administration après la fin de la guerre d'Algérie, les scissions intervenues au sein du patronat, l'usure des syndicats montrent que le chef de l'État a su, en les maîtrisant se servir de forces qui, en 1958, lui étaient en grande partie hostiles. Le bilan proprement dit auquel Philippe Bauchard se livre sera peut-être discuté. Il fait apparaître une contradiction : la maîtrise du gaullisme de la politique conjoncturelle (prix, croissance, investissements, commerce extérieur), l'impuissance du régime à résoudre après huit ans de règne, les crises fondamentales de structure (emploi, logement, politique foncière, recherche, organisation industrielle). Personnel mais insuffisant, ambitieux mais timide, le gaullisme a accéléré plus que conduit une certaine évolution industrielle et sociale.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Bilan de la Ve République

    Pierre Viansson-Ponté

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 23 Janvier 2019 - Entrée pnb : 5 Janvier 2019

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La fin des politiques

    Jean Barets

    • Fenixx réédition numérique (calmann-lévy)
    Parution : 8 Janvier 2019 - Entrée pnb : 30 Décembre 2018

    Depuis une dizaine d'années, les jeunes - qu'ils soient techniciens, ruraux, militaires - se dressent contre ce qui représente, à leurs yeux, l'inefficacité des hommes politiques traditionnels.
    Les événements que nous avons vécus, ou auxquels nous avons assisté, fournissent une ample matière à cet esprit de révolte, qu'il s'agisse de la prise de pouvoir par Nasser, du mouvement de Fidel Castro, de l'opposition des hommes de science U.S. à une certaine ligne gouvernementale, du 13 mai 1958, du mécontentement paysan dans la province française, ou de la lutte en Algérie de l'A.L.N. contre le G.P.R.A.
    Il appartenait à un ingénieur jeune et brillant, consulté dans de nombreux pays, parcourant le monde et au fait de toutes les tendances nouvelles, d'écrire, sur la fronde des jeunes, ce livre qui est, à la fois, un reportage, une tentative de renouveau moral et de philosophie sociale, une étude objective sur les forces nouvelles qui apparaissent dans le monde.
    L'auteur de cet ouvrage percutant ne craint pas de s'attaquer aux tabous, aux excès des esprits engagés et sectaires. Il préconise la tolérance et l'objectivité dans la politique, afin que soit constituée cette techno-politique des jeunes, qui fera le monde de demain.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Ce que je sais du XXe siècle

    Pierre Daix

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 26 Novembre 2018 - Entrée pnb : 25 Novembre 2018

    Ce que je sais du XXe siècle ? Ce qu'en saurait tout enfant d'une époque convulsive et sans pardon, considéré comme terroriste, réchappé à vingt ans du peloton d'exécution, auteur en 1950 d'un premier roman qui s'ouvrait sur des enfants juifs conduits à la chambre à gaz de Mauthausen et qui verrait, trente-cinq ans après, les tortionnaires du père Popieluszko ressembler comme des frères aux SS qu'il a connus. Ce que je sais ? Que la gauche est fautive. Fautive de n'avoir pas encore osé reconnaître, à la mort de Koestler, Sperber et Souvarine, à quel point ils ont eu les premiers raison. Fautive de ne pas assez s'interroger sur un pacifisme qui ne peut se réclamer de Jaurès parce qu'il blanchit les agresseurs, confond Auschwitz et Hiroshima et ignore le seul acquis en Europe de la victoire de 1945 : la réconciliation franco-allemande. Fautive encore de regarder l'avenir à la lumière de la première révolution industrielle, de ne pas avoir l'audace de désespérer Billancourt, quand la lutte des classes a besoin d'une France prospère et efficace pour garder un sens. Ce que je sais du XXe siècle ? Qu'il a anéanti les rentes qu'une nation comme la nôtre tirait de son passé. Il faut changer notre outillage mental et culturel. C'est la leçon des poètes que j'ai connus et dont j'ai été l'ami : Aragon, Éluard, Picasso. Ont-ils payé trop cher d'accéder aux ouvertures de la modernité sur le grand large ? Mais quelle est donc notre note à payer en cette fin de siècle, alors qu'il dépend de nous qu'il y ait un XXIe siècle ?

