Hamlet & Suite

,

Icon Baobab App

Règles du prêt

  • Durée de la licence :

    illimitée

  • Nombre de prêts :

    illimité

  • Prêt(s) simultané(s) :

    1

  • Durée maximale d'un prêt :

    12 Mois

  • Renouvellement :

    1

Protection

  • Type de protection :

    LCP

  • Type de protection :

    DRM Adobe ASCM

  • Nombre de périphériques :

    6

  • Copier/Coller :

    Interdit

  • Impression :

    Interdit

En savoir plus

À propos

Au Hamlet de Shakespeare, Jules Laforgue a notamment emprunté l'arrivée des comédiens et la scène du cimetière. À celui de Laforgue, Carmelo Bene a emprunté l'esprit de la réécriture. Soit deux versions d'un classique pour dire le présent d'Hamlet et portant en elles un projet commun : son élimination.



  • EAN

    9620830270018

  • Disponibilité

    Disponible

  • Poids

    891 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Diffuseur

    Numilog

  • Entrepôt

    Dilicom

  • Support principal

    ebook (ePub)

Jules Laforgue

Carmelo Bene

Carmelo Bene (1937-2002), acteur, auteur, metteur en scène, réalisateur, a débuté sa carrière théâtrale à Rome à la fin des années 1950. Ses premiers spectacles font scandale, et il cultive jusqu'à la fin de sa carrière une figure d'iconoclaste et de provocateur. Entre 1968 et 1973, il quitte les planches pour la réalisation cinématographique. Il revient ensuite au théâtre et, s'il ne travaille plus pour le grand écran, il réalise plusieurs films pour la télévision. À la notable exception du roman Notre-Dame-des-Turcs (1966), à partir duquel il réalise deux versions théâtrales et un long-métrage, la majeure partie de son œuvre est faite de réécritures de classiques, en particulier de Shakespeare. Les œuvres qu'il revisite le plus souvent sont Hamlet (cinq versions théâtrales, un long-métrage, un disque et deux téléfilms) et Pinocchio de Collodi (quatre versions théâtrales, deux versions radiophoniques et un téléfilm). Ses œuvres, publiées en Italie chez Bompiani, sont éditées en France chez P.O.L, dans la traduction de Jean-Paul Manganaro.

empty