La Colonie du nouveau monde

La Colonie du nouveau monde

Icon Baobab App

À propos

Elle était Tiyi, mère des princesses Néfertiti et Meritaton, enceinte d'un nouvel enfant du Soleil Aton.
Un an plus tôt, venant de la Guadeloupe en passant par le Venezuela, ils avaient échoué dans la petite ville de Santa Marta, sur la côte caraïbe de la Colombie, avec Mandjet et Mesketet, leurs derniers fidèles.
Ils n'avaient trouvé là que la misère et le mépris. Par dérision, les habitants de Santa Marta avaient appelé le petit groupe des adorateurs du Soleil la colonie du nouveau monde. Aton avait continué ses dévotions, mais Rê, le Soleil, était devenu sourd à ses appels. Ils voulaient retourner en Egypte, le berceau de la religion première, mais les fonds manquaient et le bateau qui devait cingler vers la Terre promise n'avait pas pris la mer.
C'était ici, à La Ceja, sur cet hectare de terre aride, qu'allait s'achever le rêve sincère de fonder une religion nouvelle. C'était ici qu'ils allaient tous périr, dans la cupidité, la haine et la folie. Abandonnés des hommes. Abandonnés de Dieu.

Règles du prêt

  • Durée de la licence :

    2190 Jours

  • Nombre de prêts :

    30 (0.48 € par prêt)

  • Prêt(s) simultané(s) :

    5

  • Durée maximale d'un prêt :

    59 Jours

  • Renouvellement :

    1

Streaming

  • Type d'accès :

    In-Situ

  • Nombre d'utilisateurs simultanés :

    30

Protection

  • Type de protection :

    LCP

  • Type de protection :

    DRM Adobe ASCM

  • Nombre de périphériques :

    6

  • Copier/Coller :

    Interdit

  • Impression :

    Interdit

En savoir plus

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782221150276

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    203 Pages

  • Poids

    1 034 Ko

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Editis

  • Entrepôt

    Dilicom

  • Support principal

    ebook (ePub)

Maryse Condé

Maryse Condé est née Maryse Boucolon en 1937 à Pointe-à-Pitre. Sa mère était enseignante, son père travaillait dans une banque. Après son bac, elle étudie en France, au lycée Fénelon, puis à la Sorbonne. Elle a publié son premier roman en 1976, après avoir longtemps vécu en Afrique, où elle a puisé la matière de "Ségou" (Robert Laffont, 1985), l’un de ses plus grands succès. Elle a écrit une douzaine de romans dont "La Vie scélérate" (prix Anaïs-Ségalas de l’Académie française, 1988), "Le Cœur à rire et à pleurer" (prix Marguerite-Yourcenar, 1999). Elle vit aujourd’hui à New-York, où elle enseigne la littérature à l’université de Columbia. En 1993, Maryse Condé a été la première femme à recevoir, pour l’ensemble de son œuvre, le prix Puterbaugh décerné aux États-Unis à un écrivain de langue française. "Ambassadrice" de la littérature caribéenne, elle est en effet lue dans le monde entier, et plus particulièrement sur le continent américain. Elle y est étudiée dans la plupart des départements de langue et littérature française et francophone, dans les départements d’anglais ou d’études féministes, et son œuvre fait l’objet de thèses de doctorat. Son statut de grande dame de la littérature l’a aussi amenée au Japon, en Afrique du Sud ou en Amérique du Sud.

empty