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'Angleterre d'aujourd'hui

    Jacques Chastenet

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 18 Mars 2019 - Entrée pnb : 23 Février 2019

    Dans une suite d'ouvrages, William Pitt, Wellington, le Siècle de Victoria, Winston Churchill et l'Angleterre du XXe siècle, M. Jacques Chastenet, grand connaisseur des choses d'Outre-Manche, a brossé le tableau de l'évolution de la Grande-Bretagne entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XXe. Le voici qui, sous le titre l'Angleterre d'aujourd'hui, nous donne une fresque d'immédiate actualité. L'ouvrage commence par un résumé de l'histoire politique anglaise pendant les vingt dernières années jusques et y compris les débuts du ministère Harold Wilson. Suivent une série de chapitres consacrés à l'aspect physique de la Grande-Bretagne contemporaine, à ses difficultés économiques, aux changements récents manifestés dans les moeurs et coutumes, dans le comportement de la jeunesse, dans les rapports entre les sexes, dans l'éducation, dans la pratique religieuse, dans la conception des relations internationales et du Commonwealth, etc. Pour finir, l'auteur nous donne un aperçu panoramique du mouvement intellectuel, littéraire et artistique. Nous connaissons mal l'Angleterre d'aujourd'hui. La représentation que les Français se font de leurs voisins est le plus souvent conventionnelle et en tout cas dépassée. Le chapeau melon, le parapluie roulé, l'oeillet à la boutonnière, le flegme et le goût de la litote sont assurément la marque d'un certain nombre de Britanniques ; mais ils n'existent qu'en minorité décroissante et la grande majorité ne leur ressemble pas. Le livre de M. Jacques Chastenet, livre documenté, complet, en même temps vivant, de lecture facile et semé de touches piquantes, aidera sans doute à modifier quelques-unes des idées toutes faites ayant cours en France au sujet des Anglais : il aidera aussi à mesurer l'étendue de l'effort qu'il leur faut poursuivre, non pas certes pour retrouver une primauté à jamais perdue, mais pour s'adapter à l'univers contemporain et s'y assurer une Place honorable. Les souvenirs du passé et, plus encore, le souci de l'avenir, commandent une bonne entente entre les Anglais et nous. Puisse l'Angleterre d'aujourd'hui contribuer à dissiper des malentendus nés surtout de l'ignorance.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Bilan de la Ve République. La fin d'une agriculture

    François-Henri De Virieu

    • Calmann-lévy (réédition numérique fenixx)
    Parution : 3 Mai 2019 - Entrée pnb : 1 Mai 2019

    En dix ans, l'agriculture française a plus changé qu'en dix siècles. Depuis le jour où le général de Gaulle est entré à l'Élysée, plus d'un million de travailleurs ont quitté la terre, victimes du progrès et de la modernisation. Pendant ses premières années, la Ve République s'est efforcée, malgré l'inexpérience de ses équipes dirigeantes, de faire face à ces bouleversements. Elle a cherché de son mieux à adoucir la mutation d'un secteur artisanal qui, en termes d'économie, pèse deux fois plus lourd dans la France du XXe siècle que l'industrie chimique.
    Prodigue des deniers de la nation, le régime peut se flatter d'avoir obtenu quelques succès. Un coup d'arrêt a été donné à la diminution des revenus agricoles, pratiquement ininterrompue depuis le début du siècle. La paysannerie est maintenant protégée - comme tous les citoyens - contre les accidents du travail, la maladie ou les catastrophes naturelles.
    Le régime peut aussi se targuer d'avoir favorisé l'évolution des esprits. Les agriculteurs admettent enfin, aujourd'hui, qu'il leur faut vivre avec leur siècle, comme ils admettent la supériorité du dialogue avec l'État par l'intermédiaire du Plan, sur les jacqueries.
    Mais, au moment où l'agriculture française passe sous pavillon européen, elle s'aperçoit que la sollicitude juridique du pouvoir n'a pas suffi à la rendre compétitive : ses vrais problèmes ne sont pas juridiques, ils sont économiques. À la veille de l'échéance, elle s'interroge sur ses chances de pouvoir rivaliser avec ses concurrentes : néerlandaise, danoise ou néo-zélandaise qui, elles, ont joué résolument la carte de l'industrialisation et de la compétition commerciale.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